Archives par mot-clé : formation

Réseaux sociaux académiques….Le débat !

reseauxsociauxCe sujet est au cœur de débats passionnants qui ont lieu sur le web en ce moment (listes de diffusion [accesouvert], [accestresouvert], carnets de recherche Rumor , blogs perso par exemple …etc) entre enseignants-chercheurs de toutes disciplines, éditeurs et professionnels de l’information scientifique et technique (IST) – bibliothécaires ou documentalistes. En parallèle des informations et avis très pointus et importants sur les fonctionnalités techniques de chacune de ces plateformes très évolutives (Academia.edu, Researchgate.org, MyScienceWork…) : ergonomie, accès au contenu, citation des sources, interopérabilité, identité numérique du chercheur,  pérennité et conservation des données… une nouvelle question semble émerger relative à la notion de métier. Se pose la question de la place et du rôle du professionnel de l’IST parmi le foisonnement de ces outils mais également, de la position du chercheur quant au choix de la plateforme technique pour la diffusion de ses travaux, et plus largement, du canal de diffusion de ce qui constitue la Recherche publique.

Le rôle des professionnels de l’IST sur ces questions est avant tout, d’aider les chercheurs à faire la distinction entre toutes ces plateformes et notamment à bien différencier les dépôts d’archives ouvertes des réseaux sociaux académiques. Il faut informer sur ces nouvelles plateformes (oui mais on n’a pas forcément l’info car les plateformes se développent très vite et il y en a beaucoup), sensibiliser aussi sur les aspects plus politiques (appartenance privé/public de ces différents outils) et, enfin former ou accompagner les chercheurs au dépôt en archives ouvertes (accompagnement d’ordre technique et juridique – oui ça encore on peut le faire, encore faut-il être formé, en avoir reçu clairement la mission par son directeur, et disposer de moyens humains suffisants pour le faire -). Sur ce dernier point, on se retrouve parfois en difficulté à promouvoir une plateforme comme Hal face aux arguments des chercheurs sur la puissance de ces plateformes : instantanéité du dialogue scientifique, profil du chercheur, moissonnage ou aspiration hyper rapide des articles du chercheur ou des contacts travaillant sur le même champ d’étude, …etc. Une des solutions envisagée par le CCSD visiblement dans la prochaine version de HAL, est d’apporter une couche « web social » à Hal. Enfin apparaît l’idée, déjà lue maintes fois sur les fameuses listes de diffusion, d’intégrer à Hal des fonctionnalités de « suivre » et « être suivi » ou de « réagir » sur les articles déposés par les chercheurs. Peut-on imaginer le résultat d’une fusion entre Hal et Hypothèses ? Hum intéressant !!

Sans dire qu’il faut trouver à être concurrent face à ces mastodontes du web social, il semble évident qu’il faut chercher à être innovant et tenter d’apporter une vraie valeur ajoutée aux plateformes de dépôts en AO Institutionnelle ou AO centrale. De plus, professionnels de l’IST que nous sommes mais également, instances d’évaluation et tutelles politiques, doivent observer de près l’activité de publication de la communauté académique évoluant à grande vitesse sur les réseaux sociaux. A ce sujet, notons une étude sur http://altmetrics.org/manifesto/ (un groupe de chercheurs à l’international) ayant fait le constat que les chercheurs déplacent de plus en plus leurs travaux sur le web – ces travaux restent « non cités » : blogs, carnets …).

Et le libre accès dans tout ça ?

Et la position de nos tutelles et des instances politiques au cœur de ce débat ? Si les instances politiques ne montrent pas la voie, alors c’est à la communauté scientifique (j’y inclue les professionnels de l’IST bien sûr) de la trouver.

Quelques préconisations s’imposent, si modestes soient-elles, notamment sur un effort nécessaire de définition ou de re-définition des différents outils de diffusion des contenus scientifiques du paysage numérique académique et, de leurs objectifs (y compris origine privé/public, concepteur) et de leur positionnement par rapport au libre accès. Cet effort de définition pourrait venir de la part des concepteurs et/ou de la part de la communauté scientifique.

****

Dans le cadre de la 2e journée d’étude des correspondants IST de l’inSHS du 19 novembre 2013 (Paris), j’ai participé à une table ronde autour des réseaux sociaux scientifiques. « Les principales questions posées lors de la table ronde ont été : Quelles sont les pratiques des chercheurs et des communautés de chercheurs : apports, problèmes, questions ? Quelles particularités de ces réseaux « recherche », quelle articulation entre réseaux sociaux recherche et archives ouvertes, quel positionnement des institutions ? Quels risques pris lorsqu’on les utilise, quelles formations ou accompagnements proposés, quelle gestion de l’identité numérique pour les chercheurs ? En introduction, la direction de la communication du CNRS a fait une présentation des premiers résultats de l’enquête menée sur « L’usage des réseaux sociaux par les scientifiques ». Eric Verdeil, Françoise Gouzi, Christophe Benech et Kumar Guha, animateur du débat, ont posé les questions qui sont cruciales aujourd’hui. Car autour des réseaux sociaux et de HAL s’entremêlent les enjeux de la visibilité des chercheurs et de leurs travaux, de l’accès libre aux publications et d’une politique de développement du libre accès. » Extrait du billet d’Odile Contat, compte-rendu complet de la journée sur http://corist-shs.cnrs.fr/journee_corist_2013

Vous trouverez un très bon compte-rendu de ces débats sur le carnet d’Eric Verdeil à cette adresse : http://rumor.hypotheses.org/3390

 

 

Stéphanie Delaguette – Chargée de la collection HAL-TRACES

Stéphanie

Responsable des ressources documentaires et webmestre du laboratoire TRACES (UMR5608) – Travaux et recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés, je suis chargée de la collection HAL-TRACES que j’ai créée en 2008. Membre du groupe de travail « Archives ouvertes » de l’UTM créé en 2010 avec Françoise Gouzi et Emilie Massotte, la première étape de nos travaux a mené à la création du portail HAL-UTM. Nous avons aussi conçu et réalisé la plaquette HAL-Facile afin d’offrir aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants de l’UTM un outil de présentation de l’Archive ouverte HAL.

Au sein du laboratoire TRACES, je forme et accompagne les chercheurs à la mise en ligne de leurs travaux sur HAL et à la création de collection thématique ou de colloques. Depuis 2011, j’anime un atelier « Archives ouvertes – HAL » dans l’école doctorale TESC. Je suis membre du réseau Frantiq, fédération de bibliothèques spécialisées en archéologie. En outre, j’anime le carnet de recherche « Les Cahiers d’histoire ancienne et d’archéologie de Toulouse«  sur Hypothèses.org.

Françoise Gouzi, coordinatrice HAL-UTM

photoSete2Je suis Ingénieure d’études à l’Université Toulouse 2-Le Mirail depuis 2009, chargée d’Information Scientifique & Technique (IST) dans le service Direction en Appui à la Recherche DAR-UMS 838. D’abord chargée de valorisation et diffusion de la Recherche en SHS sur les Amériques, j’assure également depuis 2011 la coordination du portail HAL de l’Université  avec pour mission d’inciter les chercheurs, dans les laboratoires, à déposer leurs publications dans l’archive ouverte HAL. Correspondante IST de l’InSHS (CNRS) pour l’UMS 838 (Direction en Appui à la Recherche), je communique, oriente et accompagne divers acteurs de l’université (enseignants-chercheurs/étudiants, éditeurs, bibliothécaires) sur les principales évolutions liées à l’IST : libre accès et archives ouvertes, diffusion et édition électronique, évaluation de la Recherche et plus particulièrement, qualité éditoriale des revues scientifiques. Par ailleurs, je  dispense des formations en information-documentation dans le cadre des Etudes Doctorales et du département Info-Com de l’IUT A (Toulouse 3). Enfin, je suis membre des réseaux CorIST (InSHS), ADBS, Latindex (Mexique) et Redial (Réseau européen de documentation sur l’Amérique latine).