Tous les articles par Vincent Bêche

Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

Le documentaliste américain, Jeffrey Beall, a conçu le blog Scholarly Open Access où il établit une liste des revues « prédatrices ». Mise à jour très régulièrement, celle-ci recense actuellement plusieurs centaines de revues dans le but de mettre en garde les chercheurs.

Avec l’essor de l’Open Access qui favorise la diffusion de la science en la rendant accessible à tous gratuitement, certains éditeurs ont mis en œuvre une stratégie pour profiter de ce système. Il s’agit de faire payer les auteurs, afin que leurs articlesSing_generalwarning_1 soient publiés, accessible en libre accès tout en leur faisant la promesse d’une visibilité accrue de leurs travaux, le tout dans des délais extrêmement rapides.

Cependant, ces revues sont peu regardantes sur la qualité scientifique des futures publications, notamment à cause de nombreuses zones de flou (par exemple sur le comité éditorial,…). C’est ce que l’on appelle les revues « prédatrices ». Leur objectif est de profiter de la nécessité des chercheurs à publier et à assurer une certaine visibilité de leurs activités. Continuer la lecture de Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

L’Université de Montréal se désabonne de 1142 périodiques

logo-udemDepuis 1986, le prix des abonnements aux revues scientifiques ne cessent d’augmenter. Au Canada, les bibliothèques ne peuvent plus amortir cette hausse des prix, d’où la décision prise par l’Université de Montréal de mettre fin à ses abonnements de la collection Wiley Online Library en janvier 2014 (les numéros anciens seront toujours accessibles).

C’est à partir de ce constat que Louise Béliveau (vice-rectrice aux affaires étudiantes et au développement durable) appelle à une mobilisation de la communauté des chercheurs afin d’obtenir des conditions financières plus favorables car « peu d’éditeurs risqueront qu’un soulèvement les prive de leur matière première gratuite et de leur main-d’œuvre bénévole. Mais il est clair que les bibliothèques n’y arriveront pas seules parce qu’elles ne font pas le poids face à l’oligopole des éditeurs commerciaux ».

Source : Université de Montréal, Richard Dumont (Directeur général), 14 janvier 2014. Lire l’article.

Quelles alternatives pour accèder à l’IST ?

grande-imageL’information scientifique et technique est l’élément clef de la Recherche. Elle permet aux chercheurs et aux étudiants d’être informés des dernières évolutions et découvertes concernant leurs disciplines. Les bibliothèques universitaires françaises assurent cet accès en souscrivant des abonnements onéreux à des revues scientifiques.

Néanmoins, aujourd’hui en raison du prix des revues qui augmente plus rapidement que l’inflation économique, certaines universités ont choisi de se désabonner de revues scientifiques majeures tels que Nature, le Journal of the American Medical Association ou Science.

Cette nouvelle prise de position conduit les bibliothèques universitaires à trouver d’autres alternatives comme le développement des archives ouvertes qui offrent un accès libre et gratuit aux publications scientifiques qui y sont déposées.

Source : Le Monde-Science, David Larousserie, 12 février 2014.