Archives de catégorie : Billets

« Atelier convivial, utile et efficace »

logo« Atelier convivial, utile et efficace. J’ai apprécié le caractère collaboratif des dépôts ainsi que l’aspect libre accès. La procédure ne me semble pas trop difficile à acquérir et à mémoriser. Une bonne surprise a été la découverte du service de veille. »

Témoignage de Manuel Pérez, doctorant au CLLE-LTC (Cognition, Langues, Langage, Ergonomie « Laboratoire Travail et Cognition »), Université Toulouse 2-Le Mirail après un atelier de dépôt des publications sur la plateforme HAL animé par Françoise Gouzi et avec la participation de Michèle Perreaux.

Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

Le documentaliste américain, Jeffrey Beall, a conçu le blog Scholarly Open Access où il établit une liste des revues « prédatrices ». Mise à jour très régulièrement, celle-ci recense actuellement plusieurs centaines de revues dans le but de mettre en garde les chercheurs.

Avec l’essor de l’Open Access qui favorise la diffusion de la science en la rendant accessible à tous gratuitement, certains éditeurs ont mis en œuvre une stratégie pour profiter de ce système. Il s’agit de faire payer les auteurs, afin que leurs articlesSing_generalwarning_1 soient publiés, accessible en libre accès tout en leur faisant la promesse d’une visibilité accrue de leurs travaux, le tout dans des délais extrêmement rapides.

Cependant, ces revues sont peu regardantes sur la qualité scientifique des futures publications, notamment à cause de nombreuses zones de flou (par exemple sur le comité éditorial,…). C’est ce que l’on appelle les revues « prédatrices ». Leur objectif est de profiter de la nécessité des chercheurs à publier et à assurer une certaine visibilité de leurs activités. Continuer la lecture de Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

Inciter à la publication sur HAL

logo open accessInciter à la publication sur Hal revient à se confronter à la diversité des membres d’un laboratoire de recherches aux objections et préoccupations différentes: les doctorants et jeunes chercheurs sont soucieux de promouvoir leurs travaux et d’obtenir une forme de reconnaissance, mais ne sont pas persuadés de la légitimité de cette publication; les chercheurs dirigeant revues ou collection, notamment diffusés sur papier, sont préoccupés par la concurrence que crée cette plateforme accessible à tous; les autres membres, soucieux de leur temps et fort occupés par la rédaction de leurs travaux ne voient pas forcément l’intérêt de faire connaître leurs travaux déjà publiés dans des revues reconnues.

Il faut donc trouver des arguments pour réfuter d’une manière anticipée ces objections et a minima, convaincre les directeurs d’équipe d’inciter leurs collègues à diffuser leurs travaux sur HAL, en tenant compte du contexte actuel de la recherche, soumis à des appels à projet aux délais restreints, centrés sur des thématiques contraintes. Le gain de temps et l’efficacité de la publication sur HAL peuvent alors être des arguments  recevables, s’ils sont ainsi portés par une autorité.

Voici quelques uns des arguments que j’ai utilisés pour convaincre mes collègues de déposer sur HAL, en demandant aux chefs d’équipe de le transmettre en leur nom. Reste à attendre de voir si cet argumentaire sera suivi d’effets…

  1. le don d’ubiquité : le dépôt des publications anciennes des membres entraîne une meilleure visibilité du laboratoire, à la fois parce que leurs ressources seront référencées par Google mais aussi parce que les pages de nos partenariats (comme le Labex sms) les reprendront également.
  2. le gain de temps  pour la composition des dossiers et des bibliographies : la saisie des publications soit sous forme de textes intégraux, soit sous forme de résumés permet ensuite l’édition de listes bibliographiques automatiques et simplifiées pour chaque membre comme pour les directeurs. Une fois saisies ses références, chaque chercheur passera moins de 15 mn/an pour créer sa liste de publication…
  3. le repérage rapide des synergies entre chercheurs : Lors du quinquennal, pour le montage d’un projet thématique ciblé, ou pour repérer des croisements entre les chercheurs travaillant sur les mêmes problématiques, la recherche par mots-clés (très rapide) permet de mettre en évidence des réseaux et une forme de cohérence dans le laboratoire ou une équipe
  4. la valorisation d’un service public, la caution scientifique, la protection des données :  le choix d’un portail public comme HAL, coordonné par le CNRS, assure la protection de nos données, la diffusion légale et la qualité scientifique au contraire des portails privés (comme academia.edu) et il permet aussi de montrer la valeur du travail de nos collègues du CNRS.
  5. le respect des droits éditoriaux, la connaissance de ses droits d’auteur : HAL (via ROMEO et HELOISE http://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/)  référence la plupart des politiques éditoriales et permet de savoir si l’on a  le droit ou non de publier un de nos textes (version finale ou version brouillon). Il n’y a donc pas de concurrence entre les revues et HAL puisqu’on peut aussi choisir un délai avant de donner l’accès libre à un article publié dans une revue en cours de promotion.
  6. l’accessibilité de la plateforme : des ateliers pour expliquer comment publier des textes sont proposés chaque mois, mais la mise en ligne est très simple!

Véronique Adam, Maître de conférences en littérature du XVIIe siècle, équipe PLH-ELH, Référente HAL  et webmestre du laboratoire PLH , page HAL du laboratoire

AFP/arxiv.org …la course aux infos « fraîches »!

« Un matin, un collègue arrive dans la salle à café avec un bout de journal gratuit découpé à la va-vite qui évoque en 10 lignes, la question des relations amicales, étudiée par des psychologues, mettant en évidence une soi-disant limite cognitive. Aussitôt, spécialistes des réseaux sociaux, nous parlons de ce résultat étonnant et évoquons le nom d’une équipe susceptible d’avoir conduit l’étude. De retour dans mon bureau et à l’aide de quelques mots clés glanés dans le journal, je trouve assez rapidement les références de la publication, sur un site américain très sérieux de diffusion scientifique. Or, je ne réussis pas à télécharger l’article. Je contacte alors la responsable de la documentation de mon laboratoire qui m’explique que l’article est trop récent. Mon sang ne fait qu’un tour : les journalistes ont eu accès à cette étude et pas moi, qui travaille dans le « petit » champ des réseaux sociaux ? Je décide coûte que coûte de trouver gratuitement cet article et tente sur plusieurs moteurs de l’obtenir. Je tombe alors sur le site anglais http://arxiv.org/ et sur l’article en question : vive les archives ouvertes pour le progrès de la science ! »

MPbesTémoignage de Marie-Pierre BesLISST Cers (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires – Centre d’études des rationalités et des savoirs), Université Toulouse 2-Le Mirail. Elle est maître de conférence en économie et travaille actuellement sur les axes suivants  : savoirs et réseaux entre science et industrie ; savoirs et réseaux des étudiants et ingénieurs ; savoirs et réseaux dans le domaine de la santé.

Réseaux sociaux académiques….Le débat !

reseauxsociauxCe sujet est au cœur de débats passionnants qui ont lieu sur le web en ce moment (listes de diffusion [accesouvert], [accestresouvert], carnets de recherche Rumor , blogs perso par exemple …etc) entre enseignants-chercheurs de toutes disciplines, éditeurs et professionnels de l’information scientifique et technique (IST) – bibliothécaires ou documentalistes. En parallèle des informations et avis très pointus et importants sur les fonctionnalités techniques de chacune de ces plateformes très évolutives (Academia.edu, Researchgate.org, MyScienceWork…) : ergonomie, accès au contenu, citation des sources, interopérabilité, identité numérique du chercheur,  pérennité et conservation des données… une nouvelle question semble émerger relative à la notion de métier. Se pose la question de la place et du rôle du professionnel de l’IST parmi le foisonnement de ces outils mais également, de la position du chercheur quant au choix de la plateforme technique pour la diffusion de ses travaux, et plus largement, du canal de diffusion de ce qui constitue la Recherche publique.

Le rôle des professionnels de l’IST sur ces questions est avant tout, d’aider les chercheurs à faire la distinction entre toutes ces plateformes et notamment à bien différencier les dépôts d’archives ouvertes des réseaux sociaux académiques. Il faut informer sur ces nouvelles plateformes (oui mais on n’a pas forcément l’info car les plateformes se développent très vite et il y en a beaucoup), sensibiliser aussi sur les aspects plus politiques (appartenance privé/public de ces différents outils) et, enfin former ou accompagner les chercheurs au dépôt en archives ouvertes (accompagnement d’ordre technique et juridique – oui ça encore on peut le faire, encore faut-il être formé, en avoir reçu clairement la mission par son directeur, et disposer de moyens humains suffisants pour le faire -). Sur ce dernier point, on se retrouve parfois en difficulté à promouvoir une plateforme comme Hal face aux arguments des chercheurs sur la puissance de ces plateformes : instantanéité du dialogue scientifique, profil du chercheur, moissonnage ou aspiration hyper rapide des articles du chercheur ou des contacts travaillant sur le même champ d’étude, …etc. Une des solutions envisagée par le CCSD visiblement dans la prochaine version de HAL, est d’apporter une couche « web social » à Hal. Enfin apparaît l’idée, déjà lue maintes fois sur les fameuses listes de diffusion, d’intégrer à Hal des fonctionnalités de « suivre » et « être suivi » ou de « réagir » sur les articles déposés par les chercheurs. Peut-on imaginer le résultat d’une fusion entre Hal et Hypothèses ? Hum intéressant !!

Sans dire qu’il faut trouver à être concurrent face à ces mastodontes du web social, il semble évident qu’il faut chercher à être innovant et tenter d’apporter une vraie valeur ajoutée aux plateformes de dépôts en AO Institutionnelle ou AO centrale. De plus, professionnels de l’IST que nous sommes mais également, instances d’évaluation et tutelles politiques, doivent observer de près l’activité de publication de la communauté académique évoluant à grande vitesse sur les réseaux sociaux. A ce sujet, notons une étude sur http://altmetrics.org/manifesto/ (un groupe de chercheurs à l’international) ayant fait le constat que les chercheurs déplacent de plus en plus leurs travaux sur le web – ces travaux restent « non cités » : blogs, carnets …).

Et le libre accès dans tout ça ?

Et la position de nos tutelles et des instances politiques au cœur de ce débat ? Si les instances politiques ne montrent pas la voie, alors c’est à la communauté scientifique (j’y inclue les professionnels de l’IST bien sûr) de la trouver.

Quelques préconisations s’imposent, si modestes soient-elles, notamment sur un effort nécessaire de définition ou de re-définition des différents outils de diffusion des contenus scientifiques du paysage numérique académique et, de leurs objectifs (y compris origine privé/public, concepteur) et de leur positionnement par rapport au libre accès. Cet effort de définition pourrait venir de la part des concepteurs et/ou de la part de la communauté scientifique.

****

Dans le cadre de la 2e journée d’étude des correspondants IST de l’inSHS du 19 novembre 2013 (Paris), j’ai participé à une table ronde autour des réseaux sociaux scientifiques. « Les principales questions posées lors de la table ronde ont été : Quelles sont les pratiques des chercheurs et des communautés de chercheurs : apports, problèmes, questions ? Quelles particularités de ces réseaux « recherche », quelle articulation entre réseaux sociaux recherche et archives ouvertes, quel positionnement des institutions ? Quels risques pris lorsqu’on les utilise, quelles formations ou accompagnements proposés, quelle gestion de l’identité numérique pour les chercheurs ? En introduction, la direction de la communication du CNRS a fait une présentation des premiers résultats de l’enquête menée sur « L’usage des réseaux sociaux par les scientifiques ». Eric Verdeil, Françoise Gouzi, Christophe Benech et Kumar Guha, animateur du débat, ont posé les questions qui sont cruciales aujourd’hui. Car autour des réseaux sociaux et de HAL s’entremêlent les enjeux de la visibilité des chercheurs et de leurs travaux, de l’accès libre aux publications et d’une politique de développement du libre accès. » Extrait du billet d’Odile Contat, compte-rendu complet de la journée sur http://corist-shs.cnrs.fr/journee_corist_2013

