Archives de catégorie : Billets

Les ressources en ligne utilisées

I loveL’exécution de ce projet a nécessité l’utilisation de nombreuses ressources en ligne pour obtenir le plus grand nombre d’informations possibles sur les politiques éditoriales déjà existantes.

Il existe ainsi 4 types de sources pour recueillir des informations sur les conditions de dépôt en libre accès. Continuer la lecture de Les ressources en ligne utilisées

Comment traiter les politiques éditoriales de 1345 revues ?

WpointinterrogationAprès avoir collecté les listes de revues de 16 laboratoires, un total de 1345 revues a été comptabilisé.

Pour les traiter, un tableau excel a été constitué (Modèle) dans le but de faire un premier tri entre les revues avec  politique éditoriale et celles n’en n’ayant pas. Il a été construit à partir des ressources suivantes : cliquez-ci Continuer la lecture de Comment traiter les politiques éditoriales de 1345 revues ?

Le carnet « openarchiv » à l’honneur à Paris !

logo open accessFrançoise Gouzi  à qui l’on doit l’origine du carnet a eu le privilège de pouvoir le présenter durant une dizaine de minutes à Paris lors de la première assemblée générale des carnetiers et des carnetières d’hypothèses de la plateforme OpenEdition. Cette intervention a été l’occasion de mettre le contenu du carnet et ses contributeurs en avant, et d’expliquer le travail qui est mis en place et ses objectifs en faveur du libre accès dans les établissements toulousains. Continuer la lecture de Le carnet « openarchiv » à l’honneur à Paris !

Ateliers de formations au dépôt dans HAL – intérêt pour les responsables de revues de l’UT2J

miranda_1397485018269-jpgDes ateliers de formations au dépôt dans HAL ont été mis en place par Françoise Gouzi, chargée d’information scientifique et technique, (DAR – pôle IST, gestionnaire du portail HAL-UTM) et Chloée Fabre (DAR – pôle IST, coordinatrice EDR) pour l’ensemble des équipes de recherche de l’Université Jean Jaurès. Après un tour d’horizon des enjeux et du contexte du libre accès et des archives ouvertes, les enseignants-chercheurs sont invités à mettre en ligne sur HAL un ou plusieurs articles. Continuer la lecture de Ateliers de formations au dépôt dans HAL – intérêt pour les responsables de revues de l’UT2J

Revues « prédatrices » : comment les repérer ?

Icon_Loupe_256x256Suite à la présentation du carnet à la première assemblée générale annuelle d’Hypothèses qui s’est tenue le 8 avril 2014 à Paris. Eric Verdeil (Chercheur au laboratoire Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon) a réagit à l’un des billets présentés « Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs ! » et nous a contacté pour savoir si la revue suivante était une revue « prédatrice ». Continuer la lecture de Revues « prédatrices » : comment les repérer ?

HAL V3: quelles nouveautés ?

HALv3-test-300x202C’est le lundi 31 mars 2014 à partir de 12h que sera disponible la V3 de HAL dans une version « bac à sable » c’est à dire une version sous forme de test pour laquelle toutes les fonctionnalités ne seront pas encore disponibles et sur laquelle il sera possible de faire diverses tentatives sans que cela soit visible dans la base de production actuelle. Continuer la lecture de HAL V3: quelles nouveautés ?

Des formations à l’écoute des usagers !

rr« J’ai participé, et même si je connaissais déjà bien HAL, j’ai pu me mettre à jour sur ses évolutions, et j’ai pu aussi déposer des documents et voir directement avec les animatrices mes erreurs, ou poser des questions auxquelles j’avais une réponse immédiate et claire. »

Témoignage de Halima Sahraoui, OCTOGONE, Université Toulouse 2-Le Mirail après un atelier de dépôt des publications sur la plateforme HAL animé par Françoise Gouzi et avec la participation de Michèle Perreaux.

Elle est Maître de Conférences, section 07-Linguistique et phonétique générales. Ses domaines et intérêts de recherche actuels : neuropsycholinguistique, cerveau et langage, processus d’encodage en production orale, pathologies du langage, acquisition des langues étrangères

Mexique : c’est voté !

256px-Flag_of_Mexico.svgAvec l’approbation de cette réforme, Le Mexique rejoint le mouvement mondial du Libre accès qui s’est initié avec la déclaration de Budapest en 2002. (Extrait de l’intervention d’Ana María Cetto, professeur et chercheuse de l’UNAM, Département de Physique et pionnière du système Latindex) Continuer la lecture de Mexique : c’est voté !

« Atelier convivial, utile et efficace »

logo« Atelier convivial, utile et efficace. J’ai apprécié le caractère collaboratif des dépôts ainsi que l’aspect libre accès. La procédure ne me semble pas trop difficile à acquérir et à mémoriser. Une bonne surprise a été la découverte du service de veille. »

Témoignage de Manuel Pérez, doctorant au CLLE-LTC (Cognition, Langues, Langage, Ergonomie « Laboratoire Travail et Cognition »), Université Toulouse 2-Le Mirail après un atelier de dépôt des publications sur la plateforme HAL animé par Françoise Gouzi et avec la participation de Michèle Perreaux.

Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

Le documentaliste américain, Jeffrey Beall, a conçu le blog Scholarly Open Access où il établit une liste des revues « prédatrices ». Mise à jour très régulièrement, celle-ci recense actuellement plusieurs centaines de revues dans le but de mettre en garde les chercheurs.

Avec l’essor de l’Open Access qui favorise la diffusion de la science en la rendant accessible à tous gratuitement, certains éditeurs ont mis en œuvre une stratégie pour profiter de ce système. Il s’agit de faire payer les auteurs, afin que leurs articlesSing_generalwarning_1 soient publiés, accessible en libre accès tout en leur faisant la promesse d’une visibilité accrue de leurs travaux, le tout dans des délais extrêmement rapides.

Cependant, ces revues sont peu regardantes sur la qualité scientifique des futures publications, notamment à cause de nombreuses zones de flou (par exemple sur le comité éditorial,…). C’est ce que l’on appelle les revues « prédatrices ». Leur objectif est de profiter de la nécessité des chercheurs à publier et à assurer une certaine visibilité de leurs activités. Continuer la lecture de Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

Inciter à la publication sur HAL

logo open accessInciter à la publication sur Hal revient à se confronter à la diversité des membres d’un laboratoire de recherches aux objections et préoccupations différentes: les doctorants et jeunes chercheurs sont soucieux de promouvoir leurs travaux et d’obtenir une forme de reconnaissance, mais ne sont pas persuadés de la légitimité de cette publication; les chercheurs dirigeant revues ou collection, notamment diffusés sur papier, sont préoccupés par la concurrence que crée cette plateforme accessible à tous; les autres membres, soucieux de leur temps et fort occupés par la rédaction de leurs travaux ne voient pas forcément l’intérêt de faire connaître leurs travaux déjà publiés dans des revues reconnues.

Il faut donc trouver des arguments pour réfuter d’une manière anticipée ces objections et a minima, convaincre les directeurs d’équipe d’inciter leurs collègues à diffuser leurs travaux sur HAL, en tenant compte du contexte actuel de la recherche, soumis à des appels à projet aux délais restreints, centrés sur des thématiques contraintes. Le gain de temps et l’efficacité de la publication sur HAL peuvent alors être des arguments  recevables, s’ils sont ainsi portés par une autorité.

Voici quelques uns des arguments que j’ai utilisés pour convaincre mes collègues de déposer sur HAL, en demandant aux chefs d’équipe de le transmettre en leur nom. Reste à attendre de voir si cet argumentaire sera suivi d’effets…

  1. le don d’ubiquité : le dépôt des publications anciennes des membres entraîne une meilleure visibilité du laboratoire, à la fois parce que leurs ressources seront référencées par Google mais aussi parce que les pages de nos partenariats (comme le Labex sms) les reprendront également.
  2. le gain de temps  pour la composition des dossiers et des bibliographies : la saisie des publications soit sous forme de textes intégraux, soit sous forme de résumés permet ensuite l’édition de listes bibliographiques automatiques et simplifiées pour chaque membre comme pour les directeurs. Une fois saisies ses références, chaque chercheur passera moins de 15 mn/an pour créer sa liste de publication…
  3. le repérage rapide des synergies entre chercheurs : Lors du quinquennal, pour le montage d’un projet thématique ciblé, ou pour repérer des croisements entre les chercheurs travaillant sur les mêmes problématiques, la recherche par mots-clés (très rapide) permet de mettre en évidence des réseaux et une forme de cohérence dans le laboratoire ou une équipe
  4. la valorisation d’un service public, la caution scientifique, la protection des données :  le choix d’un portail public comme HAL, coordonné par le CNRS, assure la protection de nos données, la diffusion légale et la qualité scientifique au contraire des portails privés (comme academia.edu) et il permet aussi de montrer la valeur du travail de nos collègues du CNRS.
  5. le respect des droits éditoriaux, la connaissance de ses droits d’auteur : HAL (via ROMEO et HELOISE http://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/)  référence la plupart des politiques éditoriales et permet de savoir si l’on a  le droit ou non de publier un de nos textes (version finale ou version brouillon). Il n’y a donc pas de concurrence entre les revues et HAL puisqu’on peut aussi choisir un délai avant de donner l’accès libre à un article publié dans une revue en cours de promotion.
  6. l’accessibilité de la plateforme : des ateliers pour expliquer comment publier des textes sont proposés chaque mois, mais la mise en ligne est très simple!

Véronique Adam, Maître de conférences en littérature du XVIIe siècle, équipe PLH-ELH, Référente HAL  et webmestre du laboratoire PLH , page HAL du laboratoire

AFP/arxiv.org …la course aux infos « fraîches »!

« Un matin, un collègue arrive dans la salle à café avec un bout de journal gratuit découpé à la va-vite qui évoque en 10 lignes, la question des relations amicales, étudiée par des psychologues, mettant en évidence une soi-disant limite cognitive. Aussitôt, spécialistes des réseaux sociaux, nous parlons de ce résultat étonnant et évoquons le nom d’une équipe susceptible d’avoir conduit l’étude. De retour dans mon bureau et à l’aide de quelques mots clés glanés dans le journal, je trouve assez rapidement les références de la publication, sur un site américain très sérieux de diffusion scientifique. Or, je ne réussis pas à télécharger l’article. Je contacte alors la responsable de la documentation de mon laboratoire qui m’explique que l’article est trop récent. Mon sang ne fait qu’un tour : les journalistes ont eu accès à cette étude et pas moi, qui travaille dans le « petit » champ des réseaux sociaux ? Je décide coûte que coûte de trouver gratuitement cet article et tente sur plusieurs moteurs de l’obtenir. Je tombe alors sur le site anglais http://arxiv.org/ et sur l’article en question : vive les archives ouvertes pour le progrès de la science ! »

MPbesTémoignage de Marie-Pierre BesLISST Cers (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires – Centre d’études des rationalités et des savoirs), Université Toulouse 2-Le Mirail. Elle est maître de conférence en économie et travaille actuellement sur les axes suivants  : savoirs et réseaux entre science et industrie ; savoirs et réseaux des étudiants et ingénieurs ; savoirs et réseaux dans le domaine de la santé.

Open Access Week au Mirail

7-bonnes-raisons-depot-hal-grand

La semaine internationale de l’Open Access approche !

du 21 au 27 octobre 2013
(en savoir plus sur l’évènement http://www.openaccessweek.org/ )

Les évènements à l’Université Toulouse 2-le Mirail

Où et qui ? Un stand d’information sera installé dans le hall de la Maison de la recherche, des référents HAL de laboratoires et équipes de recherche, bibliothécaires-documentalistes vous y accueilleront toute la semaine.

Pourquoi ? Pour répondre à vos questions sur le Libre Accès et les archives ouvertes, créer un compte sur HAL et même déposer un article sur la plateforme HAL (pensez à venir avec une clef USB)…

Quand ? Tous les jours : lundi, mardi, mercredi, jeudi de 9h30 à 12h30 et vendredi de 13h30 à 16h (avec du café !)

Organisation et participation : Direction en Appui à la Recherche (DAR) – Pôle Information Scientifique et Technique (IST),  Laboratoires FRAMESPA, GEODE, TRACES, CERTOP, LISST, Equipe PDPS, SCD-BU Centrale.

Voir aussi le billet Open Access Week à OATAO

Open access week 21-27 octobre 2013

OA weekL’Open Access Week sera célébrée cette année du 21 au 27 octobre dans le monde entier. A cette occasion, nous vous recommandons particulièrement les ressources proposées par leur site web dont le contenu est entièrement sous licence CC.  Des ressources intéressantes pour promouvoir le libre accès dans vos laboratoires ou établissements : vidéos, logos et images pour réaliser badges, poster, plaquettes, signets, sites web, etc …  à l’image de votre institution !!

Interview de Stevan Harnad (enregistrée à Budapest Open Access Initiative, 10th Anniversary Strategy Meeting,  15/02/2012)