« Generation Open : Open Science » : synthèse

vignetteafficheOAWCette 2ième édition de l’Open Access Week, organisée le lundi 13/10/2014 à l’université Toulouse Jean Jaurès, intitulée « Generation Open : Open Science » (voir programme), a permis de réunir surtout des doctorants et professionnels de l’IST pour discuter autour de la notion de bien commun de la connaissance en opposition à la logique croissante  de marchandisation du savoir.

Comment se positionnent les différentes communautés scientifiques et quels rôles ont-elles à jouer face à cette évolution ?

Plusieurs intervenants ont fait part de leurs points de vue sur les enjeux de l’Open Access et sur la notion de bien commun de la connaissance, puis ont échangé avec le public notamment lors des tables rondes.

Marie Christine Jaillet (CNRS, Université Toulouse – Jean Jaurès) nous invite à réfléchir sur les transformations du numérique qui vient bouleverser les modes de fonctionnement de la communauté scientifique (pratiques de lecture, écriture…) générant ainsi des craintes de la part de certains chercheurs qui voient dans l’Open Access un outil de contrôle et de mise en concurrence de leurs productions scientifiques. Aussi elle préfère une politique d’incitation à la diffusion des résultats en libre accès à une politique de contrainte. Elle met également en avant la nécessité d’une « rumination de la recherche », soit une prise de distance dans l’espace et dans le temps par rapport au processus de création intellectuelle. Enfin, elle insiste sur l’importance de l’éthique et de la responsabilité du chercheur dans la cité et également sur l’importance de remettre en question les modèles en vigueur en termes d’évaluation de la recherche.

Françoise Gouzi (DAR, Université Toulouse – Jean Jaurès) propose un tour d’horizon des politiques en matière d’Open Access en Europe et dans le monde avec des focus spécifiques en Amérique latine : incitation à déposer sur des plateformes d’archives ouvertes nationale ou institutionnelle (France), règles et lois permettant de statuer sur les conditions de diffusion et partage de la recherche financée sur fonds publics (Argentine, Mexique), ou réglementation sur le droit d’auteur modifiée comme en Allemagne. Trois angles d’approche sont mis en avant : le politique, le juridique et le technique, comme autant de moyens permettant d’assurer le développement d’une politique du libre accès aux résultats scientifiques.

Tour à tour, Marc Lavastrou (CREG, Université Toulouse – Jean Jaurès) et Pierre Carl Langlais (GRIPIC-CELSA, Université Paris IV – Sorbonne) retracent les notions de bien commun et d’activité scientifique et éditoriale à travers les époques.

Pierre-Carl Langlais centre son propos, sous l’angle des biens communs, en particulier sur les communautés scientifiques – qui se constituent au milieu de XVIIe siècle autour des deux premières revues scientifiques européennes : Le Journal des sçavans et The Philosophical Transactions of the Royal Society, créées par des sociétés savantes. Les auteurs ne sont pas rémunérés et il existe une grande liberté de pensée et circulation des idées. La régulation ne se fait pas par un système de propriété intellectuelle mais plutôt par un faisceau de droits, les articles circulent très aisément en dehors de l’obligation d’attribution de paternité. La diffusion du savoir est alors prioritaire sur les logiques propriétaires et marchandes. La communication et l’évaluation de la recherche sont alors régies par des formes de gouvernance communautaires informelles, en dehors de toute logique de captation ou de capitalisation systématique de la connaissance scientifique. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XXe siècle que les grandes maisons d’éditions telles que Elsevier et Springer, spécialisées dans la littérature scientifique, vont parvenir à imposer peu à peu leurs conditions à la communauté des chercheurs en rachetant progressivement des petits éditeurs français. Depuis les années 1970, quatre gros éditeurs commerciaux ont le monopole (contrat de 172M€ signé entre la France et Elsevier dans le cadre de la licence nationale négociée par le consortium Couperin pour les 5 prochaines années et bénéficiant à plus de 400 établissements – en savoir plus) et les inégalités entre les pays en voie de développement s’accentuent.

Marc Lavastrou définit en premier lieu la notion de bien commun comme étant associé à une ressource, une communauté et un ensemble de règles sociales (Internet est une ressource immatérielle, les logiciels libres reposent sur des pratiques collaboratives), puis propose un éclairage sur les travaux d’Elinor Ostrom (première femme à recevoir le prix Nobel d’économie en 2009) et David Bollier (auteur de La renaissance des communs et co-fondateur de https://www.publicknowledge.org/), qui réaffirment que les biens communs doivent être gérés de manière raisonnée comme des ressources naturelles et finies (eau, forêt), mais également immatérielles comme Internet ou la connaissance. Grâce à l’ouvrage dirigé par Elinor Ostrom et Charlotte Hess, Understanding Knowledge as a Commons (Boston, The MIT Press, 2011), la recherche scientifique est alors étudiée sous l’angle d’un commun pour lequel il est nécessaire d’établir des règles sociales afin de la société puisse se réapproprier ce bien qui est actuellement accaparé et contrôlé par des intérêts privés. Ce phénomène d’enclosure est néfaste tant pour la recherche que pour la société en générale.

Enfin, les tables rondes de l’après-midi sont consacrées aux pratiques des doctorants quant aux archives ouvertes, réseaux sociaux académiques et licences Créative Commons. Rémy Besson (LLA-CREATIS, Université Toulouse – Jean Jaurès) nous fait part de son expérience sur la plateforme Culturelle visuelle (créée en 2009) qui lui a servi de point d’ancrage méthodologique et scientifique pendant l’écriture de sa thèse mais également comme un lieu d’échanges d’idées (voire de réseautage) grâce notamment à la fonction « commentaires » des carnets (notamment sur la plateforme Hypothèses). Une expérience très formatrice que celle de carnetier qu’il recommande aux doctorants tout comme le dépôt de leurs premiers travaux sur HAL (stabilité des url, pérennité, excellente visibilité sur le web) ou l’usage de Twitter, comme accélérateur de diffusion scientifique. Il reste cependant plus réservé quant à l’utilisation des réseaux sociaux académiques (Academia.edu ou Research Gate), plateformes privées qui, si elles permettent d’amplifier les échanges entre chercheurs, ne garantissent pas le stockage et la pérennité des travaux qui y sont déposés.

Quant aux licences Creative Commons, elles permettent de définir les conditions de réutilisation et de partage d’une œuvre tout en respectant sa paternité ; elles s’appliquent très bien au secteur des archives visuelles en particulier et permettent de lever un maximum de contraintes quant à la diffusion des images.

Remerciements et soutiens : Cette journée d’études a reçu le soutien du consortium Couperin et le label du programme européen Foster. Ce billet a été réalisé avec la collaboration de Serge Estruch, étudiant en info-com, promo 2014-2015 (IUT A, Université Paul Sabatier, Toulouse) et membre du comité d’organisation de cette journée d’études., merci pour sa prise de notes, son aide précieuse et sa bonne humeur permanente !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.