Archives par mot-clé : pré-print

Promouvoir l’open access

Keep calm : une idée de visuels très pertinente pour promouvoir l’open access (Visuels – Keep calm and self-archive your papersKeep calm and create your IdHAL) . Source et réalisation : UPEM, UPEC, Ecole des Ponts Paris-Tech. Télécharger les fichiers.

 

Les pre-prints en 10 points

Philip Bourne, Jessica Polka, Ronald Vale et Robert Kiley présentent en 10 points l’intérêt des pre-prints, en voici les titres :

  1. Les pre-prints accélèrent la diffusion des connaissances
  2. Les pre-prints rendent possible une science ouverte (« open science ») et améliorent la communication scientifique
  3. Les pre-prints fournissent du contenu scientifique qui serait perdu sans cela
  4. Les pre-prints ne sont pas synonymes de mauvaise qualité
  5. Les pre-prints permettent une évaluation rapide des résultats controversés
  6. Les pre-prints n’empêchent pas forcément la publication
  7. Les pre-prints ne mènent pas au plagiat
  8. Les pre-prints permettent d’enregistrer la priorité
  9. Les pre-prints peuvent appuyer les demandes de financement et l’avancement de carrière
  10. Les pre-prints s’adaptent aux usages de leurs communautés

Pour la version en anglais : Ten simple rules for considering preprints, disponible sur PEERJ Preprints.

Position des éditeurs scientifiques

héloiseLes auteurs de publications scientifiques ont le droit mettre en libre accès leurs résultats de recherche. Ils peuvent déposer la version pré-print de leur article scientifique (version non soumise au contrôle des pairs), ils sont alors détenteurs des droits sur ce document.

Ils peuvent aussi déposer la version post-print (double des articles publiés, soumis au contrôle des pairs) avec l’accord de l’éditeur. Désormais face à l’ampleur du mouvement en faveur du libre accès, certains éditeurs autorisent l’auto-archivage sous certaines conditions.

A consulter : ces sites permettent de connaitre la politique des éditeurs en matière d’auto-archivage à partir du nom de la revue

ROMEO   recense les positions de nombreux éditeurs scientifiques en matière d’auto-archivage.

JULIET  répertorie les politiques en matière d’archives ouvertes des institutions et organismes de recherche au niveau international.

HELOISE renseigne sur les politiques des éditeurs de revues françaises concernant l’auto-archivage.