Archives par mot-clé : éditeur

Papiers dorés : film documentaire

Siences et MédiasGabriel Benet et François Maginiot, de la promotion 2013-2015 du Master Journalisme, culture et communication scientifiques ont réalisé un documentaire en avril 2015 intitulé Papiers dorés : « Force est de constater que l’argent public sert à racheter des travaux eux-mêmes financés par des fonds publics ». Face à l’absurdité apparente du modèle de l’édition scientifique, ils ont souhaité enquêter.

Crédits image : Andreas, « 30 Parts of a — not yet finished — Paper Star », licence creative commons by-sa, https://flic.kr/p/4f14Z7

The Self Journal of Science

SJSThe Self Journal of Science (SJS) est une solution globale pour la publication développée par Michaël Bon, docteur en biophysique. D’après lui, « SJS propose un nouveau paradigme qui se fonde directement sur l’éthique scientifique, en mettant en place un processus de publication dont la validité et la valeur viennent directement de la communauté et non plus d’instances représentatives ou d’ « autorités ». Grâce à sa logique communautaire globale, SJS est en mesure de proposer un nouveau critère d’évaluation des articles qui soit objectif, individuel, infalsifiable et qui puisse devenir une alternative convaincante au facteur d’impact…/… Continuer la lecture de The Self Journal of Science

Lingua, LingOA, Glossa…une évolution courageuse et décisive !

LingOALingOA est un nouveau modèle éditorial de publication par des chercheurs en train d’être développé par des linguistes de niveau international. Une présentation du projet été faite par Saskia de Vries, Natalia Grygierczyk et Johan Rooryck lors de la journée du 12 octobre organisée à Bruxelles par la Commission Européenne sur les « Alternative Open Access Publishing Models » et est disponible sur http://ec.europa.eu/digital-agenda/en/news/save-date-12-oct-ec-workshop-alternative-open-access-publishing-models.

Le projet éditorial redémarrera sous le système Ubiquity Press (éditeur open access de revues académiques à comité de lecture, livres et données) à travers la plateforme Open Library of the Humanities permettant d’assurer  un soutien durable aux revues.

De plus, l’équipe de l’ERIH (European Reference Index of the Humanities) a décidé d’inclure dans son référentiel le nouveau titre « Glossa » (après la publication du premier numéro), probablement l’an prochain.
Continuer la lecture de Lingua, LingOA, Glossa…une évolution courageuse et décisive !

Régression du partage

[Traduction parue initialement sur le blog Numeribib, d’un billet publié le 7 mai par Kevin Smith, Directeur de l‘Office of Copyright and Scholarly Communication de la Duke University sur le blog Scholarly Communications@Duke]


« L’annonce faite par Elsevier à propos de sa nouvelle politique en matière de droit d’auteur, est un chef-d’oeuvre de double langage : tout en proclamant que la compagnie est en train de « lâcher la bride à la puissance du partage », elle immobilise en fait le partage en lui mettant une laisse, et même autant de laisses que possible. Il s’agit d’un recul de l’open access et il est important d’appeler les choses par leur nom.

Continuer la lecture de Régression du partage

Capitalisation des contacts éditeurs

La seconde phase du projet fut l’obtention de courriels pour contacter les revues. Divers moyens nous ont permis de les acquérir :

  • Recherche au sein de l’Espace Documentation Recherche, Bibliothèque Universitaire Centrale, UTM
  • Recherches d’information sur les sites internet des éditeurs
  • Collaboration avec les acteurs du projet

Continuer la lecture de Capitalisation des contacts éditeurs

Comment atteindre les éditeurs ?

Nuvola_apps_emailPrendre contact avec les éditeurs fut l’étape la plus importante du projet. En effet, c’est durant cette phase qu’une plus-value a été gagnée puisque nous captons des informations inédites.

De ce fait, pour les contacter, une stratégie spécifique a été mise en place :

  1. Création du contenu de la lettre : il reprend les enjeux du libre accès et explicite plus précisément nos requêtes
  2. Obtention des signatures du service de la Direction en Appui à la Recherche (DAR) et des directeurs de laboratoires dans le but que notre demande soit soutenue institutionnellement
  3. Élaboration d’une version anglaise de la lettre pour toucher les éditeurs non francophones

Pour obtenir les modèles des lettres de contact, merci de vous adresser à  gouzi@univ-tlse2.fr

Les ressources en ligne utilisées

I loveL’exécution de ce projet a nécessité l’utilisation de nombreuses ressources en ligne pour obtenir le plus grand nombre d’informations possibles sur les politiques éditoriales déjà existantes.

Il existe ainsi 4 types de sources pour recueillir des informations sur les conditions de dépôt en libre accès. Continuer la lecture de Les ressources en ligne utilisées

Environnement de travail et gestion du temps

2000px-Time_Trial.svgPour réaliser un projet comme celui-ci (pour plus de détail : cliquez-ici) il est fondamental de cerner l’environnement thématique du projet, mais surtout de bien connaître les différents acteurs.

Nous pouvons décliner 2 types d’acteurs : Continuer la lecture de Environnement de travail et gestion du temps

Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

Le documentaliste américain, Jeffrey Beall, a conçu le blog Scholarly Open Access où il établit une liste des revues « prédatrices ». Mise à jour très régulièrement, celle-ci recense actuellement plusieurs centaines de revues dans le but de mettre en garde les chercheurs.

Avec l’essor de l’Open Access qui favorise la diffusion de la science en la rendant accessible à tous gratuitement, certains éditeurs ont mis en œuvre une stratégie pour profiter de ce système. Il s’agit de faire payer les auteurs, afin que leurs articlesSing_generalwarning_1 soient publiés, accessible en libre accès tout en leur faisant la promesse d’une visibilité accrue de leurs travaux, le tout dans des délais extrêmement rapides.

Cependant, ces revues sont peu regardantes sur la qualité scientifique des futures publications, notamment à cause de nombreuses zones de flou (par exemple sur le comité éditorial,…). C’est ce que l’on appelle les revues « prédatrices ». Leur objectif est de profiter de la nécessité des chercheurs à publier et à assurer une certaine visibilité de leurs activités. Continuer la lecture de Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

Position des éditeurs scientifiques

héloiseLes auteurs de publications scientifiques ont le droit mettre en libre accès leurs résultats de recherche. Ils peuvent déposer la version pré-print de leur article scientifique (version non soumise au contrôle des pairs), ils sont alors détenteurs des droits sur ce document.

Ils peuvent aussi déposer la version post-print (double des articles publiés, soumis au contrôle des pairs) avec l’accord de l’éditeur. Désormais face à l’ampleur du mouvement en faveur du libre accès, certains éditeurs autorisent l’auto-archivage sous certaines conditions.

A consulter : ces sites permettent de connaitre la politique des éditeurs en matière d’auto-archivage à partir du nom de la revue

ROMEO   recense les positions de nombreux éditeurs scientifiques en matière d’auto-archivage.

JULIET  répertorie les politiques en matière d’archives ouvertes des institutions et organismes de recherche au niveau international.

HELOISE renseigne sur les politiques des éditeurs de revues françaises concernant l’auto-archivage.