Tous les articles par Françoise Gouzi

Nouveautés sur la V3 de Hal et quid du responsable de collection

hal test

  • Le gestionnaire de collection (tamponneur) peut tamponner/ détamponner des dépôts, personnaliser le site de sa collection, voir les statistiques de sa collection, mais ne peut pas intervenir sur les dépôts tamponnés dans sa collection.
  • Le référent laboratoire peut intervenir sur tous les dépôts dont au moins un des auteurs est affecté à ce laboratoire

Continuer la lecture de Nouveautés sur la V3 de Hal et quid du responsable de collection

AFP/arxiv.org …la course aux infos « fraîches »!

« Un matin, un collègue arrive dans la salle à café avec un bout de journal gratuit découpé à la va-vite qui évoque en 10 lignes, la question des relations amicales, étudiée par des psychologues, mettant en évidence une soi-disant limite cognitive. Aussitôt, spécialistes des réseaux sociaux, nous parlons de ce résultat étonnant et évoquons le nom d’une équipe susceptible d’avoir conduit l’étude. De retour dans mon bureau et à l’aide de quelques mots clés glanés dans le journal, je trouve assez rapidement les références de la publication, sur un site américain très sérieux de diffusion scientifique. Or, je ne réussis pas à télécharger l’article. Je contacte alors la responsable de la documentation de mon laboratoire qui m’explique que l’article est trop récent. Mon sang ne fait qu’un tour : les journalistes ont eu accès à cette étude et pas moi, qui travaille dans le « petit » champ des réseaux sociaux ? Je décide coûte que coûte de trouver gratuitement cet article et tente sur plusieurs moteurs de l’obtenir. Je tombe alors sur le site anglais http://arxiv.org/ et sur l’article en question : vive les archives ouvertes pour le progrès de la science ! »

MPbesTémoignage de Marie-Pierre BesLISST Cers (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires – Centre d’études des rationalités et des savoirs), Université Toulouse 2-Le Mirail. Elle est maître de conférence en économie et travaille actuellement sur les axes suivants  : savoirs et réseaux entre science et industrie ; savoirs et réseaux des étudiants et ingénieurs ; savoirs et réseaux dans le domaine de la santé.

Loi sur le Libre Accès en Argentine

loiArgentineLoi sur l’accès libre à l’information scientifique

« Le Sénat en Argentine a approuvé à l’unanimité le 13/11/2013 la loi selon laquelle les institutions du Système National des Sciences et Technologie du pays financées par l’État, doivent créer des entrepôts numériques institutionnels  en accès ouvert et gratuit sur lesquels seront déposés les résultats de la production scientifique technologique nationale.

La production scientifique qui sera diffusée à travers ces plateformes de dépôt couvrira les travaux d’origine technique et scientifique, les thèses, les articles de revues, entre autres ; résultats de la réalisation des activités de recherche financées sur fonds publics émanant des chercheurs, techniciens, enseignants, post-doctorants (financés) et étudiants de master et doctorat. De plus, la loi établit l’obligation de publier les données primaires de la Recherche collectées les 5 dernières années afin de faciliter leur ré-utilisation par d’autres chercheurs. » […]

Source : Ministerio de Ciencia, Tecnología e Innovación Productiva

Dossier Open Access (Belgique)

PoPuPs

orbi

Nous vous recommandons la lecture d’un dossier issu de la lettre d’information Lettres Numériques, une initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Lire le dossier

On y trouve un billet sur les grandes lignes du mouvement de l’OA belge : voie verte avec l’archive institutionnelle ORBi et voie dorée avec le portail PoPuPS. Puis sont présentés les points de vue côté bibliothèques : interviews de Paul Thirion, directeur général du réseau des bibliothèques de l’ULg (Université de Liège) et de François Renaville, bibliothécaire (bibliothèques de l’Université de Liège) et auteur du blog bibliothethique.net ; et côté éditeurs : interview de Benoit Dubois, président de l’ADEB (Association des Editeurs Belges) et du groupe Averbode donnant également son avis sur l’Opening Up Education, programme promu par la Commission Européenne. Enfin, le dossier propose également un glossaire des archives ouvertes.

Bonne lecture et bonne année 2014 !!!

ADEB

Ateliers dépôt HAL : Labex SMS (Toulouse)

SMSLe « laboratoire d’excellence » SMS (Structurations des Mondes Sociaux) associe des chercheurs de 10 Unités de Recherche en sciences humaines et sociales de Toulouse. Parmi ces équipes figurent 5 laboratoires de l’Université de Toulouse le Mirail (LISST, FRAMESPA, CERTOP, Dynamiques Rurales, PLH) ainsi que le LASSP (IEP Toulouse, sciences politiques), le LEREPS (Toulouse 1, économie), le LERASS (information et communication), l’équipe SOI (UPS, STAPS) et l’INRA-AGIR (équipes SHS). Y participent aussi des membres de l’IRIT (Toulouse 3, INP et CNRS, informatique). Le nombre total de chercheurs est de 470 permanents en 2013. Continuer la lecture de Ateliers dépôt HAL : Labex SMS (Toulouse)

Réseaux sociaux académiques….Le débat !

reseauxsociauxCe sujet est au cœur de débats passionnants qui ont lieu sur le web en ce moment (listes de diffusion [accesouvert], [accestresouvert], carnets de recherche Rumor , blogs perso par exemple …etc) entre enseignants-chercheurs de toutes disciplines, éditeurs et professionnels de l’information scientifique et technique (IST) – bibliothécaires ou documentalistes. En parallèle des informations et avis très pointus et importants sur les fonctionnalités techniques de chacune de ces plateformes très évolutives (Academia.edu, Researchgate.org, MyScienceWork…) : ergonomie, accès au contenu, citation des sources, interopérabilité, identité numérique du chercheur,  pérennité et conservation des données… une nouvelle question semble émerger relative à la notion de métier. Se pose la question de la place et du rôle du professionnel de l’IST parmi le foisonnement de ces outils mais également, de la position du chercheur quant au choix de la plateforme technique pour la diffusion de ses travaux, et plus largement, du canal de diffusion de ce qui constitue la Recherche publique.

Le rôle des professionnels de l’IST sur ces questions est avant tout, d’aider les chercheurs à faire la distinction entre toutes ces plateformes et notamment à bien différencier les dépôts d’archives ouvertes des réseaux sociaux académiques. Il faut informer sur ces nouvelles plateformes (oui mais on n’a pas forcément l’info car les plateformes se développent très vite et il y en a beaucoup), sensibiliser aussi sur les aspects plus politiques (appartenance privé/public de ces différents outils) et, enfin former ou accompagner les chercheurs au dépôt en archives ouvertes (accompagnement d’ordre technique et juridique – oui ça encore on peut le faire, encore faut-il être formé, en avoir reçu clairement la mission par son directeur, et disposer de moyens humains suffisants pour le faire -). Sur ce dernier point, on se retrouve parfois en difficulté à promouvoir une plateforme comme Hal face aux arguments des chercheurs sur la puissance de ces plateformes : instantanéité du dialogue scientifique, profil du chercheur, moissonnage ou aspiration hyper rapide des articles du chercheur ou des contacts travaillant sur le même champ d’étude, …etc. Une des solutions envisagée par le CCSD visiblement dans la prochaine version de HAL, est d’apporter une couche « web social » à Hal. Enfin apparaît l’idée, déjà lue maintes fois sur les fameuses listes de diffusion, d’intégrer à Hal des fonctionnalités de « suivre » et « être suivi » ou de « réagir » sur les articles déposés par les chercheurs. Peut-on imaginer le résultat d’une fusion entre Hal et Hypothèses ? Hum intéressant !!

Sans dire qu’il faut trouver à être concurrent face à ces mastodontes du web social, il semble évident qu’il faut chercher à être innovant et tenter d’apporter une vraie valeur ajoutée aux plateformes de dépôts en AO Institutionnelle ou AO centrale. De plus, professionnels de l’IST que nous sommes mais également, instances d’évaluation et tutelles politiques, doivent observer de près l’activité de publication de la communauté académique évoluant à grande vitesse sur les réseaux sociaux. A ce sujet, notons une étude sur http://altmetrics.org/manifesto/ (un groupe de chercheurs à l’international) ayant fait le constat que les chercheurs déplacent de plus en plus leurs travaux sur le web – ces travaux restent « non cités » : blogs, carnets …).

Et le libre accès dans tout ça ?

Et la position de nos tutelles et des instances politiques au cœur de ce débat ? Si les instances politiques ne montrent pas la voie, alors c’est à la communauté scientifique (j’y inclue les professionnels de l’IST bien sûr) de la trouver.

Quelques préconisations s’imposent, si modestes soient-elles, notamment sur un effort nécessaire de définition ou de re-définition des différents outils de diffusion des contenus scientifiques du paysage numérique académique et, de leurs objectifs (y compris origine privé/public, concepteur) et de leur positionnement par rapport au libre accès. Cet effort de définition pourrait venir de la part des concepteurs et/ou de la part de la communauté scientifique.

****

Dans le cadre de la 2e journée d’étude des correspondants IST de l’inSHS du 19 novembre 2013 (Paris), j’ai participé à une table ronde autour des réseaux sociaux scientifiques. « Les principales questions posées lors de la table ronde ont été : Quelles sont les pratiques des chercheurs et des communautés de chercheurs : apports, problèmes, questions ? Quelles particularités de ces réseaux « recherche », quelle articulation entre réseaux sociaux recherche et archives ouvertes, quel positionnement des institutions ? Quels risques pris lorsqu’on les utilise, quelles formations ou accompagnements proposés, quelle gestion de l’identité numérique pour les chercheurs ? En introduction, la direction de la communication du CNRS a fait une présentation des premiers résultats de l’enquête menée sur « L’usage des réseaux sociaux par les scientifiques ». Eric Verdeil, Françoise Gouzi, Christophe Benech et Kumar Guha, animateur du débat, ont posé les questions qui sont cruciales aujourd’hui. Car autour des réseaux sociaux et de HAL s’entremêlent les enjeux de la visibilité des chercheurs et de leurs travaux, de l’accès libre aux publications et d’une politique de développement du libre accès. » Extrait du billet d’Odile Contat, compte-rendu complet de la journée sur http://corist-shs.cnrs.fr/journee_corist_2013

Vous trouverez un très bon compte-rendu de ces débats sur le carnet d’Eric Verdeil à cette adresse : http://rumor.hypotheses.org/3390

 

 

Qu’est-ce qu’un « référent HAL »?

capturepageaccueilHALUTM

A l’Université Toulouse 2-Le Mirail, sur les 19 équipes de recherche, 13 sont présentes dans l’archive ouverte HAL à travers des « collections HAL ». Une collection sur HAL est un espace personnalisé permettant d’assurer la visibilité et la diffusion immédiate de la production scientifique d’un laboratoire (une collection peut également être thématique). Le « référent HAL » assure avant tout l’accompagnement et l’incitation au dépôt dans HAL pour les chercheurs du laboratoire ainsi que l’harmonisation des méta-données au sein de la collection. De plus, il/elle animera régulièrement en collaboration avec la gestionnaire du portail HAL-Univ. Tlse 2, des ateliers de formation pour le dépôt dans HAL pour les doctorants et chercheurs de son équipe. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un « référent HAL »?

Open access week 21-27 octobre 2013

OA weekL’Open Access Week sera célébrée cette année du 21 au 27 octobre dans le monde entier. A cette occasion, nous vous recommandons particulièrement les ressources proposées par leur site web dont le contenu est entièrement sous licence CC.  Des ressources intéressantes pour promouvoir le libre accès dans vos laboratoires ou établissements : vidéos, logos et images pour réaliser badges, poster, plaquettes, signets, sites web, etc …  à l’image de votre institution !!

Interview de Stevan Harnad (enregistrée à Budapest Open Access Initiative, 10th Anniversary Strategy Meeting,  15/02/2012)

 

 

 

 

Principes directeurs pour le développement et la promotion du Libre Accès

LA_UNESCOL’Unesco publie la traduction française de son Policy guidelines for the development and promotion of open access sous le titre Principes directeurs pour le développement et la promotion du libre accès.

Lire le communiqué

Lire le document

Liens vers les trois études:

http://www.science-metrix.com/pdf/SM_EC_OA_Availability_2004-2011.pdf

http://www.science-metrix.com/pdf/SM_EC_OA_Policies.pdf

http://www.science-metrix.com/pdf/SM_EC_OA_Data.pdf

Site Horizon 2020

Mexique : en avant vers le Libre Accès !

DGTICLa IVe Conférence Internationale PKP (Public Knowledge Project, Canada) sur les publications académiques s’est tenue à l’UNAM (Université Nationale Autonome de Mexico), México D.F, du 19 au 21 août 2013, ainsi que la XIXe réunion technique annuelle Latindex (Système Régional d’Information en Ligne pour les Revues Scientifiques d’Amérique Latine, Caraïbes, Espagne et Portugal), du 22 au 24 août.

Latindex, qui célèbre ses 15 ans en 2013, recense 21.900 revues académiques de cette région (Directorio) et évalue 7.000 revues (Catálogo) au moyen des critères éditoriaux élaborés par l’équipe de Latindex. Cet outil s’est converti en un instrument de travail indispensable pour les éditeurs et professionnels de l’information-documentation de la région. Il constitue également un réseau humain très dynamique, doté d’une grande force de travail et d’une organisation et d’un fonctionnement enviables à tout réseau !

La Dirección General de Bibliotecas (DGB) et la Dirección General de Cómputo  y de Tecnologías de Información y Comunicación (DGTIC) de l’UNAM, ont développé également un moissonneur de portails de revues espagnols et latino-américains, le PPL – Portal de Portales Latindex, utilisant le protocole OAI-PMH et donnant accès directement au texte intégral des articles diffusés par ces différents portails (environ une vingtaine aujourd’hui).

PKP travaille en étroite collaboration avec Latindex. Il développe un logiciel open source de gestion éditoriale OJS (Open Journal System) utilisé par une grande majorité d’éditeurs de la région ibéro américaine pour la création de revues scientifiques en libre accès.

Au Mexique, l’Université Nationale Autonome du Mexique, UNAM a joué un rôle de leader dans le mouvement du libre accès avec des systèmes d’information assurant la visibilité et le libre accès aux revues des pays d’Amérique latine et des Caraïbes : LATINDEX, CLASE, PERIODICA, rejoint aujourd’hui par Scielo avec Scielo-México. L’Université Autonome de l’Etat de México UAEM, qui est à l’origine du Système d’Information Scientifique RedalycRed de Revistas Científicas de América Latina y el Caribe, España y Portugal (2002), a également joué un rôle important.

Le CONACYT Mexico Consejo Nacional de Ciencia y Tecnologia – s’est ensuite associé naturellement au mouvement autour du libre accès et accompagne la plupart des projets de façon très suivie, notamment le système d’information Latindex (soutien aux réunions annuelles du réseau et développements techniques).

Aujourd’hui, les universités mexicaines travaillent conjointement  à la mise en place d’un projet de loi sur le libre accès à l’information scientifique et technique, avec un modèle de dépôt encore à définir. A ce jour, les contrats signés avec les éditeurs comportent déjà une clause de diffusion de l’article post print en libre accès.

Il faudra suivre de près les évolutions liées au libre accès dans ce pays, qui risquent probablement de servir de modèle au niveau régional.

En savoir plus :

Sur Twitter : #redalyc10años, #MéxicoEnAccesoAbierto

Latindex: http://www.latindex.org/index.html

Portal de Portales Latindex: http://www.latindex.ppl.unam.mx

Latindex sur Facebook ….

GOAP (Global Open Access Portal) /rubrique Mexique

Crédits photo : F. Gouzi, août 2013

Présentation de Virginie Czerniak

PUM« Les Presses Universitaires du Mirail et l’édition numérique : actions et réflexions », présentation réalisée par Virginie Czerniak, Directrice scientifique des Presses Universitaires du Mirail, dans le cadre de la journée d’étude du vendredi 7 juin 2013 “Chercheurs, éditeurs, professionnels de l’IST…ensemble vers l’Open Access” à l’Université Toulouse 2-le Mirail.

Présentation de Blandine Viry

I love OA

« Quelle collaboration autour des archives ouvertes à Toulouse », présentation réalisée par Blandine Viry, promotion 2013 Licence pro « Information-Documentation Ecritures et Images Spécialisées en Sciences et Technique »s, (IDEISST), IUT A – Université Paul Sabatier, dans le cadre de la journée d’étude du vendredi 7 juin 2013 “Chercheurs, éditeurs, professionnels de l’IST…ensemble vers l’Open Access” à l’Université Toulouse 2-le Mirail. Blandine Viry a été stagiaire pendant 3 mois, de février à juin 2013 dans le service de la Direction en Appui à la Recherche, Université Toulouse 2-le Mirail. Elle a mis en place le carnet openarchiv-Toulouse sur Hypothèses et amorcé la structuration d’un réseau de professionnels IST autour des archives ouvertes dans les établissements du PRES Toulouse.

 

 

Présentation de Julien Gilet

logoOpenEdition

« Une plateforme complète de publication et de communication en libre accès pour les sciences humaines et sociales », présentation réalisée par Julien Gilet, Chargé de référencement, Pôle Freemium de l’équipe OpenEdition (Cléo) dans le cadre de la journée d’étude du vendredi 7 juin 2013 “Chercheurs, éditeurs, professionnels de l’IST…ensemble vers l’Open Access » à l’Université Toulouse 2-le Mirail.

 

 

 

Publisher Policies, le wiki des Archives Ouvertes

wiki

Ceci est le wiki des référents Hal de l’Université Toulouse 2-le Mirail, il a pour but de clarifier la question des droits d’auteur et autorisation de diffusion en archives ouvertes et faciliter ainsi le dépôt d’articles des chercheurs sur HAL. Nous devons connaître la position des éditeurs des revues dans lesquelles publient les chercheurs de votre laboratoire et n’affichant pas publiquement (sur le web) leur position quant à une diffusion en auto-archivage. Il s’agit donc de contacter les éditeurs concernés au moyen d’une lettre type et d’assurer un suivi de leur réponse grâce à notre Wiki. Une diffusion publique de leur réponse et politique sera ensuite répercutée sur les sites web : Sherpa http://www.sherpa.ac.uk/romeo/ et site web de Héloïse CCSD http://heloise.ccsd.cnrs.fr/

Ce wiki est en accès restreint, il est réservé aux référents HAL-UTM.