Tous les articles par Guillaume Cabanac

Enseignant-chercheur en informatique à l'Université Paul Sabatier - Toulouse 3. Thématiques : recherche d'information et scientométrie.

Bibliogifts : les bibliothèques clandestines de l’IST

L’information scientifique et technique est une ressource vitale pour les chercheurs (Volentine & Tenopir, 2013). Son accès bénéficie également à un bien plus large public (Davis & Walters, 2011).

Or, actuellement, 75 % de la littérature scientifique mondiale n’est pas accessible librement (Khabsa & Lee Giles, 2014). Les articles sont derrière des paywalls (Pickard & Williams, 2014) érigés par les maisons d’éditions, qui monnayent leur accès sur la base d’achat au cas par cas ou, plus couramment, de souscriptions à des bouquets de revues (Bergstrom, 2001 ; Bergstrom, Courant, McAfee & Williams, 2014). Le coût de ces abonnements, bien souvent prohibitif pour les bibliothèques publiques ou universitaires, constitue un frein à la libre diffusion des connaissances (Harnad, 2001).

Information is Nothing without Retrieval
L’information est inutile lorsqu’on ne peut pas y accéder.

 

Plusieurs stratégies de contournement sont employées par les lecteurs ne disposant pas de tels accès. La plus ancienne consiste à demander par courriel un tiré à part (preprint) auprès de l’auteur (Hartley 2004a, 2004b), en espérant qu’il ait conservé le document et fasse l’effort de répondre. Les lecteurs peuvent aussi désormais accéder aux articles archivés en open access (Suber, 2009) sur diverses plateformes publiques, telles que arxiv.org, HAL, REPEC et SCIELO, pour n’en citer que certaines (Björk, 2014).  D’autres plateformes, telles que  ResearchGate, sont promues par des entreprises commerciales auprès des scientifiques (Thelwall & Kousha, 2015). À défaut, les lecteurs démunis peuvent également implorer leurs followers sur Twitter avec le hashtag #icanhazpdf en indiquant le DOI de l’article convoité (Liu, 2013 ; Gardner & Gardner, 2015).

Mes recherches les plus récentes ont porté sur une autre stratégie, plus confidentielle : le recours aux bibliothèques clandestines évoquées de façon anonyme dans (Tenen & Foxman, 2014 ; Bodó, 2015). J’ai étudié la plateforme Library Genesis (LibGen) hébergeant 42 téraoctets de données, parmi lesquels on dénombre plus de 22 millions articles scientifiques (Cabanac, à paraître). À titre de référence, la production scientifique mondiale s’élevait à 1,3 million d’articles en 2006 (Björk, Roos & Lauri, 2009).

L’analyse comparée des catalogues de CrossRef (agence d’assignation de DOI1 ) et de LibGen m’a notamment permis d’établir la couverture de cette bibliothèque clandestine. Tout éditeur confondu, 36 % des articles publiés sont présents dans LibGen ; cette proportion atteint 68 % en se limitant aux trois éditeurs de premier plan que sont Elsevier, Springer et Wiley. L’analyse du catalogue révèle également une double alimentation : par biblioleaks (de gros volumes intégrés épisodiquement, comme imaginé dans l’essai de Dunn, Coiera et Mandl, 2014) et par crowdsourcing. Dans ce dernier cas, chaque requête d’utilisateur pour un article donné (via son DOI) est satisfaite en exploitant un accès frauduleux par proxy sur des réseaux abonnés (bibliothèques publiques et universitaires du monde entier, notamment) aux ressources électroniques ciblées.

Cette recherche révélant la nature et l’ampleur des « bibliogifts » a tôt trouvé écho dans les médias, tels que Le Monde (Larousserie, 2015), The Guardian (Davey, 2015) ou encore Rue89 (Clavey, 2015). L’accès à l’information scientifique et technique est vraisemblablement un sujet d’intérêt pour notre « société de l’information ». Il me semble pertinent désormais de poursuivre ces premiers travaux afin de répondre aux nombreuses questions laissées en suspens, telles que :

  • qui sont les usagers des bibliothèques clandestines ?
  • quid de l’usage des ressources obtenues ainsi : éducation, information, text mining ou autre ?
  • quelles sont les motivations à recourir à et, a fortiori, à alimenter une bibliothèque clandestine ?
  • à quelles peines s’exposent les usagers vis-à-vis, notamment, du droit d’auteur ?
  • quelle est la part des articles en open access « légal » (c.-à-d. non issus de bibliothèques clandestines) parmi les 25 % d’articles accessibles sur le web identifiés par Khabsa et Lee Giles (2014) ?

L’étude de ces questions captivantes et importantes, me semble-t-il, nécessitera de mobiliser des expertises en informatique, droit et sciences humaines et sociales, notamment. C’est un projet de recherche interdisciplinaire qui, à mon sens, a le potentiel d’éclairer les politiques scientifiques nationales en matière d’information scientifique et technique.

Note

 1Un Document Object Identifier ou DOI est une chaîne de caractères identifiant de façon unique une ressource numérique (Davidson & Douglas, 1998). La plupart des maisons d’éditions assignent désormais un DOI aux articles qu’elles publient. Par exemple, « 10.1002/asi.23445 » est le DOI associé à (Cabanac, à paraître). Un DOI permet d’accéder à la ressource numérique associée en le préfixant par « http://doi.org/ », comme dans http://doi.org/10.1002/asi.23445.

 

Bibliographie

Bergstrom, T. C. (2001). Free labor for costly journals? Journal of Economic Perspectives, 15(4), 183–198. doi:10.1257/jep.15.4.183.

Bergstrom, T. C., Courant, P. N., McAfee, R. P. & Williams, M. A. (2014). Evaluating big deal journal bundles. Proceedings of the National Academy of Sciences, 111(26), 9425–9430. doi:10.1073/pnas.1403006111.

Björk, B.-C. (2014). Open access subject repositories: An overview. Journal of the Association for Information Science and Technology, 65(4), 698–706. doi:10.1002/asi.23021.

Björk, B.-C., Roos, A. & Lauri, M. (2009). Scientific journal publishing: Yearly volume and open access availability. Information Research, 14(1).

Bodó, B. (2015). Central and Eastern Europeans in pirate libraries. Visegrad Insight, 1(7), 99–102.

Cabanac, G. (à paraître). Bibliogifts at LibGen? A study of a text-sharing platform driven by biblioleaks and crowdsourcing. Journal of the Association for Information Science and Technology. doi:10.1002/asi.23445 [preprint et diaporama].

Clavey, M. (2015, 8 septembre). Un hashtag clandestin pour partager la science. Rue89. Disponible via http://rue89.nouvelobs.com/2015/09/08/hashtag-clandestin-partager-science-inaccessible-261102

Davey, M. (2015, 14 août). Australian academics seek to challenge ‘web of avarice’ in scientific publishing. The Guardian. Disponible via http://gu.com/p/4bebg.

Davidson, L. A. & Douglas, K. (1998). Digital Object Identifiers: Promise and problems for scholarly publishing. The Journal of Electronic Publishing, 4(2).

Davis, P. M. & Walters, W. H. (2011). The impact of free access to the scientific literature: A review of recent research. Journal of Medical Library Association, 99(3), 208–217. doi:10.3163/1536-5050.99.3.008.

Dunn, A. G., Coiera, E. & Mandl, K. D. (2014). Is Biblioleaks inevitable? Journal of Medical Internet Research, 16(4), e112. doi:10.2196/jmir.3331.

Gardner, C. C. & Gardner, G. J. (2015). Bypassing interlibrary loan via Twitter: An exploration of #icanhazpdf requests. In D. M. Mueller (Éd.), ACRL’15: Proceedings of the conference of the Association of College & Research Libraries (p. 95–101). Chicago : Association of College & Research Libraries. Disponible via http://www.ala.org/acrl/files/conferences/confsandpreconfs/2015/Gardner.pdf.

Harnad, S. (2001). The self-archiving initiative [Commentary]. Nature, 410(6832), 1024–1025. doi:10.1038/35074210.

Hartley, J. (2004a). On requesting conference papers electronically. Journal of Information Science, 30(5), 475–479. doi:10.1177/0165551504047826.

Hartley, J. (2004b). On requesting re-prints electronically. Journal of Information Science, 30(3), 280–284. doi:10.1177/0165551504044671.

Khabsa, M. & Lee Giles, C. (2014). The number of scholarly documents on the public Web. PLoS ONE, 9(5), e93949. doi:10.1371/journal.pone.0093949.

Larousserie, D. (2015, 22 avril). Le marché noir de l’édition scientifique. Le Monde — Supplément science & médecine, 7. Disponible en ligne sous le titre « Les bibliothèques clandestines de l’édition scientifique » http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/04/20/les-bibliotheques-clandestines-de-l-edition-scientifique_4619506_1650684.html.

Liu, J. (2013). Interactions: the numbers behind #icanhazpdf. Disponible via http://www.altmetric.com/blog/interactions-the-numbers-behind-icanhazpdf.

Pickard, V. & Williams, A. T. (2014). Salvation or folly? The promises and perils of digital paywalls. Digital Journalism, 2(2), 195–213. doi:10.1080/21670811.2013.865967.

Suber, P. (2009). Open access. Cambridge, MA : MIT Press.

Tenen, D. & Foxman, M. (2014). Book piracy as peer preservation. Computational Culture, 4. Disponible via http://computationalculture.net/article/book-piracy-as-peer-preservation.

Thelwall, M. & Kousha, K. (2015). ResearchGate: Disseminating, communicating, and measuring scholarship? Journal of the Association for Information Science and Technology, 66(5), 876–889. doi:10.1002/asi.23236.

Volentine, R. & Tenopir, C. (2013). Value of academic reading and value of the library in academics’ own words. Aslib Proceedings, 65(4), 425–440. doi:10.1108/AP-03-2012-0025.


À propos de l’auteur

Guillaume Cabanac (@gcabanac) est maître de conférences en informatique à l’Université Toulouse 3 – Paul Sabatier. Ses recherches à l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT UMR 5505) portent sur la recherche d’information et la scientométrie.