Chapitres d’ouvrages : autorisations de diffusion élargies

Springer autorise le dépôt, en archives ouvertes institutionnelles, des chapitres d’ouvrages au format postprint (Accepted Author Manuscript), avec un embargo de 12 à 24 mois.

Selon la politique de Springer, les auteurs dont les travaux sont acceptés pour publication dans un ouvrage chez Springer non open access, peuvent déposer leur manuscrit accepté version auteur dans leur archive institutionnelle. Springer précise qu’il s’agit bien de la version auteur acceptée pour publication après évaluation (mais avant rédaction et composition). En savoir plus.

***

Vous pouvez également trouver des politiques éditoriales (pour les chapitres d’ouvrages) de quelques éditeurs français (quatre presses universitaires) et anglosaxons sur la documentation en ligne de HAL (adaptation de la page Chapters and monographs proposée par l’Université d’Edimbourg).

Valorisation de la recherche et IST : l’URFIST Occitanie fait sa rentrée !

Le programme des formations proposées par l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique (URFIST) Occitanie, vient de sortir pour le premier semestre 2018-2019. Voici les thématiques abordées :

  • la veille et la recherche d’informations scientifique (Légifrance, les Archives du web, Twitter),
  • l’exploitation et la gestion des données de la recherche (Zotero, ISTEX, DMP Opidor),
  • la conception de documents scientifiques (Photoshop, InDesign, LateX)
  • la valorisation de la recherche (Archives Ouvertes, réseaux sociaux, optimisation du référencement sur le web)
  • la compréhension des enjeux et des modalités d’évaluation de la recherche (bibliométrie)
  • le paysage de l’information scientifique et technique (écosystème des publications, gouvernance du web)

Pour vous inscrire et connaître le détail des stages et les nouveaux stages, rendez-vous sur la plateforme Sygefor.

Les formations se déroulent généralement dans les locaux de la Maison de la Recherche et de la Valorisation (métro « Faculté de Pharmacie »).

Les stages sont gratuits pour les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’innovation, de l’éducation nationale, les doctorants et les étudiants en Master 2.

Contact URFIST Occitanie : urfist@univ-toulouse.fr

Plan national pour la science ouverte : beaucoup d’avancées et trois questions

[Version légèrement remaniée d’un billet paru initialement sur le blog Numeribib]

Mercredi 4 juillet, à l’occasion du congrès annuel de la Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche, Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a présenté un Plan national pour la science ouverte.
Le plan comporte différentes mesures qui se déclinent en 3 axes :

    • Premier axe : généraliser l’accès ouvert aux publications
    • Deuxième axe : structurer et ouvrir les données de la recherche
  • Troisième axe : s’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale

Ce plan ambitieux est une excellente nouvelle pour le rayonnement international de la production scientifique française. Il s’accompagne de différentes actions complémentaires. La liste est longue et elles mériteraient d’être toutes citées. Voici certaines des plus marquantes :

– « Reconnaître la science ouverte dans les évaluations des chercheurs et des établissements. » Il s’agit non seulement de ne plus établir une hiérarchie des valeurs entre les publications sous pay wall et les publications en accès libre (comme le faisait jusqu’il y a peu la section 60 du CNU « Mécanique, génie mécanique, génie civil »), mais de valoriser les publications en accès libre. Comme le précise Frédérique Vidal dans son discours inaugural : « Pour relever les défis de la science ouverte, nous devons réformer en profondeur tout notre système pour que l’ouverture des publications et des données soit enfin reconnue comme une bonne pratique. »

– « Réduire l’emprise de l’évaluation quantitative au profit de l’évaluation qualitative. » L’objectif fait ici écho aux nombreuses critiques adressées à l’encontre des mesures bibliométriques traditionnelles, telles que le facteur d’impact d’une revue ou le h-index conçu pour évaluer la carrière d’un chercheur. En 2013, la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la Recherche en appelait déjà à une réforme des méthodes d’évaluation des revues, de façon à mettre un terme à l’erreur consistant à établir une corrélation entre le facteur d’impact d’une revue et la qualité des articles qui y sont publiés. Plus près de nous, le Manifeste de Leiden en 2015 et le colloque « Open Eval » en 2016 faisaient état de la  perte de confiance dans les processus classiques d’évaluation et de la nécessité de leur substituer une « évaluation ouverte ».

– « Encourager l’adoption des citations ouvertes (Initiative for Open Citations – I4OC) à la place de citations dans des environnements propriétaires. » Encore peu connue en France, l’I4OC promeut le développement des citations structurées et ouvertes, c’est-à-dire librement accessibles et réutilisables.

– « Explorer les nouveaux modèles économiques pour les revues comme pour les livres en accès ouvert ». Il s’agit de préserver un objectif de « bibliodiversité« , tel que défini dans l’Appel de Jussieu, qui plaide pour le « développement de modèles innovants de publication scientifique ».

– « Construire autour de l’administrateur des données un réseau de correspondants dans les établissements, pour répondre aux questions que se posent les chercheurs sur les données de la recherche. » La gestion des données de la recherche ne sera pas simplement pilotée de façon centralisée par administrateur général des données (Chief Data Officer) mais se déploiera de façon réticulaire par une série de relais au sein de chacun des établissements de l’enseignement supérieur.

– « Créer un label « science ouverte » pour les écoles doctorales » et « Développer les compétences sur les données de la recherche, notamment à travers des offres de formation en ligne à destination de la communauté scientifique. » Le plan pour la science ouverte intègre donc clairement un volet dédié à la formation, qu’il s’agisse de celle des doctorants ou de celle des enseignants-chercheurs.

– « Adhérer au niveau national à ORCID, système d’identification unique des chercheurs qui permet de connaitre plus simplement et sûrement les contributions scientifiques d’un chercheur. » Le système ORCID (Open Researcher and Contributor ID) est en effet le meilleur moyen d’identifier précisément les auteurs et de réduire les risques d’homonymie. Si ORCID est un jour largement adopté à un niveau international, on ne verra plus, comme en 2011, 3926 articles publiés sous le nom d’un seul auteur.

– « Ouvrir les données du financement de la recherche en constituant des jeux de données publiques concernant :

    • les dépenses relatives aux acquisitions électroniques dans les bibliothèques universitaires et par les organismes de recherche,
    • les dépenses relatives aux frais de publications d’articles et de livres,
  • les financements de recherche sur appel à projets et leurs bénéficiaires. »

La formulation du premier point laisse une question pendante. Quel est le degré de précision des informations ? S’agit-il simplement pour les bibliothèques universitaires et les organismes de recherche de rendre public le montant global des sommes dépensées en matière de  documentation électronique ? Ou bien s’agit-il de détailler, éditeur par éditeur, le montant des sommes qui sont facturées ?
Si l’on suppose que c’est la seconde interprétation qui est la bonne, force serait de constater que le fait d’enjoindre les présidents ou les directeurs des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche à communiquer le montant des dépenses d’acquisition en matière de documentation électronique est assez nouveau et mérite d’être souligné. Cela va à rebours des recommandations du consortium Couperin qui a toujours invité les négociateurs et les établissements à ne pas communiquer publiquement le montant des acquisitions, en application de « la réglementation française en vigueur au titre de l’atteinte aux intérêts financiers du titulaire et du secret des affaires« . C’est ainsi que les Enquêtes annuelles sur les Ressources Électroniques » (ERE), remplies ressource par ressource par chaque établissement membre du consortium Couperin, ne sont pour l’instant pas en accès libre.

Cette culture du secret ne date pas d’hier. Déjà, en 2008, l’une des premières préconisations du rapport Salençon était de « rendre publiques les conditions de vente une fois les marchés publics conclus. » En 2011, l’Inspecteur Général des Bibliothèques Pierre Carbone constatait que « les clauses de confidentialité ont surtout pour effet de fragmenter les institutions d’enseignement supérieur et de recherche et de leur empêcher d’avoir une vision d’ensemble ».
Mais cet état de fait va changer très vite. Car dès le 3 avril, donc avant même la diffusion du plan pour la science ouverte, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a pris l’engagement de diffuser ces données de manière transparente sur le site https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/. Cette initiative correspond à l’une des actions de l’engagement 18 du programme français « Pour une action publique transparente et collaborative : Plan d’action national pour la France 2018-2020 » :

Mettre en place un dispositif de monitoring transparent (public) des dépenses relatives aux acquisitions électroniques dans les bibliothèques universitaires. Diffusion des dépenses en open data sur le portail open data du MESRI (enquête ERE sur les ressources électroniques des bibliothèques et des établissements d’enseignement supérieur).

Un questionnaire officiel adressé le 27 juin par Couperin à tous les présidents et directeurs des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche leur demande d’exprimer leur accord ou leur désaccord à la diffusion publique des données recueillies lors de l’enquête annuelle ERE. Sans réponse d’ici le 23 juillet, le MESRI considèrera par défaut les réponses comme affirmatives.
En dernier ressort, c’est le MESRI qui décidera du degré de précision des jeux de données : ce point n’est donc pas totalement tranché. Il se pourrait que les conditions de sa compatibilité avec certaines dispositions de la Loi pour une République numérique nécessitent d’être précisées, comme on le verra plus bas.

***

On notera au passage que la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises), avait fait le 3 juillet, soit la veille de la publication du plan, 4 propositions pour la science ouverte, lesquelles s’inscrivent parfaitement dans les grandes lignes du plan :

1. S’investir pleinement dans la création d’un fonds pour le développement de la Science Ouverte
2. Changer nos pratiques internes d’évaluation des structures, des personnels et des appels à projets pour s’inscrire dans une démarche de Science Ouverte
3. Pérenniser et ouvrir l’accès aux données issues de la recherche
4. Assurer des formations sur la Science Ouverte à tous les niveaux

Ces propositions ont été rendues publiques avec l’accord et le soutien de Frédérique Vidal. Il semblerait donc que la CURIF soit la « tête de pont » de la mise en œuvre du plan national.

***

Au travers de cette présentation succincte du plan pour la science ouverte, quelques interrogations se font jour. Elles portent sur l’articulation de certaines mesures avec les dispositions de la Loi pour une République Numérique.

1 – Obligation de publier en accès ouvert les articles et livres issus de recherches financées par appel d’offres sur fonds publics :

Alors que l’article 30 de la Loi pour une République Numérique énonce que la mise « à disposition gratuitement dans un format ouvert, par voie numérique » d’un écrit scientifique dépend du libre choix de son auteur et de ses coauteurs éventuels, le plan pour la science ouverte rend la mise à disposition obligatoire.

Cependant, le champ d’application des deux dispositifs semble sensiblement différent. L’article 30 de la LRN concerne « un écrit scientifique issu d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales ou des établissements publics, par des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne ». Tandis que la formulation moins précise de la mesure 1 du plan national ne permet pas de savoir si elle s’applique seulement aux écrits scientifiques financés à 100 % sur fonds publics, ou si le seuil des 50% est suffisant. Si c’est la première branche de l’alternative qui est la bonne, l’obligation de dépôt s’appliquerait donc potentiellement à un nombre plus restreint d’écrits scientifiques.

2 – La question des licences ouvertes :

Les rédacteurs du plan indiquent que « la France recommandera l’adoption de licences ouvertes pour les publications et les données, à la fois compatibles avec la loi française et avec les pratiques scientifiques internationales. »

Concernant, les données de la recherche, on note ici une zone de conflit potentiel avec les dispositions de la LRN. L’article 30 énonce que les données de la recherche sont librement réutilisables :

Dès lors que les données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics, des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne ne sont pas protégées par un droit spécifique ou une réglementation particulière et qu’elles ont été rendues publiques par le chercheur, l’établissement ou l’organisme de recherche, leur réutilisation est libre.

Par conséquent, l’apposition d’une licence, aussi ouverte soit-elle (CC0 par exemple), aux données de la recherche serait non seulement inutile, mais contraire à la lettre de la loi.

3 – La publication des dépenses relatives aux acquisitions électroniques dans les bibliothèques universitaires et par les organismes de recherche

Le gouvernement semble déterminé à publier de manière transparente sur le site https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/, les dépenses des établissements de l’ESR, ressources par ressources (ce qui est de notre point de vue une excellente décision). Il n’en reste pas moins que les conditions de compatibilité de cette action vis-à-vis du texte de la Loi pour une République Numérique mériteraient d’être clarifiées. L’article 6 de la LRN prévoit des exceptions au principe général d’open data, listées aux articles 311-5 et 311-6 du code des relations entre le public et l’administration. Ce second article pointe notamment le cas de l’atteinte au secret commercial :

Ne sont communicables qu’à l’intéressé les documents administratifs :

1° Dont la communication porterait atteinte à la protection de la vie privée, au secret médical et au secret en matière commerciale et industrielle, lequel comprend le secret des procédés, des informations économiques et financières et des stratégies commerciales ou industrielles et est apprécié en tenant compte, le cas échéant, du fait que la mission de service public de l’administration mentionnée au premier alinéa de l’article L. 300-2 est soumise à la concurrence ;

***

Bien que des questionnements sur la portée exacte du Plan national pour la science ouverte et sur sa compatibilité avec les textes  en vigueur émergent ici ou là, il n’en reste pas moins que le Plan marque une étape importante dans la diffusion et le partage de la science à un niveau national et international.
Il faudra cependant rester vigilant notamment vis-à-vis de la négociation nationale qui se profile autour de RELX-Elsevier. Il ne faudrait pas que, sous couvert de promotion de la science ouverte, le gouvernement finisse par reconduire à l’identique un accord de licence nationale, dont les conditions de négociation s’étaient avérées assez désastreuses par le passé.

L’institut Clément Ader (ICA) passe à HAL

http://institut-clement-ader.org/

L’institut Clément Ader (ICA) a été créé en 2009 par regroupement de plusieurs laboratoires de Midi-Pyrénées sous tutelle de IMT Mines Albi, INSA Toulouse, ISAE-SUPAERO et Université Paul Sabatier. Une 5ème tutelle (le CNRS) s’est rajoutée lorsque le laboratoire est devenu UMR CNRS 5312 en 2016.

Le laboratoire travaille dans le domaine des Matériaux, Procédés,
Structures et Systèmes Mécaniques, en particulier pour l’Aéronautique et l’Espace. Il est composé de 250 personnes environ (une centaine d’enseignants-chercheurs, une centaine de doctorants, une trentaine de personnels administratifs et techniques, une vingtaine d’ingénieurs ou post-docs en CDD).
Les personnels sont répartis sur 3 sites géographiques : Toulouse
(Montaudran Aerospace), Albi (IMT Mines Albi) et Tarbes (IUT de
Tarbes). Continuer la lecture de L’institut Clément Ader (ICA) passe à HAL

Open Access et Sciences de l’ingénieur

Dans le cadre du déploiement de sa plateforme HAL, l’INSA de Toulouse organise le 14 juin, une matinée consacrée à la question de l’Open Access dans les sciences de l’ingénieur.

Quatre interventions ponctueront la matinée pour :

  • Aborder la question des réseaux sociaux de chercheurs,
    Emilie Brunet, chargée de ressources documentaires, IRD  
  • Connaître les possibilités de dépôts de ses brevets,
    Jean-Marie Rigaud et Carole César, Toulouse Tech Transfer
  • Avoir un retour d’expérience d’un laboratoire (l’ICA) qui passe ses publications sous HAL,
    Jean-José Orteu, ICA Albi
  •  Être au fait des droits permis par la loi pour la République Numérique sur ses publications en Open Access.
    Michel Fraysse, UT1

Chercheurs, juriste, documentalistes échangeront avec la salle sur vos problématiques et vos interrogations .

Programme complet et inscription (gratuite mais obligatoire) : http://bib.insa-toulouse.fr/fr/journee_oa.html

Et suivez l’actualité de l’Open Access sur notre compte @BibinsaScience

Journées casuHAL 2018 : République numérique et archives ouvertes

Cette année, les journées CASUHAL auront pour thème  : Science ouverte, république numérique et archive ouverte : quoi de neuf ?

CASUHAL2018 : ce micro-événement vise à réunir la communauté scientifique (chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants) cible de cette nouvelle loi et les professionnels de l’Information Scientifique et Technique impliqués dans sa mise en œuvre, notamment à travers l’archive ouverte HAL.

Et les journées CasuHAL sur Twitter :  .

Réécouter les présentations (ScanR, Conditor, IdRef).

Continuer la lecture de Journées casuHAL 2018 : République numérique et archives ouvertes

Dépôt simplifié sur HAL : ce qui marche

http://pxhere.com/fr/photo/606745, licence CC0 Domaine public

A signaler ! Le billet posté par CasuHAL sur les huit bonnes raisons d’apprécier le dépôt simplifié dans HAL. On retiendra donc :

 

 

  1. C’est rapide
  2. Les données sont récupérées automatiquement
  3. Un seul auteur suffit (Mais attention, il est préférable dans un souci de maintien de la qualité des métadonnées, de renseigner dans la mesure du possible, les affiliations des co-auteurs du dépôt.)
  4. Toutes les informations sont sur une seule page
  5. Formulaire à la carte
  6. Je dépose dès la publication
  7. Glissez-déposez
  8. Mon affiliation préférée

 

Module statistiques HAL ….ça bouge

Vous trouverez sur le blog du CCSD les résultats de l’enquête sur les besoins en statistiques menée auprès des administrateurs de portail. Une priorité des développements HAL pour 2018 concerne la refonte du module de statistiques. Cela englobe l’amélioration des performances, celle de la fiabilité des indicateurs, l’ergonomie de l’interface d’interrogation et l’exploitation des résultats. Continuer la lecture de Module statistiques HAL ….ça bouge

L’activité des reviewers (Publons) : témoignages de chercheurs

Dans le cadre de la journée d’étude du 27 mars 2018 « Le peer review à l’ère de l’open science : enjeux et évolutions » (consulter les supports ; consulter les tweets) organisée par l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique de Bordeaux, une table-ronde a été dédiée à la question de la reconnaissance et de la valorisation de l’activité des reviewers et notamment via l’utilisation de Publons. Continuer la lecture de L’activité des reviewers (Publons) : témoignages de chercheurs

Comment pratiquer une recherche intègre et responsable ? Les réponses du droit d’auteur

Le centre de documentation de l’Observatoire Midi-Pyrénées et l’école doctorale SDU2E organisent le 23 mai 2018 de 09h30 à 12h30 un séminaire intitulé : « Comment pratiquer une recherche intègre et responsable ? Les réponses du droit d’auteur »

 

Intervenante : Hélène SKRZYPNIAK

Maitre de conférence en droit privé à l’Université de Bordeaux – Co-responsable de l’Urfist de Bordeaux, référent Droit de la propriété intellectuelle. Membre de l’IRDAP . Auteur d’une thèse en droit de la propriété industrielle intitulée « La réservation du savoir-faire » (2014).

A travers des exemples et des mises en situation, le séminaire vise à apporter des réponses concrètes aux questions juridiques auxquelles sont confrontées les doctorants/chercheurs lors de l’élaboration de leurs travaux : Je développe un code numérique, est-ce que j’en suis le propriétaire ? Je récolte des données, quels sont mes droits ? Comment utiliser les travaux d’autrui et éviter le plagiat (textes, images, graphiques, etc.) ? Dois-je obtenir une autorisation ? Dans quelles circonstances puis-je exploiter une ressource sans l’autorisation préalable de son auteur ?  ….

