Toul’AO développe son expertise : retour sur les groupes thématiques Référentiel et Formation

Crédits : Benoît Colas, CPRS/UT2J

Toul’AO s’est structuré en plusieurs groupes de travail thématiques, afin de pouvoir avancer conjointement sur différents sujets. Cette année, l’accent a été mis sur les référentiels et la formation.

Chaque groupe a dû répondre à une commande, et rendre ses conclusions en réunion des directeurs de SCD (au niveau du site toulousain) le 10 mai 2019. Le travail se poursuit avec une mise en œuvre attendue, selon les différents sujets, à plus ou moins longue échéance.

Groupe Référentiel 

Le groupe Référentiel est composé de quatre personnes, représentant les établissements ISAE-Supaéro, UT1, IMT Mines Albi, et UT3. Il reflète donc une palette variée d’outils (OATAO, Toulouse 1 capitole Publications, HAL IMT Mines Albi) et de situations au regard des archives ouvertes.

Son objectif était de répertorier et comparer les référentiels existants, à la fois pour les personnes et les structures, puis d’étudier les interconnexions possibles avec une archive ouverte institutionnelle. Par ailleurs, un avis consultatif a été demandé au GT Référentiel concernant l’opportunité de participer à l’adhésion consortiale à ORCID, portée par Couperin au niveau national. 

De nombreuses questions posées en amont ont orienté le travail du groupe : un référentiel pour qui ? Quels usages ? Quelles spécificités ? Dans quel contexte ?

Une fois le périmètre délimité, des critères « métier » ont pu être posés. En premier lieu, il apparaît que les référentiels, plus que n’importe quel autre outil bibliographique, nécessitent des données d’un fort niveau qualitatif, ainsi qu’une mise à jour régulière. La première conclusion du GT a donc été de favoriser un outil sur lequel les bibliothécaires/documentalistes puissent prendre la main de manière directe et pérenne. Après étude de quatre référentiels de différentes portées (AuréHAL, ORCID, ScopusAuthorID, IdRef), l’outil le plus adapté nous semble être IdRef, un outil professionnel public avec un contrôle systématique, et exposant des données de qualité et sous licence Etalab.

Toutefois, un seul référentiel ne peut répondre à tous les usages posés par le contexte actuel de l’ESR. Pour répondre à la volonté de visibilité internationale  et en application du Plan national pour la Science Ouverte, il semble indispensable d’approfondir le travail du groupe concernant le référentiel ORCID, en établissant dans un premier temps une cartographie plus complète de la présence des chercheurs des différents établissements du réseau de l’Université de Toulouse dans ce référentiel.

Groupe Formation

Le groupe Formation est composé de six personnes, représentant les établissements UT2J, INU Champollion, LAAS-CNRS, INSA, ENAC et URFIST Occitanie. Cette composition variée reflète les différents types de structures présentes dans le réseau et les disparités de moyens consacrés à la formation à la science ouverte.

Son objectif actuel est double : recenser les formations actuelles à la science ouverte proposées par les différents établissements via les services documentaires, écoles doctorales, École des docteurs et URFIST Occitanie à destination des doctorants et chercheurs du site à travers une cartographie  ; alimenter un espace de partage de supports de formation sur l’Intranet du SICD et le Pearltrees du réseau en pointant vers des supports de formation existants sur la science ouverte. Cette cartographie portera sur les formations dispensées en 2018 pour identifier de nouveaux besoins en formation en fonction des établissements et des disciplines et permettre de lancer un appel pour identifier des formateurs potentiels sur les thématiques de formation non couvertes à l’heure actuelle. Ce sera également l’occasion de contacter les autres structures présentes sur le site toulousain mais non membres du réseau Toul’AO pour avoir la vue la plus exhaustive possible des formations proposées en 2018. Le résultat de cette cartographie pourra être envoyé aux membres du collège Compétences et formation du CoSO.

L’espace de mutualisation des supports permettra aux formateurs du réseau de pouvoir échanger et potentiellement co-construire des formations. Dans un second temps, une orientation pourra être prise en direction des Open badges pour « labelliser » les formations à la science ouverte proposées par les établissements membres de l’Université de Toulouse Midi-Pyrénées.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.