Archives de catégorie : À lire, à voir

« Position italienne sur le Libre Accès »

Drapeau_italienL’Italie s’engage dans la voie du Libre Accès. Récemment les présidents des organisations de recherche ainsi que la Conférence des recteurs des universités ont signé une déclaration afin de prendre des mesures en faveur du Libre Accès : encourager la création d’archives ouvertes, promouvoir les publications dans des revues en libre accès et l’auto-archivage, établir des règles en ce qui concerne les dépôts de publications dans les archives institutionnelles.

Les signataires :

  • National Health Institute – ISS
  • National Research Council – CNR
  • National Institute for Nuclear Physics – INFN
  • National Institute of Geophysics and Volcanology – INGV
  • National Agency for News Technologies, Energy and Sustainable Economic Development – ENEA
  • Conference of Rectors of Italian Universities – CRUI

 Document disponible en anglais ou en italien

Source : « Position italienne sur le Libre Accès », INIST, 26/04/2013

Déclaration de Bruxelles sur le libre accès

belgique1 En octobre 2012 le gouvernement belge a pris position en faveur du Libre Accès en signant la « Brussels Declaration on Open Access to Belgian publicly funded research ». Par cette déclaration la Belgique s’engage à soutenir et « favoriser l’accès libre aux résultats de recherches financés par des fonds publics par diverses actions. »

Le gouvernement des USA se positionne en faveur du libre accès

Drapeau_usa Après la pétition de mai 2012 (25 000 signatures) demandant l’accessibilité en Open Access aux résultats de la recherche financée sur fonds publics après un embargo d’une année, les Etats-Unis s’engagent dans une politique en faveur du Libre Accès. Le bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche a publié un mémorandum visant à accroître l’accès aux résultats des recherches scientifiques. La National Science Foundation prévoit la mise en place d’une politique en ce sens. Et une proposition de loi, déposée à la Chambre des représentants et au Sénat, demande aux agences fédérales de développer une politique de libre accès prévoyant de rendre obligatoire le dépôt des publications des chercheurs « dont les recherches sont financées en tout ou partie par une agence » en archives ouvertes.

 Source: Prises de position étasuniennes en faveur du Libre Accès, INIST, 25/02/2013

Le COMETS soutient HAL et le libre accès

comite-d-ethique_vignette Suite à la position forte en faveur du libre accès affichée récemment par le MESR (dispositif Bibliothèque Scientifique Numérique-BSN), le COMETS apporte quelques recommandations complémentaires à son premier avis de juin 2012 qui préconisait le juste équilibre entre les systèmes « Open Access gold » et « Open Access green ».

Le COMETS insiste sur une implication plus importante des chercheurs à la fois dans la stratégie d’incitation au dépôt d’articles et thèses (TEL) dans HAL mais aussi, dans le processus de contrôle éditorial des archives ouvertes. La promotion de HAL ou de toute autre archive institutionnelle pourrait passer en effet par les directeurs d’unités ou responsables de structures de recherche. Il semble de plus en plus évident qu’il ne doit y avoir qu’un seul dépôt, rendu possible par des connections informatiques entre la plateforme HAL et les autres systèmes d’archives ouvertes, qui soient totalement transparentes pour l’usager.

Les procédures de dépôt doivent être mises en place par des équipes composites : chercheurs et professionnels de l’IST, pouvant avoir une meilleure connaissance à la fois, de l’environnement disciplinaire des unités mais aussi, des aspects techniques et juridiques (licence creative commons par exemple) liés au dépôt en archives ouvertes.

Source « Pour un renforcement des archives ouvertes HAL » , Comité d’Ethique du CNRS, COMETS,  27/02/2013

« Qui a peur de l’open access? »

I love OAEn juillet dernier, la Commission européenne a émis une recommandation afin d’encourager le libre accès aux résultats de la recherche dans le but de rendre plus visible et plus accessible la recherche européenne. Une telle démarche a déjà été lancée en Amérique Latine avec des initiatives comme Scielo et Redalyc (plateformes de revues en libre accès) qui remportent un large succès et qui modifient le paysage mondial de l’édition scientifique.
En France certains acteurs de l’édition de revues en sciences humaines et sociales (SHS) ont manifesté leurs craintes face au libre accès et face à un modèle économique qu’ils considèrent fragile. Des craintes qui semblent infondées et qui pourraient être lourdes de conséquences si les SHS restaient à l’écart du mouvement du libre accès car « la circulation des savoirs est aujourd’hui plus que jamais un enjeu de société ». Le savoir est fait pour être diffusé, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche doivent en avoir pleinement conscience et s’y impliquer.

Source : « Qui a peur de l’open access?« , Le Monde.fr, 20.03.2013

« A qui appartient le savoir? »

a qui appartient le savoir« A qui appartient le savoir? » Cet article propose un décryptage du monde de l’édition scientifique : « D’un côté, des chercheurs qui ont un besoin vital de publier et d’accéder au travail de leurs pairs. De l’autre, des éditeurs qui règnent sur un marché lucratif et captif. Et au milieu, des bibliothécaires pris financièrement à la gorge ». Face à cette situation de crise le mouvement du libre accès s’organise.

Source: « A qui appartient le savoir?« , Le Monde, 28/02/2013

Discours de la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en faveur du libre accès

ministèreLors de la 5ème journée Open Access qui s’est tenue le 24 janvier dernier, la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso a prononcé un discours en faveur du Libre Accès. Elle y évoque les principaux enjeux : « le renouvellement  des conditions de la publication recouvre […] à la fois un enjeu stratégique, en terme de recherche et de géopolitique, et un enjeu économique puisque le numérique bouleverse le marché de l’édition scientifique« . Elle rappelle aussi que ce débat est mondial et qu’il concerne la communauté scientifique et les éditeurs. Après avoir souligné les initiatives de la France : Le programme Persée de numérisation, l’archive ouverte HAL ainsi le dispositif B.S.N. et le projet ISTEX, Geneviève Fioraso réaffirme le soutien du gouvernement au principe du libre accès à l’information scientifique. Pour appuyer cette position, le gouvernement prévoit 7 actions de soutien à l’accès à la connaissance scientifique afin d’encourager et de renforcer la voie verte (archives ouvertes) et la voie dorée (revues en libre accès) et de développer de nouvelles voies en faveur du libre accès.

 

Source : « Discours de Geneviève Fioraso lors des 5è journée Open Access« , site du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 07/02/2013