Revues « prédatrices » : un danger pour les chercheurs !

Le documentaliste américain, Jeffrey Beall, a conçu le blog Scholarly Open Access où il établit une liste des revues « prédatrices ». Mise à jour très régulièrement, celle-ci recense actuellement plusieurs centaines de revues dans le but de mettre en garde les chercheurs.

Avec l’essor de l’Open Access qui favorise la diffusion de la science en la rendant accessible à tous gratuitement, certains éditeurs ont mis en œuvre une stratégie pour profiter de ce système. Il s’agit de faire payer les auteurs, afin que leurs articlesSing_generalwarning_1 soient publiés, accessible en libre accès tout en leur faisant la promesse d’une visibilité accrue de leurs travaux, le tout dans des délais extrêmement rapides.

Cependant, ces revues sont peu regardantes sur la qualité scientifique des futures publications, notamment à cause de nombreuses zones de flou (par exemple sur le comité éditorial,…). C’est ce que l’on appelle les revues « prédatrices ». Leur objectif est de profiter de la nécessité des chercheurs à publier et à assurer une certaine visibilité de leurs activités.

Ainsi, publier dans ces revues n’a aucune valeur scientifique. Les articles publiés ne sont pas soumis à un comité de relecture performant, de ce fait elles n’offrent pas une légitimité et ne permettent pas un gain qualitatif dans la constitution du CV du chercheur.

Comment savoir si on a affaire à une revue prédatrice ?

Lorsque :

–          Les mails provenant des éditeurs sur la qualité des recherches sont « trop » flatteurs ou insistants

–          Le nom de la revue n’est pas en accord avec son contenu

–          Aucun rédacteur en chef n’est mentionné

–          Le comité éditorial n’est pas originaire de la discipline en question

–          Il y a une promesse de comité de relecture extrêmement rapide,…

Pour plus d’informations sur les signes qui doivent alerter, rendez-vous sur ce site.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *