Pourquoi déposer en AO ?

 Principes du dépôt en archives ouvertes

  • Faciliter l’accès à sa production scientifique et à des documents non publiés (communications, cahiers de recherche…)
  • Accroître la visibilité de ses recherches
  • S’assurer de la paternité de ses résultats : tous les dépôts sont horodatés, donc validation d’une antériorité scientifique
  • Améliorer son facteur d’impact : indication de sa notoriété par le nombre de citations
  • Archivage pérenne et stable des documents : conservation à long terme et stabilité des URL (CINES)
  • Sauvegarde centralisée et exhaustive de votre production
  • Veille scientifique : possibilité de suivre votre domaine par flux RSS ou alerte mail
  • Extraction automatique : possibilité de générer des listes de publications pour suivre à tout moment votre production, ou communiquer un historique de votre travail
  • Valoriser le travail d’un laboratoire : possibilité de créer des collections

 

4 réflexions au sujet de « Pourquoi déposer en AO ? »

  1. Notre recherche appartient-elle à l’université? On peut estimer que non. Nous imposer de déposer nos travaux est à ce titre problématique par rapport aux lois de la propriété intellectuelle et par rapport à nos éditeurs. Notamment en shs

    1. Dans la mesure où votre production, est financée sur fonds publics dans la majorité des cas et à ce titre, elle devrait être gratuite et accessible à tous et non stockée derrière des barrières payantes entre les mains de seuls éditeurs commerciaux.

      1. Et donc on tue les éditeurs ? Pourtant ils assument des risques financiers, intègrent nos articles dans des livres, sur des supports papier, leur donnent un sens qu’un dépôt sur HAL (ou autre) ne leur donne jamais.
        De plus un travail est personnel, même si financé par l’employeur qu’est l’État, n’est pas nécessairement le fruit d’un travail d’équipe, et donc pas forcément financé. Ou alors il faudrait définir un quota de signes que chaque chercheur devrait produire par an, qui correspondrait à un financement, et le reste lui appartiendrait ?
        Et enfin combien de fois un chercheur paye pour aller présenter une conférence (son train, son billet d’avion)? C’est très courant en SHS. Et qu’en est-il d’ailleurs des doctorants qui publient et ne sont pas financés ?
        La proposition que vous émettez rencontre tout de même quelques contestations.

        1. Il ne s’agit en aucun cas de « tuer » les éditeurs, en particulier les éditeurs universitaires (comme les presses universitaires par exemple) qui assument un travail éditorial important et ne cherchent pas à créer de bénéfices mais plutôt de la qualité sur les revues qu’ils éditent. D’ailleurs, certaines presses universitaires sont passées au libre accès au contenu de leurs revues, comme les presses universitaires du MIDI qui diffusent l’ensemble de leurs 11 revues sur revues.org en libre accès. Par contre, il est inacceptable de faire fonctionner un modèle économique visant à faire fructifier de grosses maisons d’éditions privées qui s’accaparent le marché de la publication scientifique publique. Ils utilisent l’expertise des chercheurs, non rémunérés, pour l’évaluation des articles, dont l’accès est vendu, ensuite, aux bibliothèques universitaires à des prix prohibitifs, leur permettant de dégager des bénéfices annuels importants (ex. Elsevier marge de 36 %). On peut considérer que la France paie une deuxième fois, lorsque le chercheur doit payer à l’éditeur pour publier dans sa revue (les frais de publication s’élevant, dans le domaine scientifique et technique, jusqu’à 2000$ ou plus l’article). Je vous invite à lire à ce sujet l’article de Pierre-Carl Langlais sur le blog de Rue89.

          L’action volontaire (du chercheur) de déposer ses publications ou travaux dans HAL est tout à fait compatible avec la publication dans une revue qui plus est, qui affiche une politique éditoriale favorable au libre accès et nombreux éditeurs ont pris cette voie là, le gold open access. C’est la cas, par exemple, des revues diffusées via la plateforme revues.org qui proposent la majorité de leur contenu en libre accès (en mode html) et gratuit https://www.revues.org/. Enfin, je vous invite à consulter et déposer vos travaux (fichiers auteurs ou pre-print) sur la collection HAL de l’université Sorbonne nouvelle (Paris 3).

          Pour conclure, « un savoir enfermé est un savoir stérile ». L’information scientifique et les connaissances en général, sont un bien commun, qui doivent être disponibles pour tous. Elle a un coût : il nous revient (à la communauté universitaire) que ce coût ne soit pas une barrière, afin que la notion de bien commun de la connaissance devienne une réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *