Tous les articles par Françoise Gouzi

Repenser l’évaluation de la recherche

DORA (San Francisco Declaration on Research Assessment) est un ensemble de recommandations « Déclaration de San Francisco », élaborées à l’initiative de chercheurs de la Société Américaine pour la biologie cellulaire (ASCB) en 2012, visant à diffuser des bonnes pratiques en matière d’évaluation de la recherche et à relever les limites ou l’usage abusif des indicateurs bibliométriques tels que l’Impact Factor pour les revues scientifiques. Cette initiative a pour objectif de redonner du sens à l’évaluation scientifique en s’attachant davantage à la notion de qualité et contribution scientifique plutôt qu’à celle de popularité d’un papier ou d’un journal.

Read the declaration – Français

Au niveau international, 519 institutions et organismes de recherche et 12656 personnes à titre individuel (issues du monde de la recherche) sont signataires à ce jour de la Déclaration de San Francisco.

Nous avons dressé ci-dessous une chronologie des dernières signatures (cet été !) ainsi que la liste des organismes français (14) signataires de DORA à ce jour.

INRA, INRIA, INSERM, CIRAD, CNRS, ANR, Université Clermont-Auvergne, Sorbonne Université Médecine,  Conférence des publications de psychologie en langue française, Institut Pasteur, ADBU, Telecom Saint-Etienne, ASES (Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur), AECSP (Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique).

Le 7/09/2018 l’ANR signe la déclaration de San Francisco (source)

Aux côtés des organismes de recherche et institutions signataires, l’Agence nationale de la recherche (ANR) signe le 7 septembre 2018 la Déclaration de San Francisco (San Francisco Declaration on Research Assessment – DORA). Ce texte propose plusieurs recommandations pour améliorer l’évaluation de la recherche, en privilégiant notamment la qualité des productions scientifiques plutôt que la notoriété des revues.

Le 27 août 2018, l’Inra signe la déclaration de San Francisco (source)

Philippe Mauguin, PDG de l’Inra, a signé la Déclaration de San Francisco (DORA) qui vise à améliorer l’évaluation de la recherche scientifique. L’engagement de l’Inra dans cette initiative mondiale conforte les réflexions et développements méthodologiques conduits jusque-là par l’Institut, qu’il s’agisse de la caractérisation de la notoriété d’une revue en fonction du domaine disciplinaire ou de l’ouverture du périmètre de l’évaluation à la diversité des activités et des produits de la recherche finalisée.

Le 14 juillet 2018, le CNRS  signe la déclaration de San Francisco (sources : ici et là).

Le 03/07/2018, le Cirad mise sur la qualité des contenus scientifiques plutôt que sur le facteur d’impact. (source)

Le 29/06/2018, l’INSERM signe la déclaration de San Francisco (source)

L’Inserm fait désormais partie des organismes signataires de la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA, pour San Francisco Declaration on Research Assessment). Ce texte vise à améliorer la façon dont la production scientifique est évaluée, notamment en remettant en cause l’utilisation abusive de l’indicateur de notoriété des journaux (Journal Impact Factor).

 

 

Chapitres d’ouvrages : autorisations de diffusion élargies

Springer autorise le dépôt, en archives ouvertes institutionnelles, des chapitres d’ouvrages au format postprint (Accepted Author Manuscript), avec un embargo de 12 à 24 mois.

Selon la politique de Springer, les auteurs dont les travaux sont acceptés pour publication dans un ouvrage chez Springer non open access, peuvent déposer leur manuscrit accepté version auteur dans leur archive institutionnelle. Springer précise qu’il s’agit bien de la version auteur acceptée pour publication après évaluation (mais avant rédaction et composition). En savoir plus.

***

Vous pouvez également trouver des politiques éditoriales (pour les chapitres d’ouvrages) de quelques éditeurs français (quatre presses universitaires) et anglosaxons sur la documentation en ligne de HAL (adaptation de la page Chapters and monographs proposée par l’Université d’Edimbourg).

Valorisation de la recherche et IST : l’URFIST Occitanie fait sa rentrée !

Le programme des formations proposées par l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique (URFIST) Occitanie, vient de sortir pour le premier semestre 2018-2019. Voici les thématiques abordées :

  • la veille et la recherche d’informations scientifique (Légifrance, les Archives du web, Twitter),
  • l’exploitation et la gestion des données de la recherche (Zotero, ISTEX, DMP Opidor),
  • la conception de documents scientifiques (Photoshop, InDesign, LateX)
  • la valorisation de la recherche (Archives Ouvertes, réseaux sociaux, optimisation du référencement sur le web)
  • la compréhension des enjeux et des modalités d’évaluation de la recherche (bibliométrie)
  • le paysage de l’information scientifique et technique (écosystème des publications, gouvernance du web)

Pour vous inscrire et connaître le détail des stages et les nouveaux stages, rendez-vous sur la plateforme Sygefor.

Les formations se déroulent généralement dans les locaux de la Maison de la Recherche et de la Valorisation (métro « Faculté de Pharmacie »).

Les stages sont gratuits pour les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’innovation, de l’éducation nationale, les doctorants et les étudiants en Master 2.

Contact URFIST Occitanie : urfist@univ-toulouse.fr

Plan national pour la Science Ouverte

Le Plan national pour la Science Ouverte annoncé par Frédérique Vidal, le 4 juillet 2018, rend obligatoire l’accès ouvert pour les publications et pour les données issues de recherches financées sur projets. Il met en place un Comité pour la science ouverte et soutient des initiatives majeures de structuration du paysage concernant les publications et les données. Enfin, il est doté d’un volet formation et d’un volet international qui sont essentiels à la mobilisation des communautés scientifiques et à l’influence de la France dans ce paysage en cours de constitution. Continuer la lecture de Plan national pour la Science Ouverte

Journées casuHAL 2018 : République numérique et archives ouvertes

Cette année, les journées CASUHAL auront pour thème  : Science ouverte, république numérique et archive ouverte : quoi de neuf ?

CASUHAL2018 : ce micro-événement vise à réunir la communauté scientifique (chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants) cible de cette nouvelle loi et les professionnels de l’Information Scientifique et Technique impliqués dans sa mise en œuvre, notamment à travers l’archive ouverte HAL.

Et les journées CasuHAL sur Twitter :  .

Réécouter les présentations (ScanR, Conditor, IdRef).

Continuer la lecture de Journées casuHAL 2018 : République numérique et archives ouvertes

Dépôt simplifié sur HAL : ce qui marche

http://pxhere.com/fr/photo/606745, licence CC0 Domaine public

A signaler ! Le billet posté par CasuHAL sur les huit bonnes raisons d’apprécier le dépôt simplifié dans HAL. On retiendra donc :

 

 

  1. C’est rapide
  2. Les données sont récupérées automatiquement
  3. Un seul auteur suffit (Mais attention, il est préférable dans un souci de maintien de la qualité des métadonnées, de renseigner dans la mesure du possible, les affiliations des co-auteurs du dépôt.)
  4. Toutes les informations sont sur une seule page
  5. Formulaire à la carte
  6. Je dépose dès la publication
  7. Glissez-déposez
  8. Mon affiliation préférée

 

Module statistiques HAL ….ça bouge

Vous trouverez sur le blog du CCSD les résultats de l’enquête sur les besoins en statistiques menée auprès des administrateurs de portail. Une priorité des développements HAL pour 2018 concerne la refonte du module de statistiques. Cela englobe l’amélioration des performances, celle de la fiabilité des indicateurs, l’ergonomie de l’interface d’interrogation et l’exploitation des résultats. Continuer la lecture de Module statistiques HAL ….ça bouge

L’activité des reviewers (Publons) : témoignages de chercheurs

Dans le cadre de la journée d’étude du 27 mars 2018 « Le peer review à l’ère de l’open science : enjeux et évolutions » (consulter les supports ; consulter les tweets) organisée par l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique de Bordeaux, une table-ronde a été dédiée à la question de la reconnaissance et de la valorisation de l’activité des reviewers et notamment via l’utilisation de Publons. Continuer la lecture de L’activité des reviewers (Publons) : témoignages de chercheurs

Panorama des identifiants personnes et structures

Dans le cadre du dispositif de formation continue de l’ABES « J.e-cours », le cours proposé le 05-04-2018 avait pour thème : « le panorama des identifiants Personnes & Structures » (notamment celles impliquées dans l’enseignement supérieur et la recherche française).

Vous pouvez désormais accéder au tutoriel en ligne. Support de formation PDF.

***

Le prochain J.e-cours* de l’ABES aura pour thème les exports de STAR vers TEL, le jeudi 17 Mai de 11h à 12h.

Description : L’application nationale STAR propose un export du fichier de thèse et de ses métadonnées vers la plateforme TEL du CCSD. Ce J.e-cours est consacré à cette fonctionnalité et sera l’occasion d’aborder les modalités techniques des fonctions d’export de STAR vers TEL ainsi que les contraintes spécifiques qui la régissent.

Public : Coordinateurs Thèses, Correspondants STAR et membres de CasuHAL.

Intervenant : Olivier Cian, responsable de l’application STAR (service des Thèses).

Inscrivez-vous.

Attention : le nombre de places est limité à 100 participants.

* Un J.e-cours est une session de formation à distance en direct d’une heure, composée d’une présentation suivie d’échanges avec les participants. Elle est enregistrée et ensuite diffusée sur la plateforme d’autoformation de l’ABES.

Le DOAJ invité des journées du réseau Mir@bel 2018

Dans le cadre de la 7ème assemblée générale du réseau Mir@bel, réseau développant un outil collaboratif de veille sur les revues,  Tom Olijhoeck (éditeur en chef, Directory of Open Acess JournalsDOAJ) est invité à intervenir sur : « Promouvoir l’open access pour une science ouverte ».

L’intervention se déroulera le lundi 4 juin 2018 de 17h à 18h30 à l’École des haute études en sciences sociales (EHESS, Amphithéâtre François-Furet,105 boulevard Raspail, 75006 PARIS).

L’entrée est libre et ouverte à tous.
Pour de plus amples informations : contact@reseau-mirabel.info

HAL pour des projets de recherche…ça pousse !

Franek N, « Rue Michelet, Suresnes », licence CC BY-NC-ND 2.0, https://flic.kr/p/TCvUjo

C’est bientôt le printemps et voici sept nouvelles collections HAL de projets de recherche (ou collections thématiques) qui ont vu le jour ces derniers mois. Les porteurs de projets,  des chercheurs et enseignants-chercheurs de l’université Toulouse Jean-Jaurès (SHS et ALL), ont suivi un atelier  HAL, seuls ou accompagnés de certains de leurs collaborateurs, « Créer une collection HAL : projets de recherche, réseaux scientifiques, groupes de travail, … » pour donner de la visibilité aux résultats scientifiques de leur projet respectif. Continuer la lecture de HAL pour des projets de recherche…ça pousse !

Comment financer l’Open Access ? Un exemple local

Ilona Kuckuck, « Boutons en Bois », licence CC BY 2.0, https://flic.kr/p/qTMGW7

Pour donner une suite concrète à la signature de l’appel de Jussieu, il est nécessaire que les établissements et instances de l’enseignement supérieur de la recherche en général, se positionnent pour trouver des mécanismes de financement de l’open access (désabonnement à des bases ou bouquets sur budgets SCD, re-fléchage de budgets bibliothèque ou recherche, réponse uniquement à des appels à projets avec diffusion obligatoire des résultats en open access, …). Voici le récit ci-dessous d’une expérience locale ou comment décider de consacrer une part du budget d’un SCD au financement de modèles alternatifs.

L’instance de direction du SCD (le bureau) de l’Université Toulouse Jean-Jaurès (spécialisée dans les disciplines SHS et ALL), sur la proposition du directeur du département du numérique, a  décidé d’utiliser une partie du budget 2018 dédié aux ressources numériques au financement d’actions de soutien à des modèles alternatifs de publication scientifique en libre accès. Il s’agit en l’occurrence de l’adhésion au nouveau modèle de financement Erudit (plateforme canadienne de contenus en sciences humaines et sociales) négocié pour les membres du consortium Couperin et de l’adhésion/soutien financier au projet DOAJ (Directory of Open Access Journals) et à SPARC Europe (Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition). Si on ajoute le renouvellement de l’abonnement UT2J à l’offre OpenEdition Journals via le groupement de commandes national nouvellement constitué, on arrive à environ 5 % du budget ressources numériques du SCD consacré au financement de modèles alternatifs.

Pour information, cela a été rendu possible grâce à des marges de manœuvre dégagées par le désabonnement à d’autres ressources, dont le rapport coût/usage se révélait trop élevé. Cela ne rentre pas complètement dans le cadre d’un storytelling idéal où on désabonne Elsevier ou un autre gros éditeur pour privilégier les modèles alternatifs favorables au libre accès, mais en tous cas cet argent a bien été sanctuarisé et utilisé pour le financement du libre accès et c’est cela qui importe.

#Maintenantonagit !

 

Le réseau Toul’AO : nouvelle visibilité et ancrage institutionnel

Depuis septembre 2017, le réseau Archives ouvertes Toulouse a changé de nom : Toul’AO (pour Toulouse Archives Ouvertes) et s’inscrit dorénavant durablement dans le paysage institutionnel toulousain. En effet, le réseau est rattaché officiellement au réseau des bibliothèques de Toulouse (SICD) de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées (UFTMiP) et devient un groupe de travail à part entière (GTAO) aux côtés d’autres groupes thématiquesl impliquant toutes les bibliothèques du site. Ceci marque de fait, par les différents acteurs du site (UFTMiP, établissements et structures de recherche impliquées dans Toul’AO) la légitimation et la reconnaissance du travail accompli par les professionnels du réseau depuis ses débuts (notamment avec le colloque OpenEval, Toulouse, octobre 2016). Voir la feuille de route et les membres du groupe « Toul’AO », SICD/UFTMiP.

Par ailleurs, à l’occasion de l’attribution d’un ISSN 2552-5298 pour le carnet en 2017 et de l’ajout au catalogue Open Edition, il a été décidé de refaire le bandeau en y intégrant le nom du réseau « Toul’AO ».

Comment financer la science ouverte ?

Source : licence CC0, https://pixabay.com/photo-2724241/

Proche de ce que propose l’appel de Jussieu dans son point 5 « Les investissements dans le développement d’outils open source sur lesquels reposent ces pratiques innovantes doivent être multipliés et coordonnés », voici deux exemples d’organisation financière en bibliothèque universitaire et de coalition pour passer d’une logique d’acquisition à une logique d’investissement pour la science ouverte. Source : blog de Marlène Delaye, bibliothécaire à Aix Marseille Université (AMU), billet « 2,5% et plus » .

Continuer la lecture de Comment financer la science ouverte ?

Appel de Jussieu : l’UFTMiP signe !

Au niveau du site toulousain, l’UFTMiP ainsi que l’INPT ont signé le mois dernier l’Appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité aux côtés d’une trentaine d’autres établissements et structures de recherche français dont la CPU et le CNRS.

Continuer la lecture de Appel de Jussieu : l’UFTMiP signe !