Archives par mot-clé : politique éditoriale

Papiers dorés : film documentaire

Siences et MédiasGabriel Benet et François Maginiot, de la promotion 2013-2015 du Master Journalisme, culture et communication scientifiques ont réalisé un documentaire en avril 2015 intitulé Papiers dorés : « Force est de constater que l’argent public sert à racheter des travaux eux-mêmes financés par des fonds publics ». Face à l’absurdité apparente du modèle de l’édition scientifique, ils ont souhaité enquêter.

Crédits image : Andreas, « 30 Parts of a — not yet finished — Paper Star », licence creative commons by-sa, https://flic.kr/p/4f14Z7

Dissemin

Un nouveau service appelé Dissemin a tout récemment été développé par le CAPSH (Comité pour l’Accessibilité aux Publications en Sciences et Humanités), association à but non lucratif qui promeut l’accès libre aux publications académiques.

Dissemin est un service gratuit pour aider les chercheurs à vérifier que leurs publications sont librement accessibles pour leurs lecteurs. Le service identifie les papiers qui ne peuvent être obtenus qu’avec des souscriptions payantes, et permet aux chercheurs de les mettre en ligne en quelques clics sur Zenodo, un dépôt innovant soutenu par l’UE.

Régression du partage

[Traduction parue initialement sur le blog Numeribib, d’un billet publié le 7 mai par Kevin Smith, Directeur de l‘Office of Copyright and Scholarly Communication de la Duke University sur le blog Scholarly Communications@Duke]


« L’annonce faite par Elsevier à propos de sa nouvelle politique en matière de droit d’auteur, est un chef-d’oeuvre de double langage : tout en proclamant que la compagnie est en train de « lâcher la bride à la puissance du partage », elle immobilise en fait le partage en lui mettant une laisse, et même autant de laisses que possible. Il s’agit d’un recul de l’open access et il est important d’appeler les choses par leur nom.

Continuer la lecture de Régression du partage

Politiques éditoriales à l’UT2 : capitaliser le projet

ImpressionUne fois le projet achevé, celui-ci doit se poursuivre et se transmettre. Par conséquent, les référents HAL doivent s’approprier le projet en continuant à le faire vivre, pérennisant ainsi les efforts déployés. L’objectif est donc de prolonger le travail qui a été mis en place en perpétuant la recherche et la capitalisation de nouvelles politiques éditoriales.

Pour cela, un wiki spécialement dédié aux archives ouvertes de l’UTM, a été développé pour fédérer les laboratoires. Cet outil a été retenu car il offre un fonctionnement collaboratif et est extrêmement simple d’utilisation (un index alphabétique permet de mettre en commun toutes les politiques éditoriales trouvées). Enfin, il assure une conservation des données et informations obtenues.

Ainsi, pour familiariser les futurs destinataires du projet les nouvelles politiques éditoriales obtenues y ont déjà été transférées. Continuer la lecture de Politiques éditoriales à l’UT2 : capitaliser le projet

Bilan final : hausse de 5% de la connaissance des politiques éditoriales

En début de projet le taux de connaissance des politiques éditoriales était de 63.87%, il progresse en fin de projet à 68.50%.

Les évolutions ne sont pas identiques en fonction des champs disciplinaires et démontrent que pour certaines disciplines, un travail de recherche approfondi doit encore être mené.

13g

 

Un projet d’envergure internationale

600px-Spinning_globeLa recherche des politiques éditoriales s’est opérée sur des revues éditées de part le monde, d’où l’utilisation de ressources variées permettant de sonder l’état de la question en fonction des pays concernés (pour en savoir plus : cliquez-ici).

Néanmoins, au-delà de ces premiers résultats il a ensuite été nécessaire de contacter directement les éditeurs pour obtenir leurs politiques éditoriales, donnant une dimension mondiale au projet.

Ainsi 311 revues furent contactées dans pas moins de 20 pays différents.

Notons tout de même un faible nombre de revues anglo-saxonnes. En effet, une grande partie d’entre elles (52% du total) sont déjà répertoriées dans Sherpa/Romeo témoignant d’une sensibilisation importante aux enjeux du libre accès dans cette zone.

8g

Résultats de la phase de recherche

La phase de recherche a été menée sur différentes ressources. Ainsi, il a été possible de déduire la politique éditoriale de 859 revues sur les 1345.

Le premier graphique présente les lieux de recensement des politiques éditoriales. Il démontre une certaine avancée des éditeurs anglo-saxons puisque la majorité des réponses proviennent de Sherpa/Roméo.

4g
Le second graphique reflète la tendance générale, tandis que le troisième précise la situation au sein des laboratoires.

3g

 

 

2g

Les ressources en ligne utilisées

I loveL’exécution de ce projet a nécessité l’utilisation de nombreuses ressources en ligne pour obtenir le plus grand nombre d’informations possibles sur les politiques éditoriales déjà existantes.

Il existe ainsi 4 types de sources pour recueillir des informations sur les conditions de dépôt en libre accès. Continuer la lecture de Les ressources en ligne utilisées

Comment traiter les politiques éditoriales de 1345 revues ?

WpointinterrogationAprès avoir collecté les listes de revues de 16 laboratoires, un total de 1345 revues a été comptabilisé.

Pour les traiter, un tableau excel a été constitué (Modèle) dans le but de faire un premier tri entre les revues avec  politique éditoriale et celles n’en n’ayant pas. Il a été construit à partir des ressources suivantes : cliquez-ci Continuer la lecture de Comment traiter les politiques éditoriales de 1345 revues ?

Contexte de développement du projet

Logo UTMUn projet de recensement des politiques éditoriales a été développé par Françoise Gouzi (service de Direction en Appui à la Recherche à l’UTM) et accompli par Vincent Bêche (Étudiant en licence professionnelle Information, Documentation, Écritures et Images Spécialisées en Sciences et Techniques – IUT A / Paul Sabatier) au sein de l’Université Toulouse II – Le Mirail.

Cette mission de stage s’est déroulée durant 16 semaines (entre février et juin 2014), couvrant 16 laboratoires s’étant portés volontaires pour fournir des listes de revues dans lesquelles publient leurs enseignants-chercheurs. Continuer la lecture de Contexte de développement du projet

Pourquoi et quoi publier dans HAL ?

En tant que chercheur, je joue deux rôles. Le premier est celui du bon élève, qui désire publier dans des revues à fort impact (un papier égale un bon point, deux bons points, voire une image selon le prestige de la revue). Le second rôle consiste à développer une réflexion à propos de ce qu’est la connaissance scientifique dans sa discipline, quitte à mettre en question les conventions qui forment le paradigme méthodologique dominant. Ces deux personnages peuvent évoluer en harmonie ou en conflit, selon que la réflexion du second suscite l’approbation ou la désapprobation des éditeurs et des experts des revues ciblées par le premier.

Dans le premier cas, bon prince, je peux volontiers déposer les fichiers auteur sur HAL, ce qui permet d’augmenter la visibilité des travaux officiellement approuvés tout en annulant l’obligation, pour le lecteur intéressé, de passer par la revue ou par l’auteur pour obtenir le pdf. Je peux même proposer la version française de l’article s’il a été publié en anglais, ou la version anglaise s’il a été publié en français.

Dans le second cas, déposer sur HAL un « papier » refusé par les revues « récompensantes » est une façon d’accepter de contribuer à la « littérature grise ». Cela n’est pas très satisfaisant parce que ce type de publication n’a pas de valeur scientifique officielle. On peut alors souhaiter que le dépôt sur HAL puisse se muer en une authentique publication, ce qui me paraît possible si l’article déposé peut donner lieu à des commentaires critiques, avec un système de repérage automatique du type « article commenté par tel et tel liens ».

Je serais personnellement intéressé pour tenter l’expérience de proposer sur HAL un défi intellectuel particulier que les revues récompensantes semblent vouloir ignorer : la méthodologie dominante en psychologie, qui consiste à chercher des « effets statistiques », évite de manière programmatique qu’on cherche des lois psychologiques (étant donné qu’une loi énonce une impossibilité empirique). Comment faire pour découvrir des lois psychologiques non triviales ? Si on n’en trouve pas, pourquoi ne pas essayer d’expliquer pourquoi on n’en trouve pas ?

http://blogs.univ-tlse2.fr/vautier/

Mes dépôts sur HAL