Données de la recherche à Albi : on se forme !

En janvier dernier, à l’initiative de l’IMT Mines Albi et de l’INU Champollion une formation aux données de la recherche en présentiel et à destination des personnels scientifiques des deux établissements, fut organisée par l’URFIST Occitanie. Cette formation a été animée par Chloée Fabre (UT2J, Département du numérique) sur la journée du 11 janvier, à la Bibliothèque universitaire d’Albi. 17 chercheurs, doctorants, personnels administratifs et IST ont suivi la formation.

Elle a bénéficié d’une très bonne participation de la part des chercheurs d’Albi et fut très riche en échanges et débats.

Déroulé de la formation

La formation s’est tenue en suivant le modèle de la « classe inversée » :

– un premier temps d’apprentissage individuel en autonomie et en distanciel, d’une durée d’une demi-journée environ.  Les participants ont réalisé des exercices, basés sur l’observation de différents PGD.

– deuxième temps, une journée en présentiel, dont une demi-journée consacrée à la rédaction du PGD.

En savoir plus sur le programme de la formation : https://sygefor.reseau-urfist.fr/#/training/7593/8628

 

Les attentes des participants :

Pour l’IMT Mines Albi, il s’agissait d’accompagner des projets en cours (ANR ou Horizon Europe), et de sensibiliser les chercheurs et doctorants aux enjeux des données de la recherche.  

Quant A l’INU Champollion, l’objectif était de sensibiliser aux bonnes pratiques, et connaître les bases nécessaires à la gestion des données de la recherche.

Par ailleurs, l’attente commune des participants résidait dans l’apprentissage de la rédaction d’un plan de gestion de données (PGD).

Comment la formation répond-elle à ces différentes demandes ?

Une ligne directrice : la méthodologie.

  • Qu’est-ce qu’une donnée, qu’est-ce qui ne l’est pas ? Ce travail de définition est précieux pour réaliser ensuite un PGD cohérent.
  • Qu’est-ce que le cycle de vie des données, de la conception du projet à la conservation des données, en passant par leur diffusion.

L’essentiel de la formation a concerné le plan de gestion des données et ses attendus. Des exemples de plans de gestions de données ont été examinés.  L’outil DMP Opidor a été présenté, puis exploré par les participants. Il a servi dans les travaux pratiques de rédaction de certaines parties du PGD.

Les apports de cette formation ?

– La compréhension des enjeux liés à la gestion des données

– Une  connaissance approfondie  des principes de gestion des données, sur la collecte des données, leur stockage et leur réutilisation

– Les participants ont acquis les bases nécessaires à l’élaboration d’un PGD.

Les évaluations des participants confirment ces points positifs. «Objectifs atteints ! »

La suite, d’autres besoins en formation ?

D’après les évaluations, les participants souhaiteraient approfondir la gestion des données.

Ils seraient intéressés par des formations plus ciblées et orientées sur les pratiques, telles que :

. L’accompagnement à la rédaction d’un PGD

. La rédaction de fichiers ReadMe pour la gestion des données

Mais aussi contribuer, au niveau de l’établissement, à la mise en œuvre d’une politique de gestion des données de site.

Ainsi, cette formation a non seulement apporté des connaissances méthodologiques, mais elle a permis aux stagiaires de réfléchir à leur pratique de gestion des données.

Elle a identifié aussi des besoins de cadrage au sein des établissements et des équipes de recherche pour assurer une organisation efficace des données.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.