Résultats financiers 2015 de l’édition scientifique

insidemainland.com
insidemainland.com

Le réseau des responsables IST des organismes de recherche (Eprist) vient de publier une analyse sur les résultats financiers de l’édition scientifique. On constate que les six premiers éditeurs scientifiques mondiaux (Elsevier, Wiley, Wolters Kluwer, Thomson Reuters, Taylor & Francis, Springer) réalisent un CA cumulé de 7,5 Milliars d’Euros soit 38% du CA mondial de l’édition scientifique (estimé à 23.000 M€).

Lire l’analyse d’Eprist (30 mars 2016).

Cinq des 6 premiers éditeurs scientifiques mondiaux (Elsevier, Wiley, Wolters Kluwer, Thomson Reuters, Taylor & Francis, le 6ème, non coté, étant le groupe Springer-Nature qui ne publie pas de résultats) ont publié dans la seconde moitié de février leurs résultats annuels 2015. En incluant Springer-Nature, on constate que les six premiers éditeurs scientifiques mondiaux réalisent un CA cumulé de 7,5 Milliards d’Euros (en progression organique de 2,9% sur 2014) soit 38% du CA mondial de l’édition scientifique (estimé à 23 000 M€). Mais surtout ces 6 éditeurs captent 65% des profits générés globalement par l’édition scientifique, grâce à des taux de marge opérationnelle hors-norme de plus de 36% sur CA. Ce niveau de profit et cette captation (qui s’accentue au fil des ans) par seulement 6 acteurs des surplus économiques générés par l’édition scientifique mondiale pose le problème du « juste prix » de la prestation éditoriale. Mais aussi celle du rapport de force contractuel entre fournisseurs et clients des services IST. Une question dont il est urgent que s’empare la communauté scientifique (au-delà du débat sur le libre accès) en repensant ses stratégies de négociation face à ces grands éditeurs.

Source Eprist (30 mars 2016).


Une réflexion sur « Résultats financiers 2015 de l’édition scientifique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *