Tous les articles par Stéphane Vautier

L’histoire d’un type qui cherchait un vieil article sur internet

thXZPGB64XUn mathématicien et un psychologue discutent à bâtons rompus d’épistémologie des math et de la psycho. Un peu plus tard, le psychologue reçoit un courriel du mathématicien :

Glané par hasard sur Jstor :

« Pour certains, la psychologie est une science naturelle qui tend à formuler des lois de causalité. Considérant l’intelligence comme une activité qui s’exerce dans la durée, un processus qui se déroule, elle se demande comment chaque fait est déterminé par les faits qui le précèdent. Elle postule donc le déterminisme des phénomènes de l’esprit, et, sans ce postulat, elle n’aurait pas d’objet. »

« Logique et Psychologie »

E. Goblot

Revue Philosophique de la France et de l’Étranger T. 77 (JANVIER A JUIN 1914), pp. 337-352

thE3B3RLG0Aussitôt le psychologue consulte internet et, grâce à Google, tombe sur le lien Jstor qui propose l’article contre 14 $ (à quoi cette somme peut-elle bien servir, ce n’est pas indiqué…) ainsi qu’un Read Online FREE (qui affiche la première page et si on veut davantage il faut s’enregistrer).

Le chercheur consulte les bases de données de la bibliothèque de son université : pas de pdf. Il demande alors à une collègue qui a accès à d’autres bases de données parce que son équipe a le label CNRS ; la collègue ne trouve rien.

Il consulte aussi le site de la revue Revue Philosophique de la France et de l’Étranger où il apprend que « Les numéros antérieurs à 2000 sont disponibles en ligne sur JStor. »

Il consulte alors une collègue documentaliste qui lui apprend qu’un site, Scihub, pourrait lui être utile. Petit miracle de résistance civique, en copiant le lien dans le champ de la page d’accueil et une fois le test anti-robot effectué, le fichier recherché est prêt à être téléchargé.

Morale de l’histoire : nous vivons une époque où résister redevient nécessaire. Merci aux auteurs de ce site, et un grand hommage aux combats d’Aaron Schwarz.

 

Crédits image 1 : Frits Ahlefeldt-Laurvig (hikingartist.com), « Doc-math-man-discussion »,  licence creative commons  attribution, non-commercial, no derivatives.

Crédits image 2 : Collège de Sèvres, http://www.clg-sevres.ac-versailles.fr/spip.php?article722, licence creative commons by-sa

Pourquoi et quoi publier dans HAL ?

En tant que chercheur, je joue deux rôles. Le premier est celui du bon élève, qui désire publier dans des revues à fort impact (un papier égale un bon point, deux bons points, voire une image selon le prestige de la revue). Le second rôle consiste à développer une réflexion à propos de ce qu’est la connaissance scientifique dans sa discipline, quitte à mettre en question les conventions qui forment le paradigme méthodologique dominant. Ces deux personnages peuvent évoluer en harmonie ou en conflit, selon que la réflexion du second suscite l’approbation ou la désapprobation des éditeurs et des experts des revues ciblées par le premier.

Dans le premier cas, bon prince, je peux volontiers déposer les fichiers auteur sur HAL, ce qui permet d’augmenter la visibilité des travaux officiellement approuvés tout en annulant l’obligation, pour le lecteur intéressé, de passer par la revue ou par l’auteur pour obtenir le pdf. Je peux même proposer la version française de l’article s’il a été publié en anglais, ou la version anglaise s’il a été publié en français.

Dans le second cas, déposer sur HAL un « papier » refusé par les revues « récompensantes » est une façon d’accepter de contribuer à la « littérature grise ». Cela n’est pas très satisfaisant parce que ce type de publication n’a pas de valeur scientifique officielle. On peut alors souhaiter que le dépôt sur HAL puisse se muer en une authentique publication, ce qui me paraît possible si l’article déposé peut donner lieu à des commentaires critiques, avec un système de repérage automatique du type « article commenté par tel et tel liens ».

Je serais personnellement intéressé pour tenter l’expérience de proposer sur HAL un défi intellectuel particulier que les revues récompensantes semblent vouloir ignorer : la méthodologie dominante en psychologie, qui consiste à chercher des « effets statistiques », évite de manière programmatique qu’on cherche des lois psychologiques (étant donné qu’une loi énonce une impossibilité empirique). Comment faire pour découvrir des lois psychologiques non triviales ? Si on n’en trouve pas, pourquoi ne pas essayer d’expliquer pourquoi on n’en trouve pas ?

http://blogs.univ-tlse2.fr/vautier/

Mes dépôts sur HAL