Archives par mot-clé : Revue scientifique

Lingua, LingOA, Glossa…une évolution courageuse et décisive !

LingOALingOA est un nouveau modèle éditorial de publication par des chercheurs en train d’être développé par des linguistes de niveau international. Une présentation du projet été faite par Saskia de Vries, Natalia Grygierczyk et Johan Rooryck lors de la journée du 12 octobre organisée à Bruxelles par la Commission Européenne sur les « Alternative Open Access Publishing Models » et est disponible sur http://ec.europa.eu/digital-agenda/en/news/save-date-12-oct-ec-workshop-alternative-open-access-publishing-models.

Le projet éditorial redémarrera sous le système Ubiquity Press (éditeur open access de revues académiques à comité de lecture, livres et données) à travers la plateforme Open Library of the Humanities permettant d’assurer  un soutien durable aux revues.

De plus, l’équipe de l’ERIH (European Reference Index of the Humanities) a décidé d’inclure dans son référentiel le nouveau titre « Glossa » (après la publication du premier numéro), probablement l’an prochain.
Continuer la lecture de Lingua, LingOA, Glossa…une évolution courageuse et décisive !

Régression du partage

[Traduction parue initialement sur le blog Numeribib, d’un billet publié le 7 mai par Kevin Smith, Directeur de l‘Office of Copyright and Scholarly Communication de la Duke University sur le blog Scholarly Communications@Duke]


« L’annonce faite par Elsevier à propos de sa nouvelle politique en matière de droit d’auteur, est un chef-d’oeuvre de double langage : tout en proclamant que la compagnie est en train de « lâcher la bride à la puissance du partage », elle immobilise en fait le partage en lui mettant une laisse, et même autant de laisses que possible. Il s’agit d’un recul de l’open access et il est important d’appeler les choses par leur nom.

Continuer la lecture de Régression du partage

Abonnements trop coûteux, l’Allemagne réagit !

Image.i4En Allemagne, l’université de Konstanz (parmi les plus prestigieuses du pays) vient de mettre fin à ses abonnements aux revues de l’éditeur Elsevier. La raison de cette rupture de contrat est la remise en cause par l’université des prix trop élevés pratiqués Elsevier (qui adopte depuis quelques années une politique de prix agressive) comme l’explique le recteur de l’université Ulrich Rüdiger.

Source : Universität Konstanz, 26 mars 2014. Lire l’article.

L’Université de Montréal se désabonne de 1142 périodiques

logo-udemDepuis 1986, le prix des abonnements aux revues scientifiques ne cessent d’augmenter. Au Canada, les bibliothèques ne peuvent plus amortir cette hausse des prix, d’où la décision prise par l’Université de Montréal de mettre fin à ses abonnements de la collection Wiley Online Library en janvier 2014 (les numéros anciens seront toujours accessibles).

C’est à partir de ce constat que Louise Béliveau (vice-rectrice aux affaires étudiantes et au développement durable) appelle à une mobilisation de la communauté des chercheurs afin d’obtenir des conditions financières plus favorables car « peu d’éditeurs risqueront qu’un soulèvement les prive de leur matière première gratuite et de leur main-d’œuvre bénévole. Mais il est clair que les bibliothèques n’y arriveront pas seules parce qu’elles ne font pas le poids face à l’oligopole des éditeurs commerciaux ».

Source : Université de Montréal, Richard Dumont (Directeur général), 14 janvier 2014. Lire l’article.

Quelles alternatives pour accèder à l’IST ?

grande-imageL’information scientifique et technique est l’élément clef de la Recherche. Elle permet aux chercheurs et aux étudiants d’être informés des dernières évolutions et découvertes concernant leurs disciplines. Les bibliothèques universitaires françaises assurent cet accès en souscrivant des abonnements onéreux à des revues scientifiques.

Néanmoins, aujourd’hui en raison du prix des revues qui augmente plus rapidement que l’inflation économique, certaines universités ont choisi de se désabonner de revues scientifiques majeures tels que Nature, le Journal of the American Medical Association ou Science.

Cette nouvelle prise de position conduit les bibliothèques universitaires à trouver d’autres alternatives comme le développement des archives ouvertes qui offrent un accès libre et gratuit aux publications scientifiques qui y sont déposées.

Source : Le Monde-Science, David Larousserie, 12 février 2014.