Revues « prédatrices » : comment les repérer ?

Icon_Loupe_256x256Suite à la présentation du carnet à la première assemblée générale annuelle d’Hypothèses qui s’est tenue le 8 avril 2014 à Paris. Eric Verdeil (Chercheur au laboratoire Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon) a réagit à l’un des billets présentés « Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs ! » et nous a contacté pour savoir si la revue suivante était une revue « prédatrice ».

A partir du mail « générique » envoyé par l’éditeur de la revue, nous avons analysé la « fiche d’identité » de cette revue :

-International Journal of Humanities and Social Science (IJHSS),

-ISSN 2220-8488 (Print), 2221- 0989 (Online)

-Éditeur : Center for Promoting Ideas.

Comment savoir si nous avons affaire à une revue « prédatrice » ?

1/ Chercher le nom de la revue sur le blog Scholarly Open Access

Résultat : la revue n’y apparaît pas.

2/ Puis le nom de l’éditeur

Résultat : la revue y apparaît. Il semble bien que cette revue ne soit pas une revue scientifique.

Si ces deux premières étapes s’avèrent infructueuses, il est possible d’approfondir les recherches de la manière suivante : 

3/ Rechercher l’ISSN sur le portail ISSN

Les ISSN (électronique et papier) affichés par la revue n’existent pas.

4/ Rechercher le nom de la revue sur ce même portail

Résultat : des noms approchants sont trouvés. La revue s’inspire probablement du nom d’une revue déjà existante pour se donner de la crédibilité.

5/ La revue affirme être présente dans diverses bases de données internationales et portails de revues dont le DOAJ

Résultat : Elle n’apparait pas dans ce répertoire.

6/ Analyser les membre du comité éditorial

Résultat :  Le Dr. Alexandros G. Psychogios, est affilié à l’Université de 1000px-Bomb.svgSheffield (Grèce), or celle-ci se trouve au Royaume-Uni !


5 réflexions sur « Revues « prédatrices » : comment les repérer ? »

  1. Considérez-vous que toute revue qui fait payer pour publier et ceci sans peer review est prédatrice?
    cela me pose un problème avec des revues comme Frontiers, qui ont réussi à monter leur IF à partir d’une base des taxes imposées à leurs auteurs?

    1. Bonjour
      Non bien sûr, certaines revues en effet comme Plos One ont un modèle économique avec frais de publication pour publier mais possèdent tout de même des critères de scientificité (comme le système d’évaluation des articles, la constitution de comités éditoriaux ). Du coup en effet, une revue présentant les deux caractéristiques : frais de publication et sans peer reviewing peut être douteuse, et leur IF est à ce titre contestable. Pour détecter les revues dites « prédatrices », et la bonne qualité de revues en open access, je vous invite à consulter cette page qui vous donnera quelques points de vigilance http://moodle.univ-lille2.fr/mod/resource/view.php?id=83029

Répondre à Françoise Schenk Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *