Archives par mot-clé : Bibliothèque universitaire

Comment financer la science ouverte ?

Source : licence CC0, https://pixabay.com/photo-2724241/

Proche de ce que propose l’appel de Jussieu dans son point 5 « Les investissements dans le développement d’outils open source sur lesquels reposent ces pratiques innovantes doivent être multipliés et coordonnés », voici deux exemples d’organisation financière en bibliothèque universitaire et de coalition pour passer d’une logique d’acquisition à une logique d’investissement pour la science ouverte. Source : blog de Marlène Delaye, bibliothécaire à Aix Marseille Université (AMU), billet « 2,5% et plus » .

1er exemple :
David Lewis, directeur des BU de l’Indiana University – Purdue University Indianapolis, propose dans le texte « The 2,5% Commitment » de financer une infrastructure commune, nécessaire pour soutenir la science ouverte, en demandant aux bibliothèques d’y consacrer 2,5% de leurs budgets. Elle comprendrait, au minimum, les contributions des établissements :
1. Aux projets de logiciels libres qui sous-tendent les initiatives d’open science : Dspace,  Fedora, Hyku, OJS, ArchiveSpace, Islandora…
2. Aux archives disciplinaires : ArXiv, bioRxiv, ou the Humanities Commons
3. Aux grosses bases de données hébergeant des contenus ouverts comme HathiTrust ou l’Internet Archive
4. Aux outils, de Wikipedia à VIVO, en passant par l’Open Access Button ou Unpaywall
5. Aux organisations de conservation telles que le Digital Preservation Network ou l’Academic Preservation Trust
6. Aux ressources éducatives libres telles qu’OpenStax
7. Aux organisations qui soutiennent ces développements, comme DuraSpace, le Center for Open Science, le Public Knowledge Project, l’Open Texbook Network, Impactstory, Orchid, ou Creative Commons
8. Aux organisations de promotion telles que SPARC
[]
2ième exemple :
Rappelons aussi l’initiative de SCOSS, Sustainability Coalition for Open Science Services, un projet impulsé par plusieurs associations de soutien à l’open access et d’associations de bibliothèques. Le principe est assez simple : chaque année, les structures proposant des services en faveur de la science ouverte peuvent candidater pour être éligibles à un financement mutualisé. 2 projets sont sélectionnés par session, que les institutions choisissent de financer selon un barème défini à l’avance ; un genre de crowdfunding institutionnel, en somme. Cette année, Sherpa/Romeo et le DOAJ ont été sélectionnés, soutenez-les !.

 

Quelles alternatives pour accèder à l’IST ?

grande-imageL’information scientifique et technique est l’élément clef de la Recherche. Elle permet aux chercheurs et aux étudiants d’être informés des dernières évolutions et découvertes concernant leurs disciplines. Les bibliothèques universitaires françaises assurent cet accès en souscrivant des abonnements onéreux à des revues scientifiques.

Néanmoins, aujourd’hui en raison du prix des revues qui augmente plus rapidement que l’inflation économique, certaines universités ont choisi de se désabonner de revues scientifiques majeures tels que Nature, le Journal of the American Medical Association ou Science.

Cette nouvelle prise de position conduit les bibliothèques universitaires à trouver d’autres alternatives comme le développement des archives ouvertes qui offrent un accès libre et gratuit aux publications scientifiques qui y sont déposées.

Source : Le Monde-Science, David Larousserie, 12 février 2014.