Archives de catégorie : chercheurs

#DataGueule – Privés de savoir ?

« Dans le monde de la recherche scientifique, publier ses travaux est un passage obligé. Cela permet aux chercheuses et chercheurs de faire connaître leur travail mais aussi d’être identifié par leurs pairs et pourquoi pas d’obtenir un poste, à condition d’être publié dans les bonnes revues. Sauf que cette mécanique de publication – qui permettait à la base de faire circuler le savoir – est devenue une vraie chasse gardée économique : celle des éditeurs scientifiques. Quelques grands noms comme le néerlandais Elsevier ou le groupe Springer/Nature se partagent un marché juteux et privatisent au passage des travaux scientifiques la plupart du temps financés par des fonds publics. »

Réalisation : Julien Goetz, Sylvain Lapoix et Henri Poulain

Production : francetv nouvelles écritures, Premières Lignes Télévisions et Story Circus

Année : 2014

Pays : FRANCE

Formation HAL en novembre, URFIST de Toulouse

logourfistL’URFIST de Toulouse organise deux formations autour de HAL en novembre :

1/ « Déposer ses travaux dans HAL : modalités, procédures, valorisation », le 28 novembre, de 14h à 17h. Ce stage s’adresse aux chercheurs et aux doctorants qui souhaitent déposer dans HAL, en abordant la question des enjeux du dépôt ainsi que les procédures liées au dépôt.

2/ « Administration d’un portail HAL et gestion de collections » le 29 novembre de 9h30 à 17h. Ce stage s’adresse aux administrateurs d’un portail et/ou gestionnaire d’une collection.

Formateur : Bénédicte KUNTZIGER-PLANCHE (CCSD).

Inscriptions et informations : http://urfist.univ-toulouse.fr/formations/sessions-date

Vidéos des JE RELATIONS EC – PROFESSIONNELS DE L’IST

7-juin-2016Les vidéos de la Journée d’étude « Dialoguer, collaborer, coproduire : les relations enseignants-chercheurs / professionnels de l’information aujourd’hui »,  organisée à Toulouse le 7 juin 2016 par Médiad’Oc, l’Observatoire Midi-Pyrénées et l’URFIST de Toulouse sont désormais en ligne sur Canal-U et sur YouTube. Vous pouvez aussi retrouver le programme sur le site de l’URFIST de Toulouse.

L’histoire d’un type qui cherchait un vieil article sur internet

thXZPGB64XUn mathématicien et un psychologue discutent à bâtons rompus d’épistémologie des math et de la psycho. Un peu plus tard, le psychologue reçoit un courriel du mathématicien :

Glané par hasard sur Jstor :

« Pour certains, la psychologie est une science naturelle qui tend à formuler des lois de causalité. Considérant l’intelligence comme une activité qui s’exerce dans la durée, un processus qui se déroule, elle se demande comment chaque fait est déterminé par les faits qui le précèdent. Elle postule donc le déterminisme des phénomènes de l’esprit, et, sans ce postulat, elle n’aurait pas d’objet. »

« Logique et Psychologie »

E. Goblot

Revue Philosophique de la France et de l’Étranger T. 77 (JANVIER A JUIN 1914), pp. 337-352

thE3B3RLG0Aussitôt le psychologue consulte internet et, grâce à Google, tombe sur le lien Jstor qui propose l’article contre 14 $ (à quoi cette somme peut-elle bien servir, ce n’est pas indiqué…) ainsi qu’un Read Online FREE (qui affiche la première page et si on veut davantage il faut s’enregistrer).

Le chercheur consulte les bases de données de la bibliothèque de son université : pas de pdf. Il demande alors à une collègue qui a accès à d’autres bases de données parce que son équipe a le label CNRS ; la collègue ne trouve rien.

Il consulte aussi le site de la revue Revue Philosophique de la France et de l’Étranger où il apprend que « Les numéros antérieurs à 2000 sont disponibles en ligne sur JStor. »

Il consulte alors une collègue documentaliste qui lui apprend qu’un site, Scihub, pourrait lui être utile. Petit miracle de résistance civique, en copiant le lien dans le champ de la page d’accueil et une fois le test anti-robot effectué, le fichier recherché est prêt à être téléchargé.

Morale de l’histoire : nous vivons une époque où résister redevient nécessaire. Merci aux auteurs de ce site, et un grand hommage aux combats d’Aaron Schwarz.

 

Crédits image 1 : Frits Ahlefeldt-Laurvig (hikingartist.com), « Doc-math-man-discussion »,  licence creative commons  attribution, non-commercial, no derivatives.

Crédits image 2 : Collège de Sèvres, http://www.clg-sevres.ac-versailles.fr/spip.php?article722, licence creative commons by-sa

Pourquoi j’ai quitté Academia !

Sur le carnet Hypothèses Mittelalter, G. Geltner professeur d’histoire médiévale à l’université d’Amsterdam, a publié un billet « Upon leaving Academia.edu »   sur les raisons qui l’ont poussé à fermer son compte sur Academia.edu. Le billet présente la discussion qui s’est ouverte directement depuis son compte Academia comportant les contributions de 2000 suiveurs (« followers ») et une activité importante (22.000 vues). En voici les grandes lignes : Continuer la lecture de Pourquoi j’ai quitté Academia !

Bibliogifts : les bibliothèques clandestines de l’IST

L’information scientifique et technique est une ressource vitale pour les chercheurs (Volentine & Tenopir, 2013). Son accès bénéficie également à un bien plus large public (Davis & Walters, 2011).

Or, actuellement, 75 % de la littérature scientifique mondiale n’est pas accessible librement (Khabsa & Lee Giles, 2014). Les articles sont derrière des paywalls (Pickard & Williams, 2014) érigés par les maisons d’éditions, qui monnayent leur accès sur la base d’achat au cas par cas ou, plus couramment, de souscriptions à des bouquets de revues (Bergstrom, 2001 ; Bergstrom, Courant, McAfee & Williams, 2014). Le coût de ces abonnements, bien souvent prohibitif pour les bibliothèques publiques ou universitaires, constitue un frein à la libre diffusion des connaissances (Harnad, 2001).

Information is Nothing without Retrieval
L’information est inutile lorsqu’on ne peut pas y accéder.

 

Plusieurs stratégies de contournement sont employées par les lecteurs ne disposant pas de tels accès. La plus ancienne consiste à demander par courriel un tiré à part (preprint) auprès de l’auteur (Hartley 2004a, 2004b), en espérant qu’il ait conservé le document et fasse l’effort de répondre. Les lecteurs peuvent aussi désormais accéder aux articles archivés en open access (Suber, 2009) sur diverses plateformes publiques, telles que arxiv.org, HAL, REPEC et SCIELO, pour n’en citer que certaines (Björk, 2014).  D’autres plateformes, telles que  ResearchGate, sont promues par des entreprises commerciales auprès des scientifiques (Thelwall & Kousha, 2015). À défaut, les lecteurs démunis peuvent également implorer leurs followers sur Twitter avec le hashtag #icanhazpdf en indiquant le DOI de l’article convoité (Liu, 2013 ; Gardner & Gardner, 2015).

Mes recherches les plus récentes ont porté sur une autre stratégie, plus confidentielle : le recours aux bibliothèques clandestines évoquées de façon anonyme dans (Tenen & Foxman, 2014 ; Bodó, 2015). J’ai étudié la plateforme Library Genesis (LibGen) hébergeant 42 téraoctets de données, parmi lesquels on dénombre plus de 22 millions articles scientifiques (Cabanac, à paraître). À titre de référence, la production scientifique mondiale s’élevait à 1,3 million d’articles en 2006 (Björk, Roos & Lauri, 2009).

L’analyse comparée des catalogues de CrossRef (agence d’assignation de DOI1 ) et de LibGen m’a notamment permis d’établir la couverture de cette bibliothèque clandestine. Tout éditeur confondu, 36 % des articles publiés sont présents dans LibGen ; cette proportion atteint 68 % en se limitant aux trois éditeurs de premier plan que sont Elsevier, Springer et Wiley. L’analyse du catalogue révèle également une double alimentation : par biblioleaks (de gros volumes intégrés épisodiquement, comme imaginé dans l’essai de Dunn, Coiera et Mandl, 2014) et par crowdsourcing. Dans ce dernier cas, chaque requête d’utilisateur pour un article donné (via son DOI) est satisfaite en exploitant un accès frauduleux par proxy sur des réseaux abonnés (bibliothèques publiques et universitaires du monde entier, notamment) aux ressources électroniques ciblées.

Cette recherche révélant la nature et l’ampleur des « bibliogifts » a tôt trouvé écho dans les médias, tels que Le Monde (Larousserie, 2015), The Guardian (Davey, 2015) ou encore Rue89 (Clavey, 2015). L’accès à l’information scientifique et technique est vraisemblablement un sujet d’intérêt pour notre « société de l’information ». Il me semble pertinent désormais de poursuivre ces premiers travaux afin de répondre aux nombreuses questions laissées en suspens, telles que :

  • qui sont les usagers des bibliothèques clandestines ?
  • quid de l’usage des ressources obtenues ainsi : éducation, information, text mining ou autre ?
  • quelles sont les motivations à recourir à et, a fortiori, à alimenter une bibliothèque clandestine ?
  • à quelles peines s’exposent les usagers vis-à-vis, notamment, du droit d’auteur ?
  • quelle est la part des articles en open access « légal » (c.-à-d. non issus de bibliothèques clandestines) parmi les 25 % d’articles accessibles sur le web identifiés par Khabsa et Lee Giles (2014) ?

L’étude de ces questions captivantes et importantes, me semble-t-il, nécessitera de mobiliser des expertises en informatique, droit et sciences humaines et sociales, notamment. C’est un projet de recherche interdisciplinaire qui, à mon sens, a le potentiel d’éclairer les politiques scientifiques nationales en matière d’information scientifique et technique.

Note

 1Un Document Object Identifier ou DOI est une chaîne de caractères identifiant de façon unique une ressource numérique (Davidson & Douglas, 1998). La plupart des maisons d’éditions assignent désormais un DOI aux articles qu’elles publient. Par exemple, « 10.1002/asi.23445 » est le DOI associé à (Cabanac, à paraître). Un DOI permet d’accéder à la ressource numérique associée en le préfixant par « http://doi.org/ », comme dans http://doi.org/10.1002/asi.23445.

 

Bibliographie

Bergstrom, T. C. (2001). Free labor for costly journals? Journal of Economic Perspectives, 15(4), 183–198. doi:10.1257/jep.15.4.183.

Bergstrom, T. C., Courant, P. N., McAfee, R. P. & Williams, M. A. (2014). Evaluating big deal journal bundles. Proceedings of the National Academy of Sciences, 111(26), 9425–9430. doi:10.1073/pnas.1403006111.

Björk, B.-C. (2014). Open access subject repositories: An overview. Journal of the Association for Information Science and Technology, 65(4), 698–706. doi:10.1002/asi.23021.

Björk, B.-C., Roos, A. & Lauri, M. (2009). Scientific journal publishing: Yearly volume and open access availability. Information Research, 14(1).

Bodó, B. (2015). Central and Eastern Europeans in pirate libraries. Visegrad Insight, 1(7), 99–102.

Cabanac, G. (à paraître). Bibliogifts at LibGen? A study of a text-sharing platform driven by biblioleaks and crowdsourcing. Journal of the Association for Information Science and Technology. doi:10.1002/asi.23445 [preprint et diaporama].

Clavey, M. (2015, 8 septembre). Un hashtag clandestin pour partager la science. Rue89. Disponible via http://rue89.nouvelobs.com/2015/09/08/hashtag-clandestin-partager-science-inaccessible-261102

Davey, M. (2015, 14 août). Australian academics seek to challenge ‘web of avarice’ in scientific publishing. The Guardian. Disponible via http://gu.com/p/4bebg.

Davidson, L. A. & Douglas, K. (1998). Digital Object Identifiers: Promise and problems for scholarly publishing. The Journal of Electronic Publishing, 4(2).

Davis, P. M. & Walters, W. H. (2011). The impact of free access to the scientific literature: A review of recent research. Journal of Medical Library Association, 99(3), 208–217. doi:10.3163/1536-5050.99.3.008.

Dunn, A. G., Coiera, E. & Mandl, K. D. (2014). Is Biblioleaks inevitable? Journal of Medical Internet Research, 16(4), e112. doi:10.2196/jmir.3331.

Gardner, C. C. & Gardner, G. J. (2015). Bypassing interlibrary loan via Twitter: An exploration of #icanhazpdf requests. In D. M. Mueller (Éd.), ACRL’15: Proceedings of the conference of the Association of College & Research Libraries (p. 95–101). Chicago : Association of College & Research Libraries. Disponible via http://www.ala.org/acrl/files/conferences/confsandpreconfs/2015/Gardner.pdf.

Harnad, S. (2001). The self-archiving initiative [Commentary]. Nature, 410(6832), 1024–1025. doi:10.1038/35074210.

Hartley, J. (2004a). On requesting conference papers electronically. Journal of Information Science, 30(5), 475–479. doi:10.1177/0165551504047826.

Hartley, J. (2004b). On requesting re-prints electronically. Journal of Information Science, 30(3), 280–284. doi:10.1177/0165551504044671.

Khabsa, M. & Lee Giles, C. (2014). The number of scholarly documents on the public Web. PLoS ONE, 9(5), e93949. doi:10.1371/journal.pone.0093949.

Larousserie, D. (2015, 22 avril). Le marché noir de l’édition scientifique. Le Monde — Supplément science & médecine, 7. Disponible en ligne sous le titre « Les bibliothèques clandestines de l’édition scientifique » http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/04/20/les-bibliotheques-clandestines-de-l-edition-scientifique_4619506_1650684.html.

Liu, J. (2013). Interactions: the numbers behind #icanhazpdf. Disponible via http://www.altmetric.com/blog/interactions-the-numbers-behind-icanhazpdf.

Pickard, V. & Williams, A. T. (2014). Salvation or folly? The promises and perils of digital paywalls. Digital Journalism, 2(2), 195–213. doi:10.1080/21670811.2013.865967.

Suber, P. (2009). Open access. Cambridge, MA : MIT Press.

Tenen, D. & Foxman, M. (2014). Book piracy as peer preservation. Computational Culture, 4. Disponible via http://computationalculture.net/article/book-piracy-as-peer-preservation.

Thelwall, M. & Kousha, K. (2015). ResearchGate: Disseminating, communicating, and measuring scholarship? Journal of the Association for Information Science and Technology, 66(5), 876–889. doi:10.1002/asi.23236.

Volentine, R. & Tenopir, C. (2013). Value of academic reading and value of the library in academics’ own words. Aslib Proceedings, 65(4), 425–440. doi:10.1108/AP-03-2012-0025.


À propos de l’auteur

Guillaume Cabanac (@gcabanac) est maître de conférences en informatique à l’Université Toulouse 3 – Paul Sabatier. Ses recherches à l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT UMR 5505) portent sur la recherche d’information et la scientométrie.

Tutoriels pour le libre accès aux résultats de la recherche (H2020)

inist_cnrsPour accompagner les équipes de recherche qui soumettent un projet dans le cadre d’Horizon 2020, l’Inist-CNRS propose une série de tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche.

L’objectif est la mise en pratique des obligations / recommandations émises par la Commission européenne sur le libre accès aux publications scientifiques et données de recherche produites dans le cadre des projets H 2020. Continuer la lecture de Tutoriels pour le libre accès aux résultats de la recherche (H2020)

Academia.edu, ResearchGate…à utiliser avec modération !

nuagesTagsCCSD« De plus en plus de chercheurs sont présents sur les réseaux sociaux, notamment ceux qui sont spécialement destinés à la science et aux chercheurs et enseignants chercheurs comme Research Gate, Academia.edu ou bien encore My Science Work. […]

Nous voudrions ici inciter les chercheurs à utiliser les réseaux sociaux avec prudence et pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des outils de diffusion et de mise en relation. Utilisez les réseaux sociaux pour leurs fonctions sociales uniquement et HAL pour la pérennité des données et le libre accès !!«  Continuer la lecture de Academia.edu, ResearchGate…à utiliser avec modération !

Crise de l’édition scientifique : les chercheurs s’engagent

Capture cost of knowledge

Le monde de l’édition scientifique semble être en crise, mais de nombreuses mesures apparaissent dans le monde entier pour tenter d’en sortir.

Parmi celles-ci, en janvier 2012,une pétition en ligne « The Cost of Knowledge » est lancée par Timothy Gowers, détenteur de la médaille Fields en 1998. L’objet de cette pétition est de manifester contre les pratiques budgétaires mises en place par l’éditeur Elsevier qui sont considérées comme abusives et agressives. De manière plus générale, celle-ci témoigne d’un engagement  des chercheurs contre la crise de l’édition scientifique et l’importance de faciliter la libre circulation des savoirs.

Actuellement la pétition compte pas moins de 14 636 signatures. Pour la signer : cliquez-ici

Ateliers de formations au dépôt dans HAL – intérêt pour les responsables de revues de l’UT2J

miranda_1397485018269-jpgDes ateliers de formations au dépôt dans HAL ont été mis en place par Françoise Gouzi, chargée d’information scientifique et technique, (DAR – pôle IST, gestionnaire du portail HAL-UTM) et Chloée Fabre (DAR – pôle IST, coordinatrice EDR) pour l’ensemble des équipes de recherche de l’Université Jean Jaurès. Après un tour d’horizon des enjeux et du contexte du libre accès et des archives ouvertes, les enseignants-chercheurs sont invités à mettre en ligne sur HAL un ou plusieurs articles. Continuer la lecture de Ateliers de formations au dépôt dans HAL – intérêt pour les responsables de revues de l’UT2J

Des formations à l’écoute des usagers !

rr« J’ai participé, et même si je connaissais déjà bien HAL, j’ai pu me mettre à jour sur ses évolutions, et j’ai pu aussi déposer des documents et voir directement avec les animatrices mes erreurs, ou poser des questions auxquelles j’avais une réponse immédiate et claire. »

Témoignage de Halima Sahraoui, OCTOGONE, Université Toulouse 2-Le Mirail après un atelier de dépôt des publications sur la plateforme HAL animé par Françoise Gouzi et avec la participation de Michèle Perreaux.

Elle est Maître de Conférences, section 07-Linguistique et phonétique générales. Ses domaines et intérêts de recherche actuels : neuropsycholinguistique, cerveau et langage, processus d’encodage en production orale, pathologies du langage, acquisition des langues étrangères

« Atelier convivial, utile et efficace »

logo« Atelier convivial, utile et efficace. J’ai apprécié le caractère collaboratif des dépôts ainsi que l’aspect libre accès. La procédure ne me semble pas trop difficile à acquérir et à mémoriser. Une bonne surprise a été la découverte du service de veille. »

Témoignage de Manuel Pérez, doctorant au CLLE-LTC (Cognition, Langues, Langage, Ergonomie « Laboratoire Travail et Cognition »), Université Toulouse 2-Le Mirail après un atelier de dépôt des publications sur la plateforme HAL animé par Françoise Gouzi et avec la participation de Michèle Perreaux.

« Mondes sociaux » : un magazine sur la plateforme Hypothèses

Capture-d’écran-2014-03-10-à-15.15.43Le « laboratoire d’excellence » Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux) associe des chercheurs de dix Unités de Recherche en sciences humaines et sociales de Toulouse dont cinq laboratoires de l’Université Toulouse II – Le Mirail (CERTOP, Dynamiques Rurales, FRAMESPA, LISST et PLH) ainsi que le LASSP (IEP Toulouse, sciences politiques), le LEREPS (Toulouse 1, économie), le LERASS (information et communication), l’équipe SOI (UPS, STAPS) et l’INRA-AGIR (équipes SHS). Notons également la participation des membres de l’IRIT (Toulouse 3, INP et CNRS, informatique) Continuer la lecture de « Mondes sociaux » : un magazine sur la plateforme Hypothèses

Des ateliers sur mesure !

FRAMESPA« La publication a toujours été un élément essentiel de l’identité du chercheur et il devient indispensable pour lui de s’intéresser à sa version électronique à l’heure des archives ouvertes qui lui permettent de développer sa présence scientifique sur internet et d’assurer sa visibilité.
La formation menée par Françoise Gouzi a été très bien calibrée en temps et en contenu car les informations essentielles ont été données avec une grande clarté et une efficacité concrète à l’appui d’applications individuelles tutorées. »

Témoignage de Nicolas Meynen, FRAMESPA (France Méridionale et Espagne), Université Toulouse 2-Le Mirail après un atelier de dépôt des publications sur la plateforme HAL animé par Françoise Gouzi et avec la participation de Chloée Fabre.

Il est maître de conférence en Histoire de l’Art contemporain, responsable du Pôle « Patrimoine » et Membre du Conseil National des Universités – 22e Section.

AFP/arxiv.org …la course aux infos « fraîches »!

« Un matin, un collègue arrive dans la salle à café avec un bout de journal gratuit découpé à la va-vite qui évoque en 10 lignes, la question des relations amicales, étudiée par des psychologues, mettant en évidence une soi-disant limite cognitive. Aussitôt, spécialistes des réseaux sociaux, nous parlons de ce résultat étonnant et évoquons le nom d’une équipe susceptible d’avoir conduit l’étude. De retour dans mon bureau et à l’aide de quelques mots clés glanés dans le journal, je trouve assez rapidement les références de la publication, sur un site américain très sérieux de diffusion scientifique. Or, je ne réussis pas à télécharger l’article. Je contacte alors la responsable de la documentation de mon laboratoire qui m’explique que l’article est trop récent. Mon sang ne fait qu’un tour : les journalistes ont eu accès à cette étude et pas moi, qui travaille dans le « petit » champ des réseaux sociaux ? Je décide coûte que coûte de trouver gratuitement cet article et tente sur plusieurs moteurs de l’obtenir. Je tombe alors sur le site anglais http://arxiv.org/ et sur l’article en question : vive les archives ouvertes pour le progrès de la science ! »

MPbesTémoignage de Marie-Pierre BesLISST Cers (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires – Centre d’études des rationalités et des savoirs), Université Toulouse 2-Le Mirail. Elle est maître de conférence en économie et travaille actuellement sur les axes suivants  : savoirs et réseaux entre science et industrie ; savoirs et réseaux des étudiants et ingénieurs ; savoirs et réseaux dans le domaine de la santé.