Archives de catégorie : chercheurs

AFP/arxiv.org …la course aux infos « fraîches »!

« Un matin, un collègue arrive dans la salle à café avec un bout de journal gratuit découpé à la va-vite qui évoque en 10 lignes, la question des relations amicales, étudiée par des psychologues, mettant en évidence une soi-disant limite cognitive. Aussitôt, spécialistes des réseaux sociaux, nous parlons de ce résultat étonnant et évoquons le nom d’une équipe susceptible d’avoir conduit l’étude. De retour dans mon bureau et à l’aide de quelques mots clés glanés dans le journal, je trouve assez rapidement les références de la publication, sur un site américain très sérieux de diffusion scientifique. Or, je ne réussis pas à télécharger l’article. Je contacte alors la responsable de la documentation de mon laboratoire qui m’explique que l’article est trop récent. Mon sang ne fait qu’un tour : les journalistes ont eu accès à cette étude et pas moi, qui travaille dans le « petit » champ des réseaux sociaux ? Je décide coûte que coûte de trouver gratuitement cet article et tente sur plusieurs moteurs de l’obtenir. Je tombe alors sur le site anglais http://arxiv.org/ et sur l’article en question : vive les archives ouvertes pour le progrès de la science ! »

MPbesTémoignage de Marie-Pierre BesLISST Cers (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires – Centre d’études des rationalités et des savoirs), Université Toulouse 2-Le Mirail. Elle est maître de conférence en économie et travaille actuellement sur les axes suivants  : savoirs et réseaux entre science et industrie ; savoirs et réseaux des étudiants et ingénieurs ; savoirs et réseaux dans le domaine de la santé.

Petits conseils aux enseignants-chercheurs qui voudront réussir leur évaluation

Beaucoup d’entre vous connaissent ce petit texte humoristique de Grégoire Chamayou, sur le trop fameux Indice h et son compère Impact Factor. En ces temps de grisaille, sourions un peu…

 

« Nietzsche l’avait prédit : nous sommes entrés dans l’ère des marchands. Leur culture a triomphé. C’est essentiellement une culture de l’évaluation. Le triomphe d’un nouveau regard évaluateur, et avec lui d’une nouvelle question directrice, la « question des questions », posée plus haut que toutes les autres : « quels gens et combien de gens consomment cela ? ». » La suite sur le site Contretemps : http://www.contretemps.eu/interventions/petits-conseils-enseignants-chercheurs-qui-voudront-reussir-leur-evaluation

Bonne lecture

 

Pourquoi et quoi publier dans HAL ?

En tant que chercheur, je joue deux rôles. Le premier est celui du bon élève, qui désire publier dans des revues à fort impact (un papier égale un bon point, deux bons points, voire une image selon le prestige de la revue). Le second rôle consiste à développer une réflexion à propos de ce qu’est la connaissance scientifique dans sa discipline, quitte à mettre en question les conventions qui forment le paradigme méthodologique dominant. Ces deux personnages peuvent évoluer en harmonie ou en conflit, selon que la réflexion du second suscite l’approbation ou la désapprobation des éditeurs et des experts des revues ciblées par le premier.

Dans le premier cas, bon prince, je peux volontiers déposer les fichiers auteur sur HAL, ce qui permet d’augmenter la visibilité des travaux officiellement approuvés tout en annulant l’obligation, pour le lecteur intéressé, de passer par la revue ou par l’auteur pour obtenir le pdf. Je peux même proposer la version française de l’article s’il a été publié en anglais, ou la version anglaise s’il a été publié en français.

Dans le second cas, déposer sur HAL un « papier » refusé par les revues « récompensantes » est une façon d’accepter de contribuer à la « littérature grise ». Cela n’est pas très satisfaisant parce que ce type de publication n’a pas de valeur scientifique officielle. On peut alors souhaiter que le dépôt sur HAL puisse se muer en une authentique publication, ce qui me paraît possible si l’article déposé peut donner lieu à des commentaires critiques, avec un système de repérage automatique du type « article commenté par tel et tel liens ».

Je serais personnellement intéressé pour tenter l’expérience de proposer sur HAL un défi intellectuel particulier que les revues récompensantes semblent vouloir ignorer : la méthodologie dominante en psychologie, qui consiste à chercher des « effets statistiques », évite de manière programmatique qu’on cherche des lois psychologiques (étant donné qu’une loi énonce une impossibilité empirique). Comment faire pour découvrir des lois psychologiques non triviales ? Si on n’en trouve pas, pourquoi ne pas essayer d’expliquer pourquoi on n’en trouve pas ?

http://blogs.univ-tlse2.fr/vautier/

Mes dépôts sur HAL

Les archives ouvertes à l’ENSEEIHT

N7

Jean-Yves Tourneret, professeur à l’INP-ENSEEIHT Toulouse, apporte son témoignage concernant sa pratique des archives ouvertes :

« Le fait de mettre ses articles à disposition de tout le monde augmente la visibilité du chercheur (nous avons pu l’observer dans notre équipe). Nous commençons même à mettre nos codes informatiques aussi en libre accès car cela permet aux autres chercheurs de tester et comparer nos résultats avec les leurs. Quand je passe par un site d’open access comme OATAO ce site vérifie si je peux mettre mon article à la disposition de tout le monde (ils vérifient les accords entre des sociétés comme IEEE ou EURASIP et ce site) et dans la mesure où mon article est archivé chez eux, je peux mettre un lien sur ma page en toute tranquillité sans me demander si j’ai le droit ou pas. C’est pour cette raison que tous mes articles sont en ligne. Maintenant, il serait préférable que ces sites soient synchronisés avec nos organismes de recherche (comme l’IRIT) pour nous éviter de rentrer nos publications plusieurs fois sur différents sites« .

L’ENSEEIHT est une école d’ingénieurs spécialisée en génie électrique, automatique, électronique, informatique, mathématiques appliquées, hydraulique, mécanique des fluides télécommunication et réseaux. C’est une des sept composantes de l’Institut National Polytechnique de Toulouse. L’ENSEEIHT dépose ses publications dans l’archive institutionnelle OATAO.