Clap de fin pour l’abonnement à Springer Nature

Hichster – « End » Licence CC-BY 2.0 – https://flic.kr/p/9orz8V

Les 13 mois de négociations entre le consortium Couperin, qui regroupe plus de 250 établissements d’enseignement et de recherche français, et l’éditeur Springer Nature ont abouti fin mars à une impasse et le contrat a été résilié avec l’éditeur en janvier 2018. Cependant Springer n’a pas coupé ses accès aux institutions.

Les raisons de ce désaccord résident dans le refus de la part de Springer d’accéder à la requête de Couperin, qui demandait une diminution du prix du contrat d’abonnement. Alors qu’un nombre croissant de ses publications est disponible en accès libre, la dernière proposition de l’éditeur envisageait une augmentation de 0.75% en 2019 et 1% en 2020.

À l’heure où Springer envisage d’entrer en bourse à l’été prochain, ce qui entraînerait une augmentation de son capital de 700 à 800 000 euros, le consortium a refusé de satisfaire l’appétit croissant de l’éditeur. Dans un communiqué du 3 avril, il explique :

« Les coûts toujours croissants de l’information scientifique captent une partie désormais trop importante des budgets des établissements, part qui ne peut être consacrée au financement des activités de recherche ni employée à soutenir la diversité éditoriale. Cette situation représente une menace pour la recherche, alors que les chercheurs sont les producteurs de cette information qu’ils fournissent gratuitement aux éditeurs, et dont ils assurent, toujours gratuitement, l’évaluation et la gestion éditoriale. »

Afin de sortir de cette dépendance aux éditeurs privés, le consortium appuie et encourage le développement de l’Open Access, qui constitue une issue salvatrice au système de marchandisation de la production scientifique publique.

Sources – Carnet INIST :

A lire aussi : « Transition vers l’Accès Libre: le piège des accords globaux avec les éditeurs », entretien avec Marie Farge (directrice de recherche CNRS à l’ENS) et Frédéric Hélein (Professeur à l’Université Paris Diderot), Mediapart, 13/04/2018

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *