Brevet d’Elsevier ou comment détruire le peer-reviewing scientifique américain libre

Le 30 août 2016, l’office américain des brevets (USPTO)  a délivré le brevet US n ° 9 430 468, intitulé « Online peer review and method ». Le propriétaire de ce brevet n’est autre que Elsevier, l’éditeur académique géant.

peer_review_patent_elsevier

Fig. 5 : Modèle du peer review extrait du brevet US n° 943 468 : http://www.freepatentsonline.com/9430468.pdf

Pourquoi un brevet ? Elsevier voudrait qu’un monopole des méthodes d’examen par les pairs soit accordé par le gouvernement américain. Elsevier possède plus de 2000 revues académiques. Les universités, les bibliothèques et les chercheurs s’interrogent de plus en plus sur la pertinence de ce modèle. Après tout, les universités paient habituellement les salaires des chercheurs qui rédigent des articles et des reviewers qui effectuent une évaluation par les pairs.

La montée de la prudence du modèle d’affaires d’Elsevier est en corrélation avec l’augmentation de la popularité et de l’acceptation de l’édition à accès libre. De ce fait, face à un paysage en évolution, Elsevier a cherché d’autres moyens de renforcer son contrôle de l’édition. La société a essayé d’empêcher les chercheurs de partager leurs propres documents dans des dépôts institutionnels, et a entamé une bataille juridique sans fin avec des sites ‘pirates’ tels que Sci-Hub et LibGen.


Le brevet s’éloigne légèrement de l’examen typique par les pairs dans son contenu par ce qu’il appelle un «processus cascade». Il s’agit «du transfert des articles soumis d’un journal à un autre journal».  En d’autres termes, les auteurs qui sont rejetés par une revue ont l’occasion d’êtres soumis immédiatement à d’autres revues Elsevier pertinentes.

Pour vous éclairer sur le sujet, voici deux analyses qui ont servi de sources à ce billet :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *