A la recherche du postprint perdu

[Billet publié initialement sur le blog Numeribib]

C’est parfois avec des idées simples qu’on fait progresser une grande cause. L’équipe qui œuvre au projet « Open Access Button » vient d’en donner une éclatante illustration, en annonçant le 21 novembre, la mise en ligne d’un tutoriel (en cours de finalisation) expliquant aux chercheurs comment récupérer leurs postprints en se loguant sur les plateformes d’outils d’édition : Editorial Manager, ScholarOne, eJournal Press, etc. Le tutoriel est dénommé Direct2AAM, AAM étant l’acronyme de « Author Accepted Manuscript ».

Un tutoriel pour faire avancer la cause de l’open access 

La Loi République Numérique, promulguée le 7 octobre 2016, consacre un droit d’exploitation secondaire des articles scientifiques au bénéfice de leurs auteurs. Ces derniers, moyennant le respect d’un certain nombre de conditions cumulatives (financement au moins pour moitié sur fonds publics, parution dans un périodique,  accord des co-auteurs…) sont en droit de mettre à disposition gratuitement, passé un délai de 6 mois (en sciences, techniques, médecine) ou de 12 mois (en sciences humaines et sociales) après la première date de publication, la dernière version de leur papier acceptée avant publication :

Art. L. 533-4.-I.-Lorsqu’un écrit scientifique issu d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales ou des établissements publics, par des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne est publié dans un périodique paraissant au moins une fois par an, son auteur dispose, même après avoir accordé des droits exclusifs à un éditeur, du droit de mettre à disposition gratuitement dans un format ouvert, par voie numérique, sous réserve de l’accord des éventuels coauteurs, la version finale de son manuscrit acceptée pour publication, dès lors que l’éditeur met lui-même celle-ci gratuitement à disposition par voie numérique ou, à défaut, à l’expiration d’un délai courant à compter de la date de la première publication. Ce délai est au maximum de six mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la médecine et de douze mois dans celui des sciences humaines et sociales.

« La version mise à disposition en application du premier alinéa ne peut faire l’objet d’une exploitation dans le cadre d’une activité d’édition à caractère commercial. (…)

Or, en pratique, les chercheurs sont souvent bien en peine de mettre la main sur la dernière version de leur papier acceptée avant publication, s’ils n’ont pas pris la précaution de l’archiver dans un espace de stockage personnel. Bien souvent, seul l’éditeur détient la version finale acceptée pour publication et sans les marques éditeur (logos, copyright, etc). C’est là qu’intervient le tutoriel Direct2AAM, pour aider les chercheurs à récupérer la dernière version auteur acceptée avant publication. L’idée est d’une grande simplicité : Direct2AAM explique aux chercheurs comment se connecter aux principaux outils d’édition (ScholarOne, Editorial Manager…), plateformes par lesquelles transite et s’opère le travail de peer-reviewing en amont de la publication. Or ces outils hébergent les « publications et  textes intermédiaires déposés par les auteurs, les évaluateurs et les editors » (Pierre-Carl Langlais a consacré aux outils d’édition la première partie d’un rapport paru en 2016).

 Retour d’expérience d’un chercheur

Le tutoriel permet-il de récupérer exactement la version finale du manuscrit acceptée pour publication, ou bien s’agit-il d’une version légèrement antérieure avant remaniement ultime par les reviewers ou l’éditeur?  Pour le savoir, encore faut-il mettre en pratique le tutoriel. Un chercheur (merci Jean-José !) s’est prêté spontanément à l’exercice. Voici son retour d’expérience :

« J’ai suivi la procédure indiquée et, pour certains de mes articles, j’ai pu récupérer le dernier PDF envoyé à l’éditeur (version acceptée). Le problème, c’est que ce PDF subit parfois/souvent des modifications pendant la phase dite de PROOF. Après mise en page de la version acceptée, l’éditeur envoie à l’auteur principal une version pour vérification que tout est OK. Pendant cette phase de vérification, il arrive (assez souvent) que l’on détecte des bugs, qui sont corrigés par l’éditeur mais que les auteurs ne corrigent généralement pas de leur côté. Du coup, la version acceptée et la version publiée ne sont pas toujours identiques (hors aspects mise en page).A ce bémol près, la procédure proposée permet bien de récupérer le post-print, suivant la définition « version acceptée, intégrant les corrections demandées par les reviewers, sans mise en page de l’éditeur ». Il est probablement préférable de déposer ce post-print que de ne rien déposer du tout. »

Donc, modulo quelques retouches mineures effectuées par l’éditeur à la toute fin du travail de relecture, au moment de la correction des épreuves, la version du manuscrit récupérée via les outils d’édition correspond bien au postprint que l’auteur, en vertu de l’article 30 de la Loi République Numérique, est en droit de mettre à libre disposition, passé le délai de 6 ou 12 mois après la date de première publication. Le même chercheur est tombé sur un cas problématique : le PDF d’un article est non disponible et un message automatique de l’éditeur explique que le papier a été retiré en application des « règles de conservation des enregistrements « (record retention policies). Lesquelles ne permettent malheureusement pas d’expliquer les motifs de la suppression du PDF, qui semble, en l’état, pour le moins arbitraire.

Derrière les outils, les murs…

Le tutoriel Direct2AAM a cela aussi d’instructif, qu’il donne à tout un chacun une information claire sur l’identité des groupements économiques détenteurs des deux outils d’édition les plus répandus sur le marché : Elsevier détient depuis août dernier Editorial Manager, et Clarivate Analytics a racheté en 2016 ScholarOne (en même temps que le Web of Science). Ainsi le tutoriel met indirectement en lumière un processus de captation progressive des outils d’édition par les grands acteurs de l’édition scientifique. La remarque procède d’un constat plus général : les grands éditeurs scientifiques, au premier rang desquels Elsevier, sont en train de bâtir « un écosystème captif qui embrasse tous les pans de l’édition scientifique » (pour reprendre une formule très juste de Pierre-Carl Langlais). Cette « plateformisation » de l’édition scientifique qui va du rachat des réseaux sociaux académiques (Mendeley) à celui d’archives ouvertes (SSRN), en passant par l’acquisition de Current Research Information Systems (PURE) ou de produits d’altmetrics (Elsevier a également fait l’acquisition de Plum Analytics), se fait à toute vitesse. Si rapidement à vrai dire, que l’infographie concernant Elsevier, disponible dans le cadre du projet « Innovations in Scholarly Communications« , n’est tout simplement pas à jour ; le rachat d’Editorial Manager par Elsevier en août dernier n’y figure toujours pas :

https://101innovations.wordpress.com/workflows/

Comment ne pas s’inquiéter du caractère hautement problématique de cette omniprésence des poids lourds de l’édition scientifique à tous les stades du workflow de la publication et des services associés ? Non seulement, les chercheurs sont de plus en plus captifs, enfermés à l’intérieur d’un seul écosystème propriétaire, mais cette agrégation de plateformes laisse peu à peu « enfermés dehors » la myriade des petits éditeurs qui composent les franges de l’oligopole mondial constitué des « big 6 » : Elsevier, Springer Nature, Wiley, WoltersKluwers, Clarivate Analytics et Informa. Effet de bord de la captation des multiples pans de l’édition scientifique ou ironie suprême : quand l’Union Européenne cherche un prestataire technique pour la réalisation du projet « Open Science Monitor », elle se tourne vers… Elsevier.

PS: merci à Marlène Delhaye qui a diffusé cette info sur Twitter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.