Archives de catégorie : International

Repenser l’évaluation de la recherche

DORA (San Francisco Declaration on Research Assessment) est un ensemble de recommandations « Déclaration de San Francisco », élaborées à l’initiative de chercheurs de la Société Américaine pour la biologie cellulaire (ASCB) en 2012, visant à diffuser des bonnes pratiques en matière d’évaluation de la recherche et à relever les limites ou l’usage abusif des indicateurs bibliométriques tels que l’Impact Factor pour les revues scientifiques. Cette initiative a pour objectif de redonner du sens à l’évaluation scientifique en s’attachant davantage à la notion de qualité et contribution scientifique plutôt qu’à celle de popularité d’un papier ou d’un journal.

Read the declaration – Français

Au niveau international, 519 institutions et organismes de recherche et 12656 personnes à titre individuel (issues du monde de la recherche) sont signataires à ce jour de la Déclaration de San Francisco.

Nous avons dressé ci-dessous une chronologie des dernières signatures (cet été !) ainsi que la liste des organismes français (14) signataires de DORA à ce jour.

INRA, INRIA, INSERM, CIRAD, CNRS, ANR, Université Clermont-Auvergne, Sorbonne Université Médecine,  Conférence des publications de psychologie en langue française, Institut Pasteur, ADBU, Telecom Saint-Etienne, ASES (Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur), AECSP (Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique).

Le 7/09/2018 l’ANR signe la déclaration de San Francisco (source)

Aux côtés des organismes de recherche et institutions signataires, l’Agence nationale de la recherche (ANR) signe le 7 septembre 2018 la Déclaration de San Francisco (San Francisco Declaration on Research Assessment – DORA). Ce texte propose plusieurs recommandations pour améliorer l’évaluation de la recherche, en privilégiant notamment la qualité des productions scientifiques plutôt que la notoriété des revues.

Le 27 août 2018, l’Inra signe la déclaration de San Francisco (source)

Philippe Mauguin, PDG de l’Inra, a signé la Déclaration de San Francisco (DORA) qui vise à améliorer l’évaluation de la recherche scientifique. L’engagement de l’Inra dans cette initiative mondiale conforte les réflexions et développements méthodologiques conduits jusque-là par l’Institut, qu’il s’agisse de la caractérisation de la notoriété d’une revue en fonction du domaine disciplinaire ou de l’ouverture du périmètre de l’évaluation à la diversité des activités et des produits de la recherche finalisée.

Le 14 juillet 2018, le CNRS  signe la déclaration de San Francisco (sources : ici et là).

Le 03/07/2018, le Cirad mise sur la qualité des contenus scientifiques plutôt que sur le facteur d’impact. (source)

Le 29/06/2018, l’INSERM signe la déclaration de San Francisco (source)

L’Inserm fait désormais partie des organismes signataires de la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA, pour San Francisco Declaration on Research Assessment). Ce texte vise à améliorer la façon dont la production scientifique est évaluée, notamment en remettant en cause l’utilisation abusive de l’indicateur de notoriété des journaux (Journal Impact Factor).

 

 

Plan national pour la science ouverte : beaucoup d’avancées et trois questions

[Version légèrement remaniée d’un billet paru initialement sur le blog Numeribib]

Mercredi 4 juillet, à l’occasion du congrès annuel de la Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche, Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a présenté un Plan national pour la science ouverte.
Le plan comporte différentes mesures qui se déclinent en 3 axes :

    • Premier axe : généraliser l’accès ouvert aux publications
    • Deuxième axe : structurer et ouvrir les données de la recherche
  • Troisième axe : s’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale

Ce plan ambitieux est une excellente nouvelle pour le rayonnement international de la production scientifique française. Il s’accompagne de différentes actions complémentaires. La liste est longue et elles mériteraient d’être toutes citées. Voici certaines des plus marquantes :

– « Reconnaître la science ouverte dans les évaluations des chercheurs et des établissements. » Il s’agit non seulement de ne plus établir une hiérarchie des valeurs entre les publications sous pay wall et les publications en accès libre (comme le faisait jusqu’il y a peu la section 60 du CNU « Mécanique, génie mécanique, génie civil »), mais de valoriser les publications en accès libre. Comme le précise Frédérique Vidal dans son discours inaugural : « Pour relever les défis de la science ouverte, nous devons réformer en profondeur tout notre système pour que l’ouverture des publications et des données soit enfin reconnue comme une bonne pratique. »

– « Réduire l’emprise de l’évaluation quantitative au profit de l’évaluation qualitative. » L’objectif fait ici écho aux nombreuses critiques adressées à l’encontre des mesures bibliométriques traditionnelles, telles que le facteur d’impact d’une revue ou le h-index conçu pour évaluer la carrière d’un chercheur. En 2013, la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la Recherche en appelait déjà à une réforme des méthodes d’évaluation des revues, de façon à mettre un terme à l’erreur consistant à établir une corrélation entre le facteur d’impact d’une revue et la qualité des articles qui y sont publiés. Plus près de nous, le Manifeste de Leiden en 2015 et le colloque « Open Eval » en 2016 faisaient état de la  perte de confiance dans les processus classiques d’évaluation et de la nécessité de leur substituer une « évaluation ouverte ».

– « Encourager l’adoption des citations ouvertes (Initiative for Open Citations – I4OC) à la place de citations dans des environnements propriétaires. » Encore peu connue en France, l’I4OC promeut le développement des citations structurées et ouvertes, c’est-à-dire librement accessibles et réutilisables.

– « Explorer les nouveaux modèles économiques pour les revues comme pour les livres en accès ouvert ». Il s’agit de préserver un objectif de « bibliodiversité« , tel que défini dans l’Appel de Jussieu, qui plaide pour le « développement de modèles innovants de publication scientifique ».

– « Construire autour de l’administrateur des données un réseau de correspondants dans les établissements, pour répondre aux questions que se posent les chercheurs sur les données de la recherche. » La gestion des données de la recherche ne sera pas simplement pilotée de façon centralisée par administrateur général des données (Chief Data Officer) mais se déploiera de façon réticulaire par une série de relais au sein de chacun des établissements de l’enseignement supérieur.

– « Créer un label « science ouverte » pour les écoles doctorales » et « Développer les compétences sur les données de la recherche, notamment à travers des offres de formation en ligne à destination de la communauté scientifique. » Le plan pour la science ouverte intègre donc clairement un volet dédié à la formation, qu’il s’agisse de celle des doctorants ou de celle des enseignants-chercheurs.

– « Adhérer au niveau national à ORCID, système d’identification unique des chercheurs qui permet de connaitre plus simplement et sûrement les contributions scientifiques d’un chercheur. » Le système ORCID (Open Researcher and Contributor ID) est en effet le meilleur moyen d’identifier précisément les auteurs et de réduire les risques d’homonymie. Si ORCID est un jour largement adopté à un niveau international, on ne verra plus, comme en 2011, 3926 articles publiés sous le nom d’un seul auteur.

– « Ouvrir les données du financement de la recherche en constituant des jeux de données publiques concernant :

    • les dépenses relatives aux acquisitions électroniques dans les bibliothèques universitaires et par les organismes de recherche,
    • les dépenses relatives aux frais de publications d’articles et de livres,
  • les financements de recherche sur appel à projets et leurs bénéficiaires. »

La formulation du premier point laisse une question pendante. Quel est le degré de précision des informations ? S’agit-il simplement pour les bibliothèques universitaires et les organismes de recherche de rendre public le montant global des sommes dépensées en matière de  documentation électronique ? Ou bien s’agit-il de détailler, éditeur par éditeur, le montant des sommes qui sont facturées ?
Si l’on suppose que c’est la seconde interprétation qui est la bonne, force serait de constater que le fait d’enjoindre les présidents ou les directeurs des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche à communiquer le montant des dépenses d’acquisition en matière de documentation électronique est assez nouveau et mérite d’être souligné. Cela va à rebours des recommandations du consortium Couperin qui a toujours invité les négociateurs et les établissements à ne pas communiquer publiquement le montant des acquisitions, en application de « la réglementation française en vigueur au titre de l’atteinte aux intérêts financiers du titulaire et du secret des affaires« . C’est ainsi que les Enquêtes annuelles sur les Ressources Électroniques » (ERE), remplies ressource par ressource par chaque établissement membre du consortium Couperin, ne sont pour l’instant pas en accès libre.

Cette culture du secret ne date pas d’hier. Déjà, en 2008, l’une des premières préconisations du rapport Salençon était de « rendre publiques les conditions de vente une fois les marchés publics conclus. » En 2011, l’Inspecteur Général des Bibliothèques Pierre Carbone constatait que « les clauses de confidentialité ont surtout pour effet de fragmenter les institutions d’enseignement supérieur et de recherche et de leur empêcher d’avoir une vision d’ensemble ».
Mais cet état de fait va changer très vite. Car dès le 3 avril, donc avant même la diffusion du plan pour la science ouverte, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a pris l’engagement de diffuser ces données de manière transparente sur le site https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/. Cette initiative correspond à l’une des actions de l’engagement 18 du programme français « Pour une action publique transparente et collaborative : Plan d’action national pour la France 2018-2020 » :

Mettre en place un dispositif de monitoring transparent (public) des dépenses relatives aux acquisitions électroniques dans les bibliothèques universitaires. Diffusion des dépenses en open data sur le portail open data du MESRI (enquête ERE sur les ressources électroniques des bibliothèques et des établissements d’enseignement supérieur).

Un questionnaire officiel adressé le 27 juin par Couperin à tous les présidents et directeurs des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche leur demande d’exprimer leur accord ou leur désaccord à la diffusion publique des données recueillies lors de l’enquête annuelle ERE. Sans réponse d’ici le 23 juillet, le MESRI considèrera par défaut les réponses comme affirmatives.
En dernier ressort, c’est le MESRI qui décidera du degré de précision des jeux de données : ce point n’est donc pas totalement tranché. Il se pourrait que les conditions de sa compatibilité avec certaines dispositions de la Loi pour une République numérique nécessitent d’être précisées, comme on le verra plus bas.

***

On notera au passage que la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises), avait fait le 3 juillet, soit la veille de la publication du plan, 4 propositions pour la science ouverte, lesquelles s’inscrivent parfaitement dans les grandes lignes du plan :

1. S’investir pleinement dans la création d’un fonds pour le développement de la Science Ouverte
2. Changer nos pratiques internes d’évaluation des structures, des personnels et des appels à projets pour s’inscrire dans une démarche de Science Ouverte
3. Pérenniser et ouvrir l’accès aux données issues de la recherche
4. Assurer des formations sur la Science Ouverte à tous les niveaux

Ces propositions ont été rendues publiques avec l’accord et le soutien de Frédérique Vidal. Il semblerait donc que la CURIF soit la « tête de pont » de la mise en œuvre du plan national.

***

Au travers de cette présentation succincte du plan pour la science ouverte, quelques interrogations se font jour. Elles portent sur l’articulation de certaines mesures avec les dispositions de la Loi pour une République Numérique.

1 – Obligation de publier en accès ouvert les articles et livres issus de recherches financées par appel d’offres sur fonds publics :

Alors que l’article 30 de la Loi pour une République Numérique énonce que la mise « à disposition gratuitement dans un format ouvert, par voie numérique » d’un écrit scientifique dépend du libre choix de son auteur et de ses coauteurs éventuels, le plan pour la science ouverte rend la mise à disposition obligatoire.

Cependant, le champ d’application des deux dispositifs semble sensiblement différent. L’article 30 de la LRN concerne « un écrit scientifique issu d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales ou des établissements publics, par des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne ». Tandis que la formulation moins précise de la mesure 1 du plan national ne permet pas de savoir si elle s’applique seulement aux écrits scientifiques financés à 100 % sur fonds publics, ou si le seuil des 50% est suffisant. Si c’est la première branche de l’alternative qui est la bonne, l’obligation de dépôt s’appliquerait donc potentiellement à un nombre plus restreint d’écrits scientifiques.

2 – La question des licences ouvertes :

Les rédacteurs du plan indiquent que « la France recommandera l’adoption de licences ouvertes pour les publications et les données, à la fois compatibles avec la loi française et avec les pratiques scientifiques internationales. »

Concernant, les données de la recherche, on note ici une zone de conflit potentiel avec les dispositions de la LRN. L’article 30 énonce que les données de la recherche sont librement réutilisables :

Dès lors que les données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics, des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne ne sont pas protégées par un droit spécifique ou une réglementation particulière et qu’elles ont été rendues publiques par le chercheur, l’établissement ou l’organisme de recherche, leur réutilisation est libre.

Par conséquent, l’apposition d’une licence, aussi ouverte soit-elle (CC0 par exemple), aux données de la recherche serait non seulement inutile, mais contraire à la lettre de la loi.

3 – La publication des dépenses relatives aux acquisitions électroniques dans les bibliothèques universitaires et par les organismes de recherche

Le gouvernement semble déterminé à publier de manière transparente sur le site https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/, les dépenses des établissements de l’ESR, ressources par ressources (ce qui est de notre point de vue une excellente décision). Il n’en reste pas moins que les conditions de compatibilité de cette action vis-à-vis du texte de la Loi pour une République Numérique mériteraient d’être clarifiées. L’article 6 de la LRN prévoit des exceptions au principe général d’open data, listées aux articles 311-5 et 311-6 du code des relations entre le public et l’administration. Ce second article pointe notamment le cas de l’atteinte au secret commercial :

Ne sont communicables qu’à l’intéressé les documents administratifs :

1° Dont la communication porterait atteinte à la protection de la vie privée, au secret médical et au secret en matière commerciale et industrielle, lequel comprend le secret des procédés, des informations économiques et financières et des stratégies commerciales ou industrielles et est apprécié en tenant compte, le cas échéant, du fait que la mission de service public de l’administration mentionnée au premier alinéa de l’article L. 300-2 est soumise à la concurrence ;

***

Bien que des questionnements sur la portée exacte du Plan national pour la science ouverte et sur sa compatibilité avec les textes  en vigueur émergent ici ou là, il n’en reste pas moins que le Plan marque une étape importante dans la diffusion et le partage de la science à un niveau national et international.
Il faudra cependant rester vigilant notamment vis-à-vis de la négociation nationale qui se profile autour de RELX-Elsevier. Il ne faudrait pas que, sous couvert de promotion de la science ouverte, le gouvernement finisse par reconduire à l’identique un accord de licence nationale, dont les conditions de négociation s’étaient avérées assez désastreuses par le passé.

Clap de fin pour l’abonnement à Springer Nature

Hichster – « End » Licence CC-BY 2.0 – https://flic.kr/p/9orz8V

Les 13 mois de négociations entre le consortium Couperin, qui regroupe plus de 250 établissements d’enseignement et de recherche français, et l’éditeur Springer Nature ont abouti fin mars à une impasse et le contrat a été résilié avec l’éditeur en janvier 2018. Cependant Springer n’a pas coupé ses accès aux institutions.

Continuer la lecture de Clap de fin pour l’abonnement à Springer Nature

Elsevier rachète Bepress

Source: CC0 Domaine public https://pxhere.com/fr/photo/771887
Source : CC0 Domaine public, https://pxhere.com/fr/photo/771887

Après avoir racheté Mendeley, Pure, SSRN,  c’est bepress, spécialisé dans la diffusion et mise en valeur de la production académique, qui vient de tomber dans l’escarcelle d’Elsevier. Bepress a développé Digital Commons, une plateforme de dépôt institutionnelle basée sur un cloud. Continuer la lecture de Elsevier rachète Bepress

Les « Open citations », savoirs partagés librement

https://tools.wmflabs.org/scholia/work/Q25938983
Projet Scholia : https://tools.wmflabs.org/scholia/work/Q25938983

L’Initiative for Open Citations (I40C) ou encore « références ouvertes », vise à rassembler des références dans une nouvelle base de données libre d’accès et d’utilisation. Elle est née sous l’impulsion notamment de Wikimedia et des éditeurs en open access PLOS et eLife.

Lire l’article du Monde (23/08/2017)

OADOI : la version en libre accès de votre article

Un lien oaDOI s’apparente à un DOI, mais comporte une valeur ajoutée : s’il existe une version accessible en accès libre de l’article, l’URL oaDOI pointera directement sur cette version et non sur la version payante.

Ainsi, par exemple :

Pour en savoir plus : Carnet’IST a publié un billet présentant ce nouvel outil.

 

Brevet d’Elsevier ou comment détruire le peer-reviewing scientifique américain libre

Le 30 août 2016, l’office américain des brevets (USPTO)  a délivré le brevet US n ° 9 430 468, intitulé « Online peer review and method ». Le propriétaire de ce brevet n’est autre que Elsevier, l’éditeur académique géant.

peer_review_patent_elsevier

Fig. 5 : Modèle du peer review extrait du brevet US n° 943 468 : http://www.freepatentsonline.com/9430468.pdf

Pourquoi un brevet ? Elsevier voudrait qu’un monopole des méthodes d’examen par les pairs soit accordé par le gouvernement américain. Elsevier possède plus de 2000 revues académiques. Les universités, les bibliothèques et les chercheurs s’interrogent de plus en plus sur la pertinence de ce modèle. Après tout, les universités paient habituellement les salaires des chercheurs qui rédigent des articles et des reviewers qui effectuent une évaluation par les pairs.

Continuer la lecture de Brevet d’Elsevier ou comment détruire le peer-reviewing scientifique américain libre

Résultats financiers 2015 de l’édition scientifique

insidemainland.com
insidemainland.com

Le réseau des responsables IST des organismes de recherche (Eprist) vient de publier une analyse sur les résultats financiers de l’édition scientifique. On constate que les six premiers éditeurs scientifiques mondiaux (Elsevier, Wiley, Wolters Kluwer, Thomson Reuters, Taylor & Francis, Springer) réalisent un CA cumulé de 7,5 Milliars d’Euros soit 38% du CA mondial de l’édition scientifique (estimé à 23.000 M€).

Lire l’analyse d’Eprist (30 mars 2016).

Continuer la lecture de Résultats financiers 2015 de l’édition scientifique

Lingua, LingOA, Glossa…une évolution courageuse et décisive !

LingOALingOA est un nouveau modèle éditorial de publication par des chercheurs en train d’être développé par des linguistes de niveau international. Une présentation du projet été faite par Saskia de Vries, Natalia Grygierczyk et Johan Rooryck lors de la journée du 12 octobre organisée à Bruxelles par la Commission Européenne sur les « Alternative Open Access Publishing Models » et est disponible sur http://ec.europa.eu/digital-agenda/en/news/save-date-12-oct-ec-workshop-alternative-open-access-publishing-models.

Le projet éditorial redémarrera sous le système Ubiquity Press (éditeur open access de revues académiques à comité de lecture, livres et données) à travers la plateforme Open Library of the Humanities permettant d’assurer  un soutien durable aux revues.

De plus, l’équipe de l’ERIH (European Reference Index of the Humanities) a décidé d’inclure dans son référentiel le nouveau titre « Glossa » (après la publication du premier numéro), probablement l’an prochain.
Continuer la lecture de Lingua, LingOA, Glossa…une évolution courageuse et décisive !

A quand les publications scientifiques fédérales en libre accès aux Etats-Unis ?

« Après des années de débat sur l’accessibilité des publications scientifiques de la recherche financée par l’argent fédéral, les défendeurs du libre accès pourraient remporter une victoire de poids. Le Fair Access to Science and Technology Research Act a été présenté en mars 2015 au Congrès et a été approuvé en commission du sénat en juillet. Son adoption par le congrès obligerait les grandes agences fédérales à rendre accessibles gratuitement leurs publications soumises à comité de relecture dans les douze mois suivant leur parution. » Continuer la lecture de A quand les publications scientifiques fédérales en libre accès aux Etats-Unis ?

Droit d’auteur Vs propriété intellectuelle : l’enjeu de la participation culturelle et scientifique

Siège de l'ONU (on Flickr)
Siège de l’ONU, à Genève (Davide Restivo, CC BY-SA 2.0)

Un rapport très intéressant vient d’être officiellement déposé aux Nations-Unies ce 11 mars 2015. Il défend le « droit à la science et à la culture« , critique la propriété intellectuelle, tout en se souciant de protéger les droits des créateurs. Continuer la lecture de Droit d’auteur Vs propriété intellectuelle : l’enjeu de la participation culturelle et scientifique

Politiques « open access » : panorama national et international

Cette présentation fait le point sur les différentes politiques en matière de libre accès au plan national et international ainsi que sur les différentes composantes des stratégies mises en place : politique, juridique et technique. Elle a été réalisée dans le cadre de la journée d’études « Generation Open : Open science » organisée à l’Université Toulouse – Jean Jaurès le 13/10/2014. Continuer la lecture de Politiques « open access » : panorama national et international

Crise de l’édition scientifique : les chercheurs s’engagent

Capture cost of knowledge

Le monde de l’édition scientifique semble être en crise, mais de nombreuses mesures apparaissent dans le monde entier pour tenter d’en sortir.

Parmi celles-ci, en janvier 2012,une pétition en ligne « The Cost of Knowledge » est lancée par Timothy Gowers, détenteur de la médaille Fields en 1998. L’objet de cette pétition est de manifester contre les pratiques budgétaires mises en place par l’éditeur Elsevier qui sont considérées comme abusives et agressives. De manière plus générale, celle-ci témoigne d’un engagement  des chercheurs contre la crise de l’édition scientifique et l’importance de faciliter la libre circulation des savoirs.

Actuellement la pétition compte pas moins de 14 636 signatures. Pour la signer : cliquez-ici

L’essor du libre accès ne fait pas l’unanimité…

LA2bisLe mouvement du libre accès en pleine expansion est soutenu par de multiples mesures à l’échelle internationale. Elles sont mises en place aussi bien par des chercheurs, que par des professionnels de l’information scientifique et technique, des universités ou des institutions de recherche. Néanmoins, le paysage du Libre Accès connaît aussi des menaces qui tendent à limiter son essor. Continuer la lecture de L’essor du libre accès ne fait pas l’unanimité…

Mexique : c’est voté !

256px-Flag_of_Mexico.svgAvec l’approbation de cette réforme, Le Mexique rejoint le mouvement mondial du Libre accès qui s’est initié avec la déclaration de Budapest en 2002. (Extrait de l’intervention d’Ana María Cetto, professeur et chercheuse de l’UNAM, Département de Physique et pionnière du système Latindex) Continuer la lecture de Mexique : c’est voté !