Archives par mot-clé : publication scientifique

Publication et accès ouvert : rencontres nationales et locales par/avec les mathématiciens

Deux évènements, l’un local, l’autre national,  sont organisés prochainement par et avec les mathématiciens sur l’accès ouvert et la publication scientifique.

À l’Institut de mathématiques de Toulouse :

« Modèle auteur-payeur », open access gold, revues hybrides, APC, green open access… tout cela concerne l’évolution de la publication scientifique, et vous concerne, en tant qu’auteurs ou futurs auteurs, éditeurs, rapporteurs, …

Pour s’informer, débattre et participer à la réflexion sur l’avenir de la publication en mathématiques, rendez-vous à l’IMT le jeudi 7 septembre, à partir de 14h, amphi Schwartz (sans inscription).

Intervenants :
Karim Ramdani (mathématicien, Institut Elie Cartan de Lorraine) ;
Sandrine Malotaux (COUPERIN négociations documentaires, Directrice du SCD de l’INPT) ;
Frederic Hélein (mathématicien, Institut de Mathématiques de Jussieu).

  • 14h-14h30 : Contexte général
  • 14h30-15h : Développement du modèle « auteur-payeur » et approche actuelle des pays européens,
  • 15h30-16h : Points de vue et perspectives en mathématiques,
  • 16h-17h : Questions et débat (modérateur : B. Toën)

◊  « Accès ouvert : rêve ou réalité », 17 et 18  octobre 2017, au CIRM (Marseille), journées organisées par le RNBM.

Mathématiciens et bibliothécaires, les journées des 17 et 18 octobre sont prévues pour tous, sur le thème « publication et accès ouvert ».
Elles sont conçues pour s’adresser largement aux mathématiciennes et mathématiciens, en particulier ceux qui ne connaissent pas bien l’accès ouvert et qui sont curieux d’en savoir plus, que ce soit comme rédacteur ou rédactrice, comme auteur ou auteure, comme lecteur ou lectrice…
Elles doivent favoriser les échanges entre acteurs de la publication (scientifiques, éditeurs scientifiques, rédacteurs, diffuseurs, bibliothécaires…).

Il est encore possible de vous inscrire à cette action nationale de formation sur le site du CIRM. 
Préinscriptions
Progamme previsionnel ANF 2017

Sur le même sujet, consultez les pages de Karim Ramdani : quelques conseils destinés aux auteurs pour « mieux publier » et la liste de revues “mathematicians-friendly” (revues avec peer-review, archivage autorisé et coût d’abonnement «raisonnable» ou… nul), élaborée de manière participative par les membres de l’Institut Elie Cartan de Lorraine.

Publier et évaluer autrement

Thierry ehrmann, « Ecrire, voilà l’acte terroriste absolu… », licence CC-BY 2.0, https://flic.kr/p/5Giy3K

Une évaluation fondée sur les principes de la science

Dans son dernier article « Novel processes and metrics for a scientific evaluation rooted in the principles of science » ,  Michaël Bon (fondateur du système SJS, The Self-Journals of Science) propose une évaluation basée sur une nouvelle métrique possédant les attributs suivants :

– être ouverte,
– être non-propriétaire,
– être incomparablement plus solide scientifiquement que le facteur d’impact ou le nombre de téléchargements,
– récompenser intrinsèquement l’ouverture et la collaboration,
– promouvoir la qualité et non l’impact,
– rendre caduque l’appropriation de la science par des tiers.

Source : M. Bon, 17/02/2017, liste accesouvert et « Novel processes and metrics for a scientific evaluation rooted in the principles of science » Continuer la lecture de Publier et évaluer autrement

Science ouverte : éthique, transparence et reproductibilité

Bain de colza
Ridha Dhib, « Bain de colza, licence CC BY-SA 2.0 https://flic.kr/p/oZ3Yey

Un manifeste pour la science reproductible

Cinq mesures sont proposées pour améliorer la fiabilité et l’efficacité de la science en vue d’augmenter la crédibilité des publications scientifiques et permettre de nouvelles découvertes.

  1. amélioration des méthodes scientifiques,
  2. amélioration de la diffusion,
  3. promouvoir la transparence et la science ouverte (reproductibilité de la science),
  4. diversification du peer-reviewing,
  5. récompense des pratiques ouvertes et reproductibles.

Source : Nature Human Behaviour, 10/01/2017, http://www.nature.com/articles/s41562-016-0021

Continuer la lecture de Science ouverte : éthique, transparence et reproductibilité

#DataGueule – Privés de savoir ?

« Dans le monde de la recherche scientifique, publier ses travaux est un passage obligé. Cela permet aux chercheuses et chercheurs de faire connaître leur travail mais aussi d’être identifié par leurs pairs et pourquoi pas d’obtenir un poste, à condition d’être publié dans les bonnes revues. Sauf que cette mécanique de publication – qui permettait à la base de faire circuler le savoir – est devenue une vraie chasse gardée économique : celle des éditeurs scientifiques. Quelques grands noms comme le néerlandais Elsevier ou le groupe Springer/Nature se partagent un marché juteux et privatisent au passage des travaux scientifiques la plupart du temps financés par des fonds publics. »

Réalisation : Julien Goetz, Sylvain Lapoix et Henri Poulain

Production : francetv nouvelles écritures, Premières Lignes Télévisions et Story Circus

Année : 2014

Pays : FRANCE

Europe : articles scientifiques librement accessibles en 2020

LogoUENL2016La présidence néerlandaise de l’UE 2016 a publié un communiqué de presse le 27 mai 2016 annonçant qu’en « 2020, tous les articles scientifiques seront librement accessibles en Europe. Les États membres entendent ainsi optimiser la réutilisation des données de la recherche ». Présidée par Sander Dekker, secrétaire d’État à l’Enseignement, à la Culture et aux Sciences, la réunion des ministres européens chargés de la recherche et de l’innovation s’est unanimement prononcée en faveur de ces avancées importantes.

Continuer la lecture de Europe : articles scientifiques librement accessibles en 2020

Financer la publication scientifique: le « Lecteur » et/ou « l’Auteur »?

DISTLa Direction de l’Information Scientifique et Technique – DIST du CNRS a publié le 3 juin 2015 une étude intitulée Financer la publication scientifique : le « Lecteur » et/ou « l’Auteur »? Evolutions, Alternatives”
Continuer la lecture de Financer la publication scientifique: le « Lecteur » et/ou « l’Auteur »?

Régression du partage

[Traduction parue initialement sur le blog Numeribib, d’un billet publié le 7 mai par Kevin Smith, Directeur de l‘Office of Copyright and Scholarly Communication de la Duke University sur le blog Scholarly Communications@Duke]


« L’annonce faite par Elsevier à propos de sa nouvelle politique en matière de droit d’auteur, est un chef-d’oeuvre de double langage : tout en proclamant que la compagnie est en train de « lâcher la bride à la puissance du partage », elle immobilise en fait le partage en lui mettant une laisse, et même autant de laisses que possible. Il s’agit d’un recul de l’open access et il est important d’appeler les choses par leur nom.

Continuer la lecture de Régression du partage

L’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse a désormais son archive ouverte

Logo

Les publications des chercheurs de l’IEP (Institut d’Etudes Politiques) de Toulouse sont désormais référencées dans une archive institutionnelle mise en place pour l’établissement Développée sur la base de l’archive de l’université Toulouse 1 Capitole, Toulouse 1 Capitole publications.  Elle permet de retrouver les travaux des chercheurs de l’IEP sur une interface propre à l’IEP mais également dans la plateforme globale de l’Université.

Un travail de recensement rétrospectif permet de référencer des publications datées du début des années 1980. Ce sont désormais 638 publications qui sont signalées sur ce dépôts. Continuer la lecture de L’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse a désormais son archive ouverte

Déclaration de « Science Europe » sur l’Open Access

libre accès bandeauL’association Science Europe a fait part en avril dernier de ses principes en vue d’assurer une transition efficace vers le libre accès pour que la recherche financée par le biais de fonds publics soit accessible le plus rapidement possible. Néanmoins la principale idée à retenir de cette déclaration est la suivante : l’association soutient l’idée selon laquelle le modèle hybride « ne constitue pas une phase opératoire et viable en direction du libre accès ».

Source de l’article : ScienceEurope.org et Inist.fr

Pour accéder au contenu de la déclaration : version originale et traduction française

 

Edition Quae : 1er livre électronique en LA

1024px-Cybook_Opus_Bookeen

Le site internet de l’INRA à mis en ligne un dossier thématique consacré au libre accès. Traitant à la fois de la thématique du libre aspect, de son développement et de ses perspectives d’avenir, il met également en avant une initiative des éditions Quae.

Les éditions Quae publient leur premier livre électronique en libre accès : « Stratégies de publication scientifique » de Patricia Volland-Nail. Autre aspect important de cet ouvrage : la possibilité de le lire sur n’importe quel support (tablette, smartphone,…), le texte s’adapte à la taille de l’écran !

Pour en savoir plus : Publier en libre accès : c’est l’avenir !

Inciter à la publication sur HAL

logo open accessInciter à la publication sur Hal revient à se confronter à la diversité des membres d’un laboratoire de recherches aux objections et préoccupations différentes: les doctorants et jeunes chercheurs sont soucieux de promouvoir leurs travaux et d’obtenir une forme de reconnaissance, mais ne sont pas persuadés de la légitimité de cette publication; les chercheurs dirigeant revues ou collection, notamment diffusés sur papier, sont préoccupés par la concurrence que crée cette plateforme accessible à tous; les autres membres, soucieux de leur temps et fort occupés par la rédaction de leurs travaux ne voient pas forcément l’intérêt de faire connaître leurs travaux déjà publiés dans des revues reconnues.

Il faut donc trouver des arguments pour réfuter d’une manière anticipée ces objections et a minima, convaincre les directeurs d’équipe d’inciter leurs collègues à diffuser leurs travaux sur HAL, en tenant compte du contexte actuel de la recherche, soumis à des appels à projet aux délais restreints, centrés sur des thématiques contraintes. Le gain de temps et l’efficacité de la publication sur HAL peuvent alors être des arguments  recevables, s’ils sont ainsi portés par une autorité.

Voici quelques uns des arguments que j’ai utilisés pour convaincre mes collègues de déposer sur HAL, en demandant aux chefs d’équipe de le transmettre en leur nom. Reste à attendre de voir si cet argumentaire sera suivi d’effets…

  1. le don d’ubiquité : le dépôt des publications anciennes des membres entraîne une meilleure visibilité du laboratoire, à la fois parce que leurs ressources seront référencées par Google mais aussi parce que les pages de nos partenariats (comme le Labex sms) les reprendront également.
  2. le gain de temps  pour la composition des dossiers et des bibliographies : la saisie des publications soit sous forme de textes intégraux, soit sous forme de résumés permet ensuite l’édition de listes bibliographiques automatiques et simplifiées pour chaque membre comme pour les directeurs. Une fois saisies ses références, chaque chercheur passera moins de 15 mn/an pour créer sa liste de publication…
  3. le repérage rapide des synergies entre chercheurs : Lors du quinquennal, pour le montage d’un projet thématique ciblé, ou pour repérer des croisements entre les chercheurs travaillant sur les mêmes problématiques, la recherche par mots-clés (très rapide) permet de mettre en évidence des réseaux et une forme de cohérence dans le laboratoire ou une équipe
  4. la valorisation d’un service public, la caution scientifique, la protection des données :  le choix d’un portail public comme HAL, coordonné par le CNRS, assure la protection de nos données, la diffusion légale et la qualité scientifique au contraire des portails privés (comme academia.edu) et il permet aussi de montrer la valeur du travail de nos collègues du CNRS.
  5. le respect des droits éditoriaux, la connaissance de ses droits d’auteur : HAL (via ROMEO et HELOISE http://hal-univ-tlse2.archives-ouvertes.fr/)  référence la plupart des politiques éditoriales et permet de savoir si l’on a  le droit ou non de publier un de nos textes (version finale ou version brouillon). Il n’y a donc pas de concurrence entre les revues et HAL puisqu’on peut aussi choisir un délai avant de donner l’accès libre à un article publié dans une revue en cours de promotion.
  6. l’accessibilité de la plateforme : des ateliers pour expliquer comment publier des textes sont proposés chaque mois, mais la mise en ligne est très simple!

Véronique Adam, Maître de conférences en littérature du XVIIe siècle, équipe PLH-ELH, Référente HAL  et webmestre du laboratoire PLH , page HAL du laboratoire

AFP/arxiv.org …la course aux infos « fraîches »!

« Un matin, un collègue arrive dans la salle à café avec un bout de journal gratuit découpé à la va-vite qui évoque en 10 lignes, la question des relations amicales, étudiée par des psychologues, mettant en évidence une soi-disant limite cognitive. Aussitôt, spécialistes des réseaux sociaux, nous parlons de ce résultat étonnant et évoquons le nom d’une équipe susceptible d’avoir conduit l’étude. De retour dans mon bureau et à l’aide de quelques mots clés glanés dans le journal, je trouve assez rapidement les références de la publication, sur un site américain très sérieux de diffusion scientifique. Or, je ne réussis pas à télécharger l’article. Je contacte alors la responsable de la documentation de mon laboratoire qui m’explique que l’article est trop récent. Mon sang ne fait qu’un tour : les journalistes ont eu accès à cette étude et pas moi, qui travaille dans le « petit » champ des réseaux sociaux ? Je décide coûte que coûte de trouver gratuitement cet article et tente sur plusieurs moteurs de l’obtenir. Je tombe alors sur le site anglais http://arxiv.org/ et sur l’article en question : vive les archives ouvertes pour le progrès de la science ! »

MPbesTémoignage de Marie-Pierre BesLISST Cers (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires – Centre d’études des rationalités et des savoirs), Université Toulouse 2-Le Mirail. Elle est maître de conférence en économie et travaille actuellement sur les axes suivants  : savoirs et réseaux entre science et industrie ; savoirs et réseaux des étudiants et ingénieurs ; savoirs et réseaux dans le domaine de la santé.

« Dépôt d’une publication scientifique dans une archive ouverte »

ISTagropolis bandeau Pourquoi déposer dans une archive ouverte? Où déposer? Comment déposer?… Cette fiche pratique réalisée par La Commission Information Scientifique et Technique (CIST) Pratiques documentaires des chercheurs, s’adresse aux chercheurs et répond de manière précise aux questions liées au dépôt en archives ouvertes.

Continuer la lecture de « Dépôt d’une publication scientifique dans une archive ouverte »

Droits d’auteur : questions/réponses

dist « Je publie quels sont mes droits? » Ce mémo réalisé par la Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST), à destination des auteurs de publications scientifiques, répond de façon claire et précise  aux questions des droits d’auteur en matière d’images et photos, de supports de congrès, de conférences et de cours,  logiciels,  films. Il aborde aussi les droits d’auteur dans le cas de dépôt en archives ouvertes.

Netvibes sur les droits d’auteur

OMPL’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP) a réalisé un Netvibes sur Les Droits d’auteur dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Il propose des informations pratiques sur les droits d’auteur avec des définitions et des liens vers des sites spécialisés. Il aborde les domaines suivants: les droits d’auteur en général, l’image et ses droits, les droits d’auteur en matière de publications scientifiques, les bases de données, les panoramas de presse, enfin les brevets. Réalisation de l’espace Netvibes : Ludivine Moreau