L’après-midi sera consacrée à des ateliers pratiques de 14h à 16h30 (Réservés aux doctorants SDU2E)

Inscription en ligne ci-dessous (gratuite mais obligatoire):

– Formulaire d’inscription pour les doctorants SDU2E (matinée + après-midi : ateliers pratiques)

– Formulaire d’inscription pour tous les autres (seulement la matinée)

Salle Coriolis – Observatoire Midi-Pyrénées –  14, avenue Edouard Belin – 31400 Toulouse

Panorama des identifiants personnes et structures

Dans le cadre du dispositif de formation continue de l’ABES « J.e-cours », le cours proposé le 05-04-2018 avait pour thème : « le panorama des identifiants Personnes & Structures » (notamment celles impliquées dans l’enseignement supérieur et la recherche française).

Vous pouvez désormais accéder au tutoriel en ligne. Support de formation PDF.

***

Le prochain J.e-cours* de l’ABES aura pour thème les exports de STAR vers TEL, le jeudi 17 Mai de 11h à 12h.

Description : L’application nationale STAR propose un export du fichier de thèse et de ses métadonnées vers la plateforme TEL du CCSD. Ce J.e-cours est consacré à cette fonctionnalité et sera l’occasion d’aborder les modalités techniques des fonctions d’export de STAR vers TEL ainsi que les contraintes spécifiques qui la régissent.

Public : Coordinateurs Thèses, Correspondants STAR et membres de CasuHAL.

Intervenant : Olivier Cian, responsable de l’application STAR (service des Thèses).

Inscrivez-vous.

Attention : le nombre de places est limité à 100 participants.

* Un J.e-cours est une session de formation à distance en direct d’une heure, composée d’une présentation suivie d’échanges avec les participants. Elle est enregistrée et ensuite diffusée sur la plateforme d’autoformation de l’ABES.

Le DOAJ invité des journées du réseau Mir@bel 2018

Dans le cadre de la 7ème assemblée générale du réseau Mir@bel, réseau développant un outil collaboratif de veille sur les revues,  Tom Olijhoeck (éditeur en chef, Directory of Open Acess JournalsDOAJ) est invité à intervenir sur : « Promouvoir l’open access pour une science ouverte ».

L’intervention se déroulera le lundi 4 juin 2018 de 17h à 18h30 à l’École des haute études en sciences sociales (EHESS, Amphithéâtre François-Furet,105 boulevard Raspail, 75006 PARIS).

L’entrée est libre et ouverte à tous.
Pour de plus amples informations : contact@reseau-mirabel.info

Clap de fin pour l’abonnement à Springer Nature

Hichster – « End » Licence CC-BY 2.0 – https://flic.kr/p/9orz8V

Les 13 mois de négociations entre le consortium Couperin, qui regroupe plus de 250 établissements d’enseignement et de recherche français, et l’éditeur Springer Nature ont abouti fin mars à une impasse et le contrat a été résilié avec l’éditeur en janvier 2018. Cependant Springer n’a pas coupé ses accès aux institutions.

Continuer la lecture de Clap de fin pour l’abonnement à Springer Nature

Les Presses de l’Université Toulouse Capitole disponible sur Open Edition Books

Dans le cadre d’un partenariat avec Open Edition 3 collections publiées par les Presses de l’Université Toulouse Capitole sont désormais disponibles en version numérique sur la plateforme OpenEdition Books. Ce sont donc 58 ouvrages qui sont désormais accessibles en version numérique et 43 en Open Access. Continuer la lecture de Les Presses de l’Université Toulouse Capitole disponible sur Open Edition Books

HAL pour des projets de recherche…ça pousse !

Franek N, « Rue Michelet, Suresnes », licence CC BY-NC-ND 2.0, https://flic.kr/p/TCvUjo

C’est bientôt le printemps et voici sept nouvelles collections HAL de projets de recherche (ou collections thématiques) qui ont vu le jour ces derniers mois. Les porteurs de projets,  des chercheurs et enseignants-chercheurs de l’université Toulouse Jean-Jaurès (SHS et ALL), ont suivi un atelier  HAL, seuls ou accompagnés de certains de leurs collaborateurs, « Créer une collection HAL : projets de recherche, réseaux scientifiques, groupes de travail, … » pour donner de la visibilité aux résultats scientifiques de leur projet respectif. Continuer la lecture de HAL pour des projets de recherche…ça pousse !

Toulouse Archives Ouvertes