Vous trouverez un très bon compte-rendu de ces débats sur le carnet d’Eric Verdeil à cette adresse : http://rumor.hypotheses.org/3390

 

 

Open Access Week au Mirail

7-bonnes-raisons-depot-hal-grand

La semaine internationale de l’Open Access approche !

du 21 au 27 octobre 2013
(en savoir plus sur l’évènement http://www.openaccessweek.org/ )

Les évènements à l’Université Toulouse 2-le Mirail

Où et qui ? Un stand d’information sera installé dans le hall de la Maison de la recherche, des référents HAL de laboratoires et équipes de recherche, bibliothécaires-documentalistes vous y accueilleront toute la semaine.

Pourquoi ? Pour répondre à vos questions sur le Libre Accès et les archives ouvertes, créer un compte sur HAL et même déposer un article sur la plateforme HAL (pensez à venir avec une clef USB)…

Quand ? Tous les jours : lundi, mardi, mercredi, jeudi de 9h30 à 12h30 et vendredi de 13h30 à 16h (avec du café !)

Organisation et participation : Direction en Appui à la Recherche (DAR) – Pôle Information Scientifique et Technique (IST),  Laboratoires FRAMESPA, GEODE, TRACES, CERTOP, LISST, Equipe PDPS, SCD-BU Centrale.

Voir aussi le billet Open Access Week à OATAO

Open access week 21-27 octobre 2013

OA weekL’Open Access Week sera célébrée cette année du 21 au 27 octobre dans le monde entier. A cette occasion, nous vous recommandons particulièrement les ressources proposées par leur site web dont le contenu est entièrement sous licence CC.  Des ressources intéressantes pour promouvoir le libre accès dans vos laboratoires ou établissements : vidéos, logos et images pour réaliser badges, poster, plaquettes, signets, sites web, etc …  à l’image de votre institution !!

Interview de Stevan Harnad (enregistrée à Budapest Open Access Initiative, 10th Anniversary Strategy Meeting,  15/02/2012)

 

 

 

 

L’Inist – Institut de l’Information Scientifique et technique (CNRS) devient l’agence d’attribution du DOI pour la France

Faciliter la citation et l’accès à la recherche
Attribuer un DOI (Digital Object Identifier)

 

INISTL’attribution de DOI permet aux établissements de recherche et aux bibliothèques d’attribuer à leurs données des identifiants d’objets numériques persistants qui, en plus de fournir des liens durables aux ensembles de données, relient les articles publiés aux données. Bien que dédiée principalement aux données de la recherche, l’attribution de DOI concerne des contenus numériques variés (multimédia, littérature grise, monographies…).

Pour accompagner cette offre de service, une équipe de l’Inist-CNRS est à votre disposition pour vous informer, vous guider et vous aider dans la création de DOI ainsi que dans l’utilisation des services de DataCite (ex: OAI Provider, Content Negotiation, Citation Formatter).

Contact : datasets@inist.fr

Qu’est-ce que le DOI ?

Le DOI, Digital, Object Identifier, est un identifiant persistant permettant de référencer, citer et fournir un lien stable à des ressources numériques, telles que les données de la recherche. C’est un cas particulier d’identifiant Handle qui se distingue d’autres systèmes de références utilisés sur Internet comme l’URL par le fait qu’il est durablement lié à l’objet comme entité et reflète des modifications du lieu de stockage.

DataCite est un consortium international dont l’objectif est de faciliter l’accès aux données de la recherche et de permettre leur réutilisation. Ce consortium comprend aujourd’hui 24 membres, dont 7 membres associés, à travers le monde. Chacun des 17 membres actifs est habilité, prioritairement pour son pays, à attribuer des identifiants DOI à diverses ressources numériques.

DataCite offre sur sa plateforme un certain nombre de services : www.datacite.org/services

Inist-CNRS, l’Institut de l’Information Scientifique et Technique, est une unité du CNRS au service de la recherche. Il a pour mission de faciliter l’accès aux résultats issus des différents champs de la recherche mondiale, de valoriser la production scientifique et d’accompagner les acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR).

A lire : l’article de Catherine Lupovici dans le Bulletin des Bibliothèques de France : DOI-lupovici-BBF-43-3-1998.

Présentation de Blandine Viry

I love OA

« Quelle collaboration autour des archives ouvertes à Toulouse », présentation réalisée par Blandine Viry, promotion 2013 Licence pro « Information-Documentation Ecritures et Images Spécialisées en Sciences et Technique »s, (IDEISST), IUT A – Université Paul Sabatier, dans le cadre de la journée d’étude du vendredi 7 juin 2013 “Chercheurs, éditeurs, professionnels de l’IST…ensemble vers l’Open Access” à l’Université Toulouse 2-le Mirail. Blandine Viry a été stagiaire pendant 3 mois, de février à juin 2013 dans le service de la Direction en Appui à la Recherche, Université Toulouse 2-le Mirail. Elle a mis en place le carnet openarchiv-Toulouse sur Hypothèses et amorcé la structuration d’un réseau de professionnels IST autour des archives ouvertes dans les établissements du PRES Toulouse.

 

 

Open access : une introduction

Peter Suber

Le livre de Peter Suber, professeur de philosophie américain et figure majeure du mouvement pour le libre accès est désormais disponible… en open access un an après sa publication et téléchargeable en différents formats (ePUb, Mobi, PDF, HTML).

Pour tout savoir sur l’open access, une synthèse précieuse et claire sur la question.

“[A] very important book…a must read for all scholars and researchers who publish their own work or consult the peer-reviewed published work of others—in other words, virtually all academics.” — Rob Harle, Leonardo Reviews

 

 

 

 

Une convention inter-établissements signée le 2 avril 2013 à l’Académie des Sciences

convention_2_avril_2013-300x224

Issue des travaux menés au sein de BNS4, elle vient actualiser le protocole inter-établissements signé en 2006. L’Agence de Mutualisation des Universités et Etablissements (AMUE), la Conférence des Présidents d’Université (CPU), la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) ainsi que 22 établissements décident de s’associer pour utiliser HAL comme plate-forme de dépôt de la production scientifique, commune et interopérable avec les autres dépôts satisfaisant aux critères de la communication scientifique directe internationale.

La convention prévoit que le CCSD, jusqu’alors unité propre de service, devienne une unité mixte de service dotée d’un Comité scientifique et technique, composé de professionnels de l’IST ainsi que de chercheurs et enseignants-chercheurs (pour un tiers minimum) représentant les établissements signataires.

Lire la suite sur le blog du CCSD.

Stéphanie Delaguette – Chargée de la collection HAL-TRACES

Stéphanie

Responsable des ressources documentaires et webmestre du laboratoire TRACES (UMR5608) – Travaux et recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés, je suis chargée de la collection HAL-TRACES que j’ai créée en 2008. Membre du groupe de travail « Archives ouvertes » de l’UTM créé en 2010 avec Françoise Gouzi et Emilie Massotte, la première étape de nos travaux a mené à la création du portail HAL-UTM. Nous avons aussi conçu et réalisé la plaquette HAL-Facile afin d’offrir aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants de l’UTM un outil de présentation de l’Archive ouverte HAL.

Au sein du laboratoire TRACES, je forme et accompagne les chercheurs à la mise en ligne de leurs travaux sur HAL et à la création de collection thématique ou de colloques. Depuis 2011, j’anime un atelier « Archives ouvertes – HAL » dans l’école doctorale TESC. Je suis membre du réseau Frantiq, fédération de bibliothèques spécialisées en archéologie. En outre, j’anime le carnet de recherche « Les Cahiers d’histoire ancienne et d’archéologie de Toulouse«  sur Hypothèses.org.