Archives de catégorie : International

OADOI : la version en libre accès de votre article

Un lien oaDOI s’apparente à un DOI, mais comporte une valeur ajoutée : s’il existe une version accessible en accès libre de l’article, l’URL oaDOI pointera directement sur cette version et non sur la version payante.

Ainsi, par exemple :

Pour en savoir plus : Carnet’IST a publié un billet présentant ce nouvel outil.

 

Brevet d’Elsevier ou comment détruire le peer-reviewing scientifique américain libre

Le 30 août 2016, l’office américain des brevets (USPTO)  a délivré le brevet US n ° 9 430 468, intitulé « Online peer review and method ». Le propriétaire de ce brevet n’est autre que Elsevier, l’éditeur académique géant.

peer_review_patent_elsevier

Fig. 5 : Modèle du peer review extrait du brevet US n° 943 468 : http://www.freepatentsonline.com/9430468.pdf

Pourquoi un brevet ? Elsevier voudrait qu’un monopole des méthodes d’examen par les pairs soit accordé par le gouvernement américain. Elsevier possède plus de 2000 revues académiques. Les universités, les bibliothèques et les chercheurs s’interrogent de plus en plus sur la pertinence de ce modèle. Après tout, les universités paient habituellement les salaires des chercheurs qui rédigent des articles et des reviewers qui effectuent une évaluation par les pairs.

Continuer la lecture de Brevet d’Elsevier ou comment détruire le peer-reviewing scientifique américain libre

Tutoriel vidéo pour déposer dans HAL

A l’occasitutoriel-video-halon de l’Open Access Week 2016, le CCSD et l’INIST-CNRS ont réalisé un tutoriel vidéo sur le dépôt d’un article scientifique dans HAL qui décrit les différentes étapes du dépôt : création d’un profil, choix du type de document, dépôt du fichier, ajout des métadonnées descriptives du document, ajout des noms et des affiliations des auteurs,  vérification des données saisies avant le dépôt. Le parcours est conçu de façon modulaire pour permettre aux chercheurs de visionner l’étape qui les intéresse dans l’ordre qui les intéresse.

Plus d’infos sur : https://www.ccsd.cnrs.fr/fr/2016/10/deposer-dans-hal-le-tutoriel-video/

 

Résultats financiers 2015 de l’édition scientifique

insidemainland.com
insidemainland.com

Le réseau des responsables IST des organismes de recherche (Eprist) vient de publier une analyse sur les résultats financiers de l’édition scientifique. On constate que les six premiers éditeurs scientifiques mondiaux (Elsevier, Wiley, Wolters Kluwer, Thomson Reuters, Taylor & Francis, Springer) réalisent un CA cumulé de 7,5 Milliars d’Euros soit 38% du CA mondial de l’édition scientifique (estimé à 23.000 M€).

Lire l’analyse d’Eprist (30 mars 2016).

Continuer la lecture de Résultats financiers 2015 de l’édition scientifique

Lingua, LingOA, Glossa…une évolution courageuse et décisive !

LingOALingOA est un nouveau modèle éditorial de publication par des chercheurs en train d’être développé par des linguistes de niveau international. Une présentation du projet été faite par Saskia de Vries, Natalia Grygierczyk et Johan Rooryck lors de la journée du 12 octobre organisée à Bruxelles par la Commission Européenne sur les « Alternative Open Access Publishing Models » et est disponible sur http://ec.europa.eu/digital-agenda/en/news/save-date-12-oct-ec-workshop-alternative-open-access-publishing-models.

Le projet éditorial redémarrera sous le système Ubiquity Press (éditeur open access de revues académiques à comité de lecture, livres et données) à travers la plateforme Open Library of the Humanities permettant d’assurer  un soutien durable aux revues.

De plus, l’équipe de l’ERIH (European Reference Index of the Humanities) a décidé d’inclure dans son référentiel le nouveau titre « Glossa » (après la publication du premier numéro), probablement l’an prochain.
Continuer la lecture de Lingua, LingOA, Glossa…une évolution courageuse et décisive !

A quand les publications scientifiques fédérales en libre accès aux Etats-Unis ?

« Après des années de débat sur l’accessibilité des publications scientifiques de la recherche financée par l’argent fédéral, les défendeurs du libre accès pourraient remporter une victoire de poids. Le Fair Access to Science and Technology Research Act a été présenté en mars 2015 au Congrès et a été approuvé en commission du sénat en juillet. Son adoption par le congrès obligerait les grandes agences fédérales à rendre accessibles gratuitement leurs publications soumises à comité de relecture dans les douze mois suivant leur parution. » Continuer la lecture de A quand les publications scientifiques fédérales en libre accès aux Etats-Unis ?

Bibliogifts : les bibliothèques clandestines de l’IST

L’information scientifique et technique est une ressource vitale pour les chercheurs (Volentine & Tenopir, 2013). Son accès bénéficie également à un bien plus large public (Davis & Walters, 2011).

Or, actuellement, 75 % de la littérature scientifique mondiale n’est pas accessible librement (Khabsa & Lee Giles, 2014). Les articles sont derrière des paywalls (Pickard & Williams, 2014) érigés par les maisons d’éditions, qui monnayent leur accès sur la base d’achat au cas par cas ou, plus couramment, de souscriptions à des bouquets de revues (Bergstrom, 2001 ; Bergstrom, Courant, McAfee & Williams, 2014). Le coût de ces abonnements, bien souvent prohibitif pour les bibliothèques publiques ou universitaires, constitue un frein à la libre diffusion des connaissances (Harnad, 2001).

Information is Nothing without Retrieval
L’information est inutile lorsqu’on ne peut pas y accéder.

 

Plusieurs stratégies de contournement sont employées par les lecteurs ne disposant pas de tels accès. La plus ancienne consiste à demander par courriel un tiré à part (preprint) auprès de l’auteur (Hartley 2004a, 2004b), en espérant qu’il ait conservé le document et fasse l’effort de répondre. Les lecteurs peuvent aussi désormais accéder aux articles archivés en open access (Suber, 2009) sur diverses plateformes publiques, telles que arxiv.org, HAL, REPEC et SCIELO, pour n’en citer que certaines (Björk, 2014).  D’autres plateformes, telles que  ResearchGate, sont promues par des entreprises commerciales auprès des scientifiques (Thelwall & Kousha, 2015). À défaut, les lecteurs démunis peuvent également implorer leurs followers sur Twitter avec le hashtag #icanhazpdf en indiquant le DOI de l’article convoité (Liu, 2013 ; Gardner & Gardner, 2015).

Mes recherches les plus récentes ont porté sur une autre stratégie, plus confidentielle : le recours aux bibliothèques clandestines évoquées de façon anonyme dans (Tenen & Foxman, 2014 ; Bodó, 2015). J’ai étudié la plateforme Library Genesis (LibGen) hébergeant 42 téraoctets de données, parmi lesquels on dénombre plus de 22 millions articles scientifiques (Cabanac, à paraître). À titre de référence, la production scientifique mondiale s’élevait à 1,3 million d’articles en 2006 (Björk, Roos & Lauri, 2009).

L’analyse comparée des catalogues de CrossRef (agence d’assignation de DOI1 ) et de LibGen m’a notamment permis d’établir la couverture de cette bibliothèque clandestine. Tout éditeur confondu, 36 % des articles publiés sont présents dans LibGen ; cette proportion atteint 68 % en se limitant aux trois éditeurs de premier plan que sont Elsevier, Springer et Wiley. L’analyse du catalogue révèle également une double alimentation : par biblioleaks (de gros volumes intégrés épisodiquement, comme imaginé dans l’essai de Dunn, Coiera et Mandl, 2014) et par crowdsourcing. Dans ce dernier cas, chaque requête d’utilisateur pour un article donné (via son DOI) est satisfaite en exploitant un accès frauduleux par proxy sur des réseaux abonnés (bibliothèques publiques et universitaires du monde entier, notamment) aux ressources électroniques ciblées.

Cette recherche révélant la nature et l’ampleur des « bibliogifts » a tôt trouvé écho dans les médias, tels que Le Monde (Larousserie, 2015), The Guardian (Davey, 2015) ou encore Rue89 (Clavey, 2015). L’accès à l’information scientifique et technique est vraisemblablement un sujet d’intérêt pour notre « société de l’information ». Il me semble pertinent désormais de poursuivre ces premiers travaux afin de répondre aux nombreuses questions laissées en suspens, telles que :

  • qui sont les usagers des bibliothèques clandestines ?
  • quid de l’usage des ressources obtenues ainsi : éducation, information, text mining ou autre ?
  • quelles sont les motivations à recourir à et, a fortiori, à alimenter une bibliothèque clandestine ?
  • à quelles peines s’exposent les usagers vis-à-vis, notamment, du droit d’auteur ?
  • quelle est la part des articles en open access « légal » (c.-à-d. non issus de bibliothèques clandestines) parmi les 25 % d’articles accessibles sur le web identifiés par Khabsa et Lee Giles (2014) ?

L’étude de ces questions captivantes et importantes, me semble-t-il, nécessitera de mobiliser des expertises en informatique, droit et sciences humaines et sociales, notamment. C’est un projet de recherche interdisciplinaire qui, à mon sens, a le potentiel d’éclairer les politiques scientifiques nationales en matière d’information scientifique et technique.

Note

 1Un Document Object Identifier ou DOI est une chaîne de caractères identifiant de façon unique une ressource numérique (Davidson & Douglas, 1998). La plupart des maisons d’éditions assignent désormais un DOI aux articles qu’elles publient. Par exemple, « 10.1002/asi.23445 » est le DOI associé à (Cabanac, à paraître). Un DOI permet d’accéder à la ressource numérique associée en le préfixant par « http://doi.org/ », comme dans http://doi.org/10.1002/asi.23445.

 

Bibliographie

Bergstrom, T. C. (2001). Free labor for costly journals? Journal of Economic Perspectives, 15(4), 183–198. doi:10.1257/jep.15.4.183.

Bergstrom, T. C., Courant, P. N., McAfee, R. P. & Williams, M. A. (2014). Evaluating big deal journal bundles. Proceedings of the National Academy of Sciences, 111(26), 9425–9430. doi:10.1073/pnas.1403006111.

Björk, B.-C. (2014). Open access subject repositories: An overview. Journal of the Association for Information Science and Technology, 65(4), 698–706. doi:10.1002/asi.23021.

Björk, B.-C., Roos, A. & Lauri, M. (2009). Scientific journal publishing: Yearly volume and open access availability. Information Research, 14(1).

Bodó, B. (2015). Central and Eastern Europeans in pirate libraries. Visegrad Insight, 1(7), 99–102.

Cabanac, G. (à paraître). Bibliogifts at LibGen? A study of a text-sharing platform driven by biblioleaks and crowdsourcing. Journal of the Association for Information Science and Technology. doi:10.1002/asi.23445 [preprint et diaporama].

Clavey, M. (2015, 8 septembre). Un hashtag clandestin pour partager la science. Rue89. Disponible via http://rue89.nouvelobs.com/2015/09/08/hashtag-clandestin-partager-science-inaccessible-261102

Davey, M. (2015, 14 août). Australian academics seek to challenge ‘web of avarice’ in scientific publishing. The Guardian. Disponible via http://gu.com/p/4bebg.

Davidson, L. A. & Douglas, K. (1998). Digital Object Identifiers: Promise and problems for scholarly publishing. The Journal of Electronic Publishing, 4(2).

Davis, P. M. & Walters, W. H. (2011). The impact of free access to the scientific literature: A review of recent research. Journal of Medical Library Association, 99(3), 208–217. doi:10.3163/1536-5050.99.3.008.

Dunn, A. G., Coiera, E. & Mandl, K. D. (2014). Is Biblioleaks inevitable? Journal of Medical Internet Research, 16(4), e112. doi:10.2196/jmir.3331.

Gardner, C. C. & Gardner, G. J. (2015). Bypassing interlibrary loan via Twitter: An exploration of #icanhazpdf requests. In D. M. Mueller (Éd.), ACRL’15: Proceedings of the conference of the Association of College & Research Libraries (p. 95–101). Chicago : Association of College & Research Libraries. Disponible via http://www.ala.org/acrl/files/conferences/confsandpreconfs/2015/Gardner.pdf.

Harnad, S. (2001). The self-archiving initiative [Commentary]. Nature, 410(6832), 1024–1025. doi:10.1038/35074210.

Hartley, J. (2004a). On requesting conference papers electronically. Journal of Information Science, 30(5), 475–479. doi:10.1177/0165551504047826.

Hartley, J. (2004b). On requesting re-prints electronically. Journal of Information Science, 30(3), 280–284. doi:10.1177/0165551504044671.

Khabsa, M. & Lee Giles, C. (2014). The number of scholarly documents on the public Web. PLoS ONE, 9(5), e93949. doi:10.1371/journal.pone.0093949.

Larousserie, D. (2015, 22 avril). Le marché noir de l’édition scientifique. Le Monde — Supplément science & médecine, 7. Disponible en ligne sous le titre « Les bibliothèques clandestines de l’édition scientifique » http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/04/20/les-bibliotheques-clandestines-de-l-edition-scientifique_4619506_1650684.html.

Liu, J. (2013). Interactions: the numbers behind #icanhazpdf. Disponible via http://www.altmetric.com/blog/interactions-the-numbers-behind-icanhazpdf.

Pickard, V. & Williams, A. T. (2014). Salvation or folly? The promises and perils of digital paywalls. Digital Journalism, 2(2), 195–213. doi:10.1080/21670811.2013.865967.

Suber, P. (2009). Open access. Cambridge, MA : MIT Press.

Tenen, D. & Foxman, M. (2014). Book piracy as peer preservation. Computational Culture, 4. Disponible via http://computationalculture.net/article/book-piracy-as-peer-preservation.

Thelwall, M. & Kousha, K. (2015). ResearchGate: Disseminating, communicating, and measuring scholarship? Journal of the Association for Information Science and Technology, 66(5), 876–889. doi:10.1002/asi.23236.

Volentine, R. & Tenopir, C. (2013). Value of academic reading and value of the library in academics’ own words. Aslib Proceedings, 65(4), 425–440. doi:10.1108/AP-03-2012-0025.


À propos de l’auteur

Guillaume Cabanac (@gcabanac) est maître de conférences en informatique à l’Université Toulouse 3 – Paul Sabatier. Ses recherches à l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT UMR 5505) portent sur la recherche d’information et la scientométrie.

Droit d’auteur Vs propriété intellectuelle : l’enjeu de la participation culturelle et scientifique

Siège de l'ONU (on Flickr)
Siège de l’ONU, à Genève (Davide Restivo, CC BY-SA 2.0)

Un rapport très intéressant vient d’être officiellement déposé aux Nations-Unies ce 11 mars 2015. Il défend le « droit à la science et à la culture« , critique la propriété intellectuelle, tout en se souciant de protéger les droits des créateurs. Continuer la lecture de Droit d’auteur Vs propriété intellectuelle : l’enjeu de la participation culturelle et scientifique

Crise de l’édition scientifique : les chercheurs s’engagent

Capture cost of knowledge

Le monde de l’édition scientifique semble être en crise, mais de nombreuses mesures apparaissent dans le monde entier pour tenter d’en sortir.

Parmi celles-ci, en janvier 2012,une pétition en ligne « The Cost of Knowledge » est lancée par Timothy Gowers, détenteur de la médaille Fields en 1998. L’objet de cette pétition est de manifester contre les pratiques budgétaires mises en place par l’éditeur Elsevier qui sont considérées comme abusives et agressives. De manière plus générale, celle-ci témoigne d’un engagement  des chercheurs contre la crise de l’édition scientifique et l’importance de faciliter la libre circulation des savoirs.

Actuellement la pétition compte pas moins de 14 636 signatures. Pour la signer : cliquez-ici

L’essor du libre accès ne fait pas l’unanimité…

LA2bisLe mouvement du libre accès en pleine expansion est soutenu par de multiples mesures à l’échelle internationale. Elles sont mises en place aussi bien par des chercheurs, que par des professionnels de l’information scientifique et technique, des universités ou des institutions de recherche. Néanmoins, le paysage du Libre Accès connaît aussi des menaces qui tendent à limiter son essor. Continuer la lecture de L’essor du libre accès ne fait pas l’unanimité…

Mexique : c’est voté !

256px-Flag_of_Mexico.svgAvec l’approbation de cette réforme, Le Mexique rejoint le mouvement mondial du Libre accès qui s’est initié avec la déclaration de Budapest en 2002. (Extrait de l’intervention d’Ana María Cetto, professeur et chercheuse de l’UNAM, Département de Physique et pionnière du système Latindex) Continuer la lecture de Mexique : c’est voté !

L’Université de Montréal se désabonne de 1142 périodiques

logo-udemDepuis 1986, le prix des abonnements aux revues scientifiques ne cessent d’augmenter. Au Canada, les bibliothèques ne peuvent plus amortir cette hausse des prix, d’où la décision prise par l’Université de Montréal de mettre fin à ses abonnements de la collection Wiley Online Library en janvier 2014 (les numéros anciens seront toujours accessibles).

C’est à partir de ce constat que Louise Béliveau (vice-rectrice aux affaires étudiantes et au développement durable) appelle à une mobilisation de la communauté des chercheurs afin d’obtenir des conditions financières plus favorables car « peu d’éditeurs risqueront qu’un soulèvement les prive de leur matière première gratuite et de leur main-d’œuvre bénévole. Mais il est clair que les bibliothèques n’y arriveront pas seules parce qu’elles ne font pas le poids face à l’oligopole des éditeurs commerciaux ».

Source : Université de Montréal, Richard Dumont (Directeur général), 14 janvier 2014. Lire l’article.

Loi sur le Libre Accès en Argentine

loiArgentineLoi sur l’accès libre à l’information scientifique

« Le Sénat en Argentine a approuvé à l’unanimité le 13/11/2013 la loi selon laquelle les institutions du Système National des Sciences et Technologie du pays financées par l’État, doivent créer des entrepôts numériques institutionnels  en accès ouvert et gratuit sur lesquels seront déposés les résultats de la production scientifique technologique nationale.

La production scientifique qui sera diffusée à travers ces plateformes de dépôt couvrira les travaux d’origine technique et scientifique, les thèses, les articles de revues, entre autres ; résultats de la réalisation des activités de recherche financées sur fonds publics émanant des chercheurs, techniciens, enseignants, post-doctorants (financés) et étudiants de master et doctorat. De plus, la loi établit l’obligation de publier les données primaires de la Recherche collectées les 5 dernières années afin de faciliter leur ré-utilisation par d’autres chercheurs. » […]

Source : Ministerio de Ciencia, Tecnología e Innovación Productiva

Principes directeurs pour le développement et la promotion du Libre Accès

LA_UNESCOL’Unesco publie la traduction française de son Policy guidelines for the development and promotion of open access sous le titre Principes directeurs pour le développement et la promotion du libre accès.

Lire le communiqué

Lire le document

Liens vers les trois études:

http://www.science-metrix.com/pdf/SM_EC_OA_Availability_2004-2011.pdf

http://www.science-metrix.com/pdf/SM_EC_OA_Policies.pdf

http://www.science-metrix.com/pdf/SM_EC_OA_Data.pdf

Site Horizon 2020

Mexique : en avant vers le Libre Accès !

DGTICLa IVe Conférence Internationale PKP (Public Knowledge Project, Canada) sur les publications académiques s’est tenue à l’UNAM (Université Nationale Autonome de Mexico), México D.F, du 19 au 21 août 2013, ainsi que la XIXe réunion technique annuelle Latindex (Système Régional d’Information en Ligne pour les Revues Scientifiques d’Amérique Latine, Caraïbes, Espagne et Portugal), du 22 au 24 août.

Latindex, qui célèbre ses 15 ans en 2013, recense 21.900 revues académiques de cette région (Directorio) et évalue 7.000 revues (Catálogo) au moyen des critères éditoriaux élaborés par l’équipe de Latindex. Cet outil s’est converti en un instrument de travail indispensable pour les éditeurs et professionnels de l’information-documentation de la région. Il constitue également un réseau humain très dynamique, doté d’une grande force de travail et d’une organisation et d’un fonctionnement enviables à tout réseau !

La Dirección General de Bibliotecas (DGB) et la Dirección General de Cómputo  y de Tecnologías de Información y Comunicación (DGTIC) de l’UNAM, ont développé également un moissonneur de portails de revues espagnols et latino-américains, le PPL – Portal de Portales Latindex, utilisant le protocole OAI-PMH et donnant accès directement au texte intégral des articles diffusés par ces différents portails (environ une vingtaine aujourd’hui).

PKP travaille en étroite collaboration avec Latindex. Il développe un logiciel open source de gestion éditoriale OJS (Open Journal System) utilisé par une grande majorité d’éditeurs de la région ibéro américaine pour la création de revues scientifiques en libre accès.

Au Mexique, l’Université Nationale Autonome du Mexique, UNAM a joué un rôle de leader dans le mouvement du libre accès avec des systèmes d’information assurant la visibilité et le libre accès aux revues des pays d’Amérique latine et des Caraïbes : LATINDEX, CLASE, PERIODICA, rejoint aujourd’hui par Scielo avec Scielo-México. L’Université Autonome de l’Etat de México UAEM, qui est à l’origine du Système d’Information Scientifique RedalycRed de Revistas Científicas de América Latina y el Caribe, España y Portugal (2002), a également joué un rôle important.

Le CONACYT Mexico Consejo Nacional de Ciencia y Tecnologia – s’est ensuite associé naturellement au mouvement autour du libre accès et accompagne la plupart des projets de façon très suivie, notamment le système d’information Latindex (soutien aux réunions annuelles du réseau et développements techniques).

Aujourd’hui, les universités mexicaines travaillent conjointement  à la mise en place d’un projet de loi sur le libre accès à l’information scientifique et technique, avec un modèle de dépôt encore à définir. A ce jour, les contrats signés avec les éditeurs comportent déjà une clause de diffusion de l’article post print en libre accès.

Il faudra suivre de près les évolutions liées au libre accès dans ce pays, qui risquent probablement de servir de modèle au niveau régional.

En savoir plus :

Sur Twitter : #redalyc10años, #MéxicoEnAccesoAbierto

Latindex: http://www.latindex.org/index.html

Portal de Portales Latindex: http://www.latindex.ppl.unam.mx

Latindex sur Facebook ….

GOAP (Global Open Access Portal) /rubrique Mexique

Crédits photo : F. Gouzi, août 